Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/03/2017

Macron : en marche vers un scandale Servier

macron servier.jpgPendant que la presse tente de relancer le feuilleton Fillon, c’est un tonnerre de silence qui a accueilli la révélation, ce week-end, du scandale Macron-Servier. Le laboratoire commercialisant le Mediator, et connu pour ses techniques occultes de lobbying, s’avère être l’inspirateur principal du volet « santé » du programme d’Emmanuel Macron, via un « expert » grassement rémunéré.

Lire la suite sur mediapart

09/03/2017

Salle de shoot : le cri d'alarme des riverains

870x489_salledeshoot.jpgDes riverains du local d'injection de la capitale dénoncent la situation qu'ils vivent au quotidien dans le quartier, alors que le débat autour de cette «salle de shoot» n'est toujours pas clos. La Mairie invoque l’insuffisance du dispositif actuel.

Un collectif de riverains de la salle de consommation à moindre risque (SCMR) de stupéfiants, installée dans le Xe arrondissement de Paris, a publié, le 6 mars dernier, une lettre ouverte adressée à Anne Hidalgo, maire de la capitale. Il y dénonce les nuisances dont ils s'estiment victimes depuis l'installation de cette «salle de shoot», à l'automne 2016 dans ce quartier du Nord de Paris.

Lire la suite sur français.rt

15/02/2017

En médecine aussi, le niveau baisse !

internes.jpgLe Quotidien du médecin du 2 février dernier consacre un dossier au problème des « internes incompétents » – un scandale, d'après cette publication réservée aux praticiens en exercice. Un scandale d'autant plus monstrueux qu'à l'horizon 2025, quand les derniers médecins venus du baby-boom auront pris leur retraite, il ne restera en France, pour exercer dans les déserts médicaux – partout en dehors des très grandes villes où les CHU veillent encore à la qualité du recrutement – que ces médecins du second rayon. Parfois des étrangers non francophones, ce qui ne facilite pas vraiment l'examen clinique, mais le plus souvent des Français formés à l'étranger (je ne saurais trop vous recommander les universités roumaines de Cluj et de Iasi, véritables usines à former des morticoles) ou ailleurs.

Lire la suite sur lepoint

46 mois sans augmentation des retraites ! On en parle ?

exclamation.jpgDepuis le 1er avril 2013 avec 1,3% d’augmentation, les retraites n’ont pas augmenté! Nous passerons volontairement sous silence la hausse ridicule de 0,1% en 2015, donc cela fait quarante six mois que les 15 millions de retraités voient leurs pensions stagner. Mais à côté de cela tout augmente: l’essence, le gaz, les timbres, l’électricité, les produits de base, les impôts et surtout les taxes locales…Bref, le pouvoir d’achat des retraités se réduit à peau de chagrin. Et ce dans l’indifférence totale. D’ailleurs qui en parle? Les médias, les candidats? Personne ou si peu…Répétons le avec force, la retraite n’est pas un droit acquis, mais un dû ! 

Lire la suite sur seniorsenforme

02/02/2017

Quatre millions de mal-logé : encore un échec du quinquennat Hollande

trop-de-mal-loges-chez-les-personnes-agees.jpgLe rapport annuel de la fondation Abbé Pierre, dont certains extraits sont cités par nos confrères de 20 minutes, est sans appel : avec près de quatre millions de personnes mal logées et douze millions “fragilisées par rapport au logement”, le bilan du quinquennat Hollande sur la lutte contre le mal-logement est, selon la fondation, “en demi-teinte”. On peut même parler d’échec cuisant. Retour sur toute une série de promesses non tenues.

Lire la suite sur Liberté Politique

26/01/2017

Privatiser l'Assurance Maladie : est-ce possible ?

assurance_maladie_securite_sociale.jpgLe total des dépenses de santé aura représenté en France environ 200 milliards d’euros en 2016, soit environ 12% du PIB, chiffre qui classe notre pays dans le peloton de tête mondial (lui-même bien loin derrière les Etats-Unis).

D’où vient l’argent ? Pour les trois quarts de la Sécurité sociale, pour 9 % de la poche des assurés et pour le reste d’assurances complémentaires, souscrites soit obligatoirement (mutuelles) soit volontairement (compagnies d’assurance).

A entendre certains, la Sécurité Sociale devrait avoir le monopole complet de l’assurance-maladie (Mélenchon). D’autres trouvent que le financement « privé » des mutuelles (7% du total des
dépenses) occupe encore trop de place : il faudrait nationaliser les mutuelles (Montebourg) ou les mettre sous contrôle plus étroit de l’Etat (Hamon) ou créer une agence de régulation (Valls).

Lire la suite sur Contribuables associés

13/01/2017

Dernière folie laxiste de Marisol Touraine : droit de se droguer en prison

salle-de-shoot-300x231.jpgBientôt des seringues en prison pour permette aux détenus de se droguer… en toute sécurité, au nom de la lutte contre le sida !

C’est la dernière folie laxiste de Marisol Touraine, du ministère de la Santé, qui de santé s’occupe de tuer, et du ministère de la Justice, qui contrevient à la loi, la consommation de drogue étant normalement interdite !

Lire la suite sur medias-presse.info

12/01/2017

Retraite des fonctionnaires : 900 % de hausse du coût pour l’Etat (2016-2020) !

projet.jpgLes cotisations de l’Etat, donc payées par les contribuables, sont multipliées par 16 (de 64 M€ à 1 075 M€) afin de payer les retraites des fonctionnaires !

Dans le PLF 2017 (Annexe Rapport sur les pensions de retraite de la fonction publique), un tableau de la page 150 devrait nous inquiéter particulièrement. Il s’agit de la hausse des cotisations salariales et patronales concernant les retraites de la fonction publique suite à l’accord PPCR

Tableau 72 présentant l’ordre de grandeur des impacts « recettes » de l’accord PPCR Fretraites.jpg

Lire la suite sur irefeurope

10/01/2017

Les Français qui ont des difficultés économiques pour se chauffer sont de plus en plus nombreux.

radiateur-300x200.jpgLa précarité énergétique concernait l’an dernier 12 millions de personnes dans l’Hexagone, soit près d’un Français sur cinq.

Les Français qui ont des difficultés économiques pour se chauffer et lutter contre le froid sont de plus en plus nombreux. « 500 000 ménages de plus en un an. L’hiver dernier, la précarité énergétique concernait 12 millions de personnes soit près d’un français sur cinq », explique David Boéri sur le plateau de France 3. « Difficultés à régler ses factures, sensations de froid ou obligation de couper le chauffage. En 2015, la facture énergétique était de 2 861 euros par ménage », précise le journaliste.

Lire la suite sur businessbourse

06/01/2017

En France, le vieillissement de la population menace l'économie

vieillissemnt.jpgCe n’est pas un Institut spécialisé en démographie qui le dit, mais bien l’agence de notation Standard & Poors. D’après elle, si notre taux de fécondité baisse, ce qui est prévu à partir de 2025, nos finances vont en prendre un coup. Pire, la note de l’Hexagone pourrait même être baissée de AA à BBB (la note de la Hongrie, de la Colombie ou des Philippines). Aïe !

Le scénario envisagé est clair : aujourd'hui, près d’un habitant sur cinq est âgé de 65 ans ou plus, soit environ 11,6 millions de personnes, dont plus de la moitié ont atteint ou dépassé les 75 ans. D’ici 2040, le nombre de personnes dépendantes va considérablement augmenter, passant de 28 % aujourd’hui à 44 %. Cela entrainera inévitablement des dépenses accrues. Résultat,la dette d’Etat française pourrait bondir à 166 % du PIB en 2050, contre 89,6 % aujourd’hui

Lire la suite sur economiematin

Hébergement d’urgence : deux tiers des places du 115 en Loire-Atlantique sont occupées par des migrants

sans abri.jpgLe 20 juin dernier, l’assemblée du conseil départemental de Loire-Atlantique adoptait le PLALHPD, c’est à dire le plan local d’aide au logement et à l’hébergement des personnes défavorisées. On y trouve notamment des informations sur l’effort de la Loire-Atlantique en matière d’hébergement d’urgence, malgré une certaine saturation des dispositifs, aggravée par la pression migratoire.

Lire la suite sur Polémia

03/01/2017

TIERS PAYANT GÉNÉRALISÉ : VERS UN BOYCOTT DES MÉDECINS ?

La nouvelle année n’a pas laissé derrière elle les conflits sociaux qui ont marqué 2016, loin de lçà. Après les chauffeurs de VTC qui continuent leurs actions contre Uber, les médecins aussi relancent le mouvement de protestation contre la mise en place du tiers payant obligatoire pour tous. Ce dernier est entré en vigueur le 1er janvier 2017 et dès le lendemain les syndicats se sont mobilisés.

MG France appelle au boycott du tiers payant obligatoire

Le 1er janvier 2017 la réforme est entrée en vigueur, non sans peine : la loi a été votée il y a presque deux ans, en avril 2015. durant toute l’année 2016, toutefois, les médecins ont tenté de faire changer d’avis le gouvernement mettant en avant le coût du tiers payant pour les médecins et le risque, pour ces derniers, de ne pas être finalement payés. Le gouvernement n’ayant pas répondu, ils relancent les grèves.

Le syndicat MG France a appelé au boycott du tiers-payant généralisé lorsque celui-ci entrera en vigueur pour tous, soit en novembre 2016 car, pour l’instant, il n’est en vigueur que pour environ 11 millions de patients, ceux atteints par des ALD (Affections de Longue Durée) comme le diabète ou la maladie d’Alzheimer. Ces derniers sont pris en charge à 100 % par la sécurité sociale et, pour les médecins, la mise en place du tiers payant ne pose aucun problème, d’autant plus que près de 65 % des médecins le pratiquaient déjà.

La part mutuelle au centre des contestations

Les médecins ont jusqu’au 30 novembre 2016 pour mettre en place le tiers-payant...

Suite et source : économie matin

02/01/2017

YAMASÉCU KADERATÉ MÉ FOPALATOUCHÉ...

Pour ceux qui ne comprennent pas le Japonais, je traduis : tout ce que la France compte de donneurs de leçons et de défenseurs des sévices publics les meilleurs du monde, qu’on nous envie partout sans les copier, sont au garde-à-vous. De droite, de gauche, du centre, des extrêmes… tous contre le projet Fillon. Notre système marche si bien et coûte si peu, on se demande vraiment pourquoi il faudrait le changer. Il y a même un aréopage de toubibs qui s’est indigné officiellement. Ce que je ne sais pas mais que je soupçonne c’est que les toubibs en question n’ont de libéral que le nom : ils font plutôt partie de cette oligarchie intouchable de mandarins des hôpitaux publics qui profite outrageusement du système. Les hauts fonctionnaires de la santé, en quelque sorte !

La SS française est la meilleure du monde, il n’y a aucun problème avec les hôpitaux, le trou est résorbé, les urgences urgentent sans soucis, le désert médical n’est qu’une vue de l’esprit et d’ailleurs Marraine Tournesol avait dit être en passe de maison de résoudre le problème. Alors pourquoi diable tant de petites entreprises bravent-elles l’état en essayant de quitter cette merveilleuse sécu ?

Il se trouve que j’ai fait l’acquisition, il y a de ça presque dix ans, d’une petite maison de vacances au bord de la mer, en Catalogne. L’Europe étant ce qu’elle est, j’ai dû ouvrir un compte bancaire sur place pour payer l’électricité, le téléphone, l’eau, les impôts locaux (300 euros/an), et autres petits frais. Il m’a aussi fallu l’assurer, et comme, contrairement aux migrants et aux délinquants, les assureurs n’ont pas le droit de traverser les frontières, aussi Schengen soient-elles, c’est ma banque locale qui m’assure.

Or, le banquier en question vient de me proposer une mutuelle santé au premier euro. Ce n’est pas d’actualité pour moi puisque je paie la SS en France et suis couverte par la mutuelle obligatoire de mon mari, mais ça m’a donné l’occasion de me renseigner. Contrairement à la France, l’Espagne suit les directives européennes, pas uniquement celles qui sont punitives mais aussi celles qui arrangent les citoyens. Il est donc tout à fait possible d ne pas cotiser à la SS locale, et de passer par une mutuelle privée. Celle qu’on me proposait avait différents tarifs correspondant à différents niveaux de prestations. Le « nec plus ultra » était une cotisation de 120 euros mensuels, qui remboursait tout intégralement. Le tarif le moins cher était à environ 40 euros pour des remboursements très basiques. Seule contrainte : aller chez les médecins conventionnés par la mutuelle.

Alors je me suis livrée à un petit calcul rapide : entre la SS et la mutuelle, mon mari et moi payons largement plus de 1200 euros MENSUELS ! Difficile de rentrer dans les détails du calcul mais c’est une estimation basse. Notre fils paie en outre 215 euros de SS étudiant par an et est couvert par notre mutuelle. Il faut ajouter à ça la CSG/CRDS sur les transactions financières même s’il s’agit de ventes et rachats dans le cadre de la saine gestion d’un portefeuille.

Alors ?...

Suite et source : delanopolis

29/12/2016

Don d’organes : votre corps ne vous appartient plus !

JL Touraine et N Vallaud Belkacem credits François Hollande Rhone (CC BY-NC-SA 2.0)

Déposé par le Professeur Jean-Louis Touraine et Michelle Delaunay, et adopté en 2015, un amendement soulève bien des inquiétudes. A partir du 1er janvier 2017, il ne sera plus demandé aux proches si le défunt avait exprimé un souhait. Le prélèvement sera légalement et automatiquement la « norme » par défaut.

Le député J.-L. Touraine est déjà à l’origine de plusieurs idées  qui ont déjà fait parler d’elles notamment la neutralité des paquets de cigarettes1. Jusqu’à présent, ces lois décidées « pour notre bien », ne portaient pas atteinte à la personne.

C’était sans compter l’inventivité des socialistes, jamais en panne d’idée pour contraindre l’individu à entrer dans le cadre souhaité. L’atteinte à l’intégrité corporelle constitue une première en matière d’intrusion dans le domaine privé.

Jusqu’ici, à défaut de consentement exprimé, la loi autorisait déjà le prélèvement d’organes. Mais cela se faisait toujours en consultant les proches, notamment pour s’assurer que le défunt n’y était pas totalement opposé. Les médecins pouvaient ainsi recueillir sinon le souhait du défunt, du moins celui de la famille. Mais devant le nombre insuffisant de greffons disponibles (les donneurs n’ayant pas expressément donné leur consentement n’étant pas prélevés), il a été envisagé qu’une loi imposant le contraire ferait mathématiquement augmenter leur nombre (+25% selon le député) : il faudra donc signaler officiellement qu’on refuse de donner ses organes pour être assuré de l’intégrité de son défunt corps. L’augmentation attendue compte en fait sur les oublis de déclaration des réfractaires au don d’organe.

Les proches ne seront plus consultés mais seulement informés du prélèvement et ne devraient pas être en mesure de le refuser. Selon Jean-Louis Touraine,...

Suite et source : contrepoints

22/12/2016

Ce petit don discret des industries pharmaceutiques...

Depuis des temps immémoriaux, l’humanité doit combattre des maladies et des infections qui l’ont durablement affaiblie et ont constamment ralenti son progrès. Les exemples de la peste noire, du choléra ou de la lèpre viennent facilement à l’esprit tant ces fléaux ont touché tous les continents et ont laissé dans les livres et les arts des traces encore visibles de nos jours. Et si ces maladies ont été durablement repoussées dans les pays développés, même actuellement au XXIème siècle, des continents entiers en font encore l’expérience.

C’est tout particulièrement le cas avec les NTD, « neglegted tropical diseases » ou maladies tropicales négligées, qui sont un groupe de diverses maladies tropicales fréquentes au sein des populations à faible revenu dans les régions en développement d’Afrique, d’Asie et d’Amérique. Elles sont causées par divers pathogènes au premier rang desquels les parasites helminthes ou protozoaires, mais également les virus et les bactéries.

On parle ici de vraies saloperies, de pathogènes qui empêchent le développement des fœtus humains ou des enfants, provoquent des infections oculaires abominables, des souffrances insupportables ou des stigmates visibles qui excluent la victime de toute vie en société (on trouve ainsi la cécité des rivières, l’éléphantiasis, le trachome, les parasites intestinaux et la bilharziose, par exemple). Dans ces NTD, les parasites, véritables monstres d’épouvante, ne trouveront aucun défenseur de la cause animale pour s’élever contre leur disparition (encore que, des fois, on se demande), d’autant que le nombre de leurs victimes rend les désastres provoqués par le terrorisme, le socialisme et Christophe Maé véritablement dérisoires puisqu’on parle en dizaine de millions, tous les ans. Le plus triste et le plus absurde dans cette situation est que les traitements pour se débarrasser de ces fléaux existent déjà.

Cependant,...

Suite et source : hashtable

20/12/2016

Santé : le grand mensonge médiatique...

Il est des sujet dont on peut dire qu’ils sont à la fois les plus débattus et en même temps les plus tabous. La santé et son pendant la sécurité sociale en sont un exemple frappant. Tout le monde en parle, personne ne dit réellement ce qui se passe.


Nous sommes au bord d’une crise sanitaire sans précédent, notre système de santé est devenu totalement bancal, les différents acteurs de ce système se jettent des insultes à la tête sans jamais trouver le point de rencontre nécessaire. L’idéologie a remplacé l’intelligence pour beaucoup et les « yaca faucon » sont de rigueur à chaque instant. Les médecins et les autres professions de santé par l’intermédiaire des associations non syndicales lancent tous les jours des alertes, les syndicats muselés et inféodés à l’état affirment qu’il n’y a rien ou presque d’inquiétant. Les politiques au pouvoir déclinent toutes les semaines leur « belles actions » qui sauveront le système (ce qui prouve qu’il doit être sauvé) l’opposition qui s’empêtre dans des propositions à demi mot, en demi teinte, pour ne pas voir  monter comme de la mayonnaise les idéologie collectiviste.

Le constat est alarmant, la France entière devient un désert médical, des villes comme Lyon ou Paris n’y échappent pas. Face à cette situation nous sommes obligés de constater que l’on entend tout et n’importe quoi sauf la vérité. Aujourd’hui le constat, que n’importe quel journaliste pourrait faire s’il portait son regard ailleurs que sur la pensée obligatoire, est le suivant. Un très grand nombre de médecins libéraux prennent ou vont prendre leur retraite, la pyramide des âges de la médecine libérale  est allumée en rouge depuis plus de 20 ans sans que personne dans le monde politique ne veuille s’y intéresser. De l’autre côté outre le numérus clausus imbécile, les jeunes médecins fraichement diplômés ne veulent pas s’installer en libéral, là encore personne ne veut s’intéresser aux véritables motivations de ces nouveaux diplômés.

Pas besoin d’être diplômé d’économie...

Lire la suite

14/12/2016

SÉCU : l'addiction à la dette et au déficit

trou sécu.jpgCe mode de gouvernement par le déficit et la dette est ancré dans la culture française. Aucun budget n’a été équilibré depuis 1974, aucun politique n’envisage d’y remédier. Les critères de Maastricht, leur 3% de déficit et le ratio dette/PIB de 60% maximum, sont devenus le « gold standard » d’une saine gestion. Pourtant la base d’une bonne gestionest de ne pas dépenser plus que ce l’on gagne.

Si quelqu’un tape à votre porte pour s’emparer par la force de votre argent, au prétexte de le dépenser à votre place pour votre bien, vous allez l’éconduire, voire porter plainte et le traîner en justice. Si cette même personne est élue de la nation, elle utilisera la force légale. Elle vous enverra l’URSSAF ou le Fisc, pour s’emparer de votre argent, au prétexte de le dépenser à votre place pour votre bien. Vous ne pourrez pas l’éconduire. Si vous le faites, vous serez traîné devant les tribunaux qui défendent le système.

C’est la spoliation légale.

Lire la suite sur economiematin

09/12/2016

Le ministère de la santé veut imposer 11 vaccins

vaccins.jpgCette fois, je me suis dit que la folie s'était emparée des autorités de santé. 

Mercredi dernier, le 30 novembre, après une année de pseudo « consultations démocratiques », le comité sur la vaccination a rendu son rapport, dans lequel il préconise de : 

faire passer de trois à onze le nombre de vaccins obligatoires pour les nourrissons (plus les rappels) [1]. 

Cela ressemble au dernier coup de poignard de la ministre de la Santé, Marisol Touraine. 

Ainsi, dans son esprit : 

puisque les gens demandent le retour du bon vieux vaccin DT-Polio sans aluminium ; 
puisqu'ils n'ont pas l'air contents qu'on injecte à la place à leurs bébés un super-vaccin avec aluminium et trois vaccins non obligatoires supplémentaires, 

alors la solution la plus simple, selon elle, est de : 

rendre obligatoires tous les vaccins présents dans le super-vaccin 
et, tant qu'on y est, rendre obligatoires encore cinq vaccins supplémentaires (pneumocoque, méningocoque C et triple vaccin ROR). 

Un tel abus de pouvoir paraîtrait déjà inimaginable. 

Et pourtant, ce n'est pas tout. 

Lire la suite sur wikistrike

30/11/2016

Les salariés moins bien remboursés par leur complémentaire, merci Marisol Touraine !

2046334_sante-les-salaries-moins-bien-rembourses-par-leur-complementaire-web-tete-0211540370379.jpgPour les salariés, le nouveau « contrat responsable » de complémentaire santé n'est pas un cadeau. Mis sur les rails en janvier, il a été créé pour garantir à chaque assuré un socle de protection basique, tout en mettant fin à la surenchère inflationniste sur certains remboursements (optique...).
Dans un premier temps, la prime d'assurance baisse. Mais quand vient l'heure de se faire rembourser des soins, les salariés, qui étaient jusque-là plutôt mieux protégés que la moyenne des Français, réalisent qu'ils doivent débourser plus qu'auparavant.

Lire la suite sur lesechos

29/11/2016

Santé : les français renoncent aux soins plus que leurs voisins européens

4481625_6_1919_detournement-d-une-image-de-la-victoire-de_6cd306cf0ff68879b5b2ddfffecba8db.jpgSelon le panorama de la santé 2016 de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), en France, 2,8 % de la population a renoncé à se faire soigner en 2014. Certes, c'est moins qu'en Europe (3,3 %). Mais c'est plus qu'en Allemagne, en Espagne ou au Royaume-Uni.

Sans grande surprise, malheureusement, on observe que ce sont les pauvres qui renoncent le plus à se rendre chez le médecin. 6,6 % des personnes en difficulté financière préfèrent ne pas se faire soigner que de débourser des sommes qu'elles n'ont pas (contre 6,4 % en Europe).

Lire la suite sur economiematin