Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/09/2016

Marisol Touraine annonce avoir "sauvé la Sécu", vraiment ?

trou.jpgRendons à César ce qui appartient à César : Marisol Touraine a raison de dire que la situation des comptes de la Sécurité Sociale s'est améliorée durant le quinquennat de François Hollande. 400 millions d'euros de déficit en 2017, comme elle l'annonce, c'est le meilleur résultat jamais atteint pour le système depuis 2001. 400 millions, de plus, c'est rien par rapport aux 500 milliards de budget. "C'est l'épaisseur du trait" estime-t-elle dans les colonnes du quotidien économique.

Déjà, lorsqu'on rentre dans le détail, on remarque que le Fonds de Solidarité Vieillesse ne va pas si bien. Certes, comme le prévoit le gouvernement il sera excédentaire de 1,6 milliards d'euros en 2017 mais cela ne couvrira pas son déficit global : il sera encore de 3,8 milliards d'euros.

Lire la suite sur economiematin

15/09/2016

Fraude à la Sécu : 1 milliard en 2015, deux fois plus qu'en 2011

fraudes-securite-sociale-132-millions-euros-e-L-1.jpegLa fraude fiscale, au centre de divers débats et, surtout, de l'affaire Cahuzac qui est jugée en ce mois de septembre 2016, ne baisse pas. Le Comité national de lutte contre la fraude a dévoilé mercredi 14 septembre 2016 un bilan plutôt négatif : elle a augmenté, tous types confondus, de 10 % entre 2014 et 2015. La fraude à la Sécurité Sociale augmente plus vite : +18 % sur un an.

Lire la suite sur economiematin

09/09/2016

Clause de conscience : les pharmaciens subissent une grave injustice !

l-ordre-renonce-a-demander-une-clause-de-conscience-pour-les-pharmaciens-photo-julio-pelaez-1469109880.jpgComme cela était attendu, le projet de code déontologique voté par le Conseil national de l’ordre des pharmaciens n’a pas intégré la possibilité de« refuser d’effectuer un acte pharmaceutique susceptible d’attenter à la vie humaine », comme l’annonçait le projet antérieur d’article R 4235-18, initialement soumis au vote des membres de l’Ordre en juillet dernier, consultation trop rapidement stoppée.

Lire la suite sur Boulevard Voltaire

08/09/2016

Un million de pauvres de plus en dix ans

les-vrais-chiffres-de-la-pauvrete-en-france.jpgLa France compte 5 millions de pauvres au seuil à 50 % du revenu médian [1] et 8,8 millions à celui de 60 %, selon les données 2014 de l’Insee (dernière année disponible). Dans le premier cas, le taux de pauvreté est de 8,1 %, dans le second de 14,1 %. Au cours des dix dernières années (2004-2014), le nombre de pauvres a augmenté de 950 000 au seuil à 50 % et de 1,2 million au seuil à 60 %, ce qui représente une progression de 1,2 point dans les deux cas.

Lire la suite sur l'observatoire des inégalités

07/09/2016

L’Aïd el Kébir ? Une monstruosité doublée d’un risque sanitaire

1-fievre-catarrhale-ovine-progresse-fortement-en-france_818725-588x327.jpgLe 12 septembre prochain aura lieu la cérémonie musulmane de l’Aïd. Pour permettre l’application de la Charia le gouvernement et les préfets ont adopté des dérogations aux règles d’abattage des animaux – règles traditionnelles pourtant établies dans le souci de limiter la souffrance animale et d’assurer la sécurité sanitaire.
Pour permettre – y compris à des enfants – de pratiquer des égorgements rituels, des abattoirs provisoires vont être installés dans de nombreux lieux de France. Et des béliers d’un an vont être importés de pays exotiques.
Ce dernier point a soulevé un grave problème sanitaire en 2015 : il est à l’origine de la réapparition et du développement en France de la Fièvre catarrhale ovine (la FCO, une fièvre hémorragique), alors même que le risque était connu.

Lire la suite sur Polémia

27/08/2016

La mort définitive du secret médical a sonné...

Depuis de nombreux mois j’ai informé sur les dangers de la loi santé, en particulier sur la possible mort du secret médical. A n’en pas douter, même si ces articles ont été beaucoup lus, ils n’ont eu aucun effet, comme les avertissements permanents de l’UFML (union Française de la médecine libérale).

Aujourd’hui c’est effectif depuis le 22 juillet, date à laquelle le décret permettant « à des personnes extérieures aux professions de santé » d’accéder aux informations médicales sur les patients.  Il en est donc terminé du secret médical que nos médecins ont su si bien protéger depuis des années, même face aux plus grandes pressions. Marisol Touraine et sa « loi de modernisation de la santé » aura définitivement tué ce qui était la garantie d’anonymat chez notre médecin.


Interrogé, Jérôme Marty président de l’UFML nous dit : Il est incroyable que la presse découvre cela aujourd’hui, depuis que nous combattons la loi santé tout avait été dit par nos soins. Ce qui arrive aux patients aujourd’hui nous le savions et nous l’avons dénoncé, crié, hurlé. Le pire dans tout cela c’est que le CISS théoriquement là pour défendre les patients est partie prenante dans l’écriture de cette loi. Les patients doivent comprendre que sous couvert de leur défense, le CISS a défendu le contrat responsable et ses diminutions de remboursement, le DMP et sa divulgation partout. Quand au conseil de l’ordre il devrait être le garant de la déontologie et le défenseur des patients (et pas des médecins) il ne fait ni l’un ni l’autre il a tout abandonné.


La liste des personnes pouvant accéder aux informations médicales est publiée avec le décret, on y trouve bien des choses étonnantes comme les assistants de services sociaux, les assistants éducatifs, les assistantes maternelles, les salariés de lieux de vie …. Nombre de personnes non soumises au secret médical et qui pourront sur sollicitation donner toutes ces informations à n’importe qui.


Rappelons que chez les médecins...

Suite et source : économiematin.fr

23/08/2016

La clause de conscience des pharmaciens est un droit de l'homme...

L’annonce d’une consultation des pharmaciens sur l’introduction d’une clause de conscience dans le nouveau code de déontologie a suscité une levée de bouclier du gouvernement et de certaines associations (cf. L’Ordre des pharmaciens élabore son nouveau Code de Déontologie et Clause de conscience des pharmaciens : « l’affaire prend une dimension politique et idéologique »). Si l’Ordre a décidé de renoncer à cette consultation, la question se devra d’être de nouveau posée le 6 septembre lors de l’adoption de ce nouveau code (cf. Clause de conscience des pharmaciens : sous la pression, l’Ordre renonce à « une consultation transparente et ouverte »).

Grégor Puppinck est Docteur en droit, Directeur de l’ECLJ et auteur de l’essai « Objection de conscience et droits de l’homme », publié par Société Droit et Religion, CNRS Editions, juillet 2016[1]. Il vient d’être nommé membre du panel d’experts de l’OSCE[2]/ODIHR[3] sur la liberté de religion ou de croyance, la principale autorité institutionnelle en matière de liberté de religion et de conscience[4], pour 3 ans.

Il replace la clause de conscience des pharmaciens dans son cadre, estimant que « la clause de conscience des pharmaciens est un droit de l’homme » découlant du droit au respect de la liberté de conscience.

Dans le cadre de la révision de son Code de déontologie, l’Ordre des pharmaciens envisage d’y intégrer la mention explicite d’une « clause de conscience ». Surprise, cette initiative crée la polémique et inquiète le gouvernement qui y voit une menace pour l’accès à l’avortement médicamenteux (pilule du lendemain).

La « clause de conscience » est une composante de la liberté de conscience

Cette clause garantirait à chaque pharmacien le droit de « refuser d’effectuer un acte pharmaceutique susceptible d’attenter à la vie humaine ». A ce jour, ce droit est déjà garanti aux médecins et à tous les auxiliaires médicaux ainsi qu’aux sages-femmes et aux chirurgiens-dentistes. Il est aussi reconnu aux pharmaciens dans de nombreux autres pays européens...

Suite et source : genethique.org

18/08/2016

La réforme de Marisol Touraine oblige les mutuelles à rembourser moins les patients

santé.jpgSi vous ne bénéficiez pas, comme les immigrés clandestins, de l'Aide Médicale d'Etat, vous avez du subir la baisse de remboursement des frais médicaux par les mutuelles :

"Depuis le 1er janvier, les complémentaires santé ne peuvent plus rembourser les consultations médicales au-dessus d'un certain plafond. Depuis le début de l'année, les plateformes téléphoniques des complémentaires santé sont débordées. Leurs assurés les appellent en nombre car ils ne comprennent pas pourquoi leurs remboursements de soins de santé ont brusquement chuté. Mutuelles, instituts de prévoyances et assureurs ont bien du mal à leur expliquer qu'elles n'y peuvent rien. C'est bien en effetà cause de la réforme des contrats dits «responsables» (plus de 90% du marché) qu'elles ne peuvent plus prendre en charge autant qu'avant la facture du médecin.

Lire la suie sur Le Salon Beige

17/08/2016

Entre migrants et SDF, le choix s'annonce difficile pour la France

les-sdf-ou-precaires-souffrent-de-la-faim-en-france_4919041.jpgLa semaine dernière, la ministre française du Logement Emmanuelle Cosse a proposé de créer un dispositif d'hébergement de migrants chez les particuliers. Cette initiative a suscité une vague de critiques de la part des associations qui aident les SDF, dont le Groupe de Secours Catastrophe Français (GSCF).

Lire la suite sur sputniknews

12/07/2016

La fraude aux allocs explose. À qui la faute ?

les-prets-caf-default-29107-0.jpgDans son rapport annuel publié jeudi dernier, la Caisse nationale d’allocations familiales (CNAF) nous informe que, pour 2015, ce sont près de 40.000 fraudes (+22 % par rapport à 2014) qui ont été détectées, pour un total de près de 250 millions d’euros (+18 % par rapport à 2014), soit une moyenne de 6.250 euros par fraude. Près de 75 % des fraudes sont dues à des omissions ou de fausses déclarations, notamment sur les ressources réelles perçues. C’est le RSA qui constitue le « poids lourd » de la fraude aux allocations, soit 68,5 % des fraudes avérées.

Lire la suite sur Boulevard Voltaire