Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/03/2015

Chômage, pauvreté, marginalisation : près de deux millions de jeunes concernés

l_chomage-emploi-france-insee-deuxieme-trimestre-10-pour-cent.jpgEn 2012, le candidat Hollande disait vouloir "être jugé sur un seul objectif : est-ce que les jeunes vivront mieux en 2017 qu’en 2012 ?". Malheureusement, la réponse n'a jamais semblé aussi claire. Trois ans après leur sortie du système éducatif, 22% des jeunes présumés "actifs" sont toujours à la recherche d'un emploi (en 2007, ils n’étaient que 14% dans ce cas !). Et chez les non-diplômés, la proportion grimpe à 48%, soit près d'un jeune sur deux !

Lire la suite sur economiematin

08:38 Publié dans Emploi, social santé | Lien permanent | Commentaires (0) | |

24/03/2015

Discrimination à la SNCF : réserver à ses nationaux certains avantages est-il scandaleux ?

arabes-sncf.jpegIls sont 832. Tous marocains, embauchés dans les années 1970 par la SNCF. Ils ont saisi le conseil de prud’hommes de Paris pour demander l’indemnisation du préjudice qu’ils prétendent avoir subi en raison de leur statut contractuel, moins favorable que celui de cheminot. Bien qu’ils aient pris leur retraite à 55 ans, comme tout le monde (à la SNCF s’entend !), ils perçoivent une retraite inférieure à celle des cadres permanents de la société ferroviaire. S’estimant victimes de discrimination, ils chiffrent leur préjudice global à plus de 400.000 € chacun. L’enjeu est donc considérable.
 
Lire la suite sur Boulevard Voltaire

23/03/2015

Retraites : l'écart entre salariés du privé et fonctionnaires pourrait encore se creuser

privé-public.jpgLe patronat, engagé dans un nouveau round de négociations avec les syndicats en vue de sauver le régime des retraites complémentaires, au bord de la faillite, propose que les salariés du privé doivent à l'avenir attendre 67 ans pour toucher leur pension à taux plein. Problème, les fonctionnaires, eux, ne sont pas concernés et pourront donc continuer à partir à la retraite à 62 ans. Scandale en persepctive !

Précisément, le patronat veut appliquer une décote progressive de l’ordre de 20% à 40%, entre 62 et 67 ans. En somme, un salarié du privé pourrait très bien partir à la retraite à 64 ans par exemple s'il le souhaite, mais alors il ne percevrait qu'un certain pourcentage de sa pension, et non l'intégralité, comme c'est le cas actuellement.

Lire la suite sur economiematin

08:21 Publié dans social santé | Lien permanent | Commentaires (0) | |

19/03/2015

Les bonnes idées de la Sécu pour vous garder chez elle

imgscan-contrepoints-2013502-sécurité-sociale.jpgLa Sécurité Sociale française est un système merveilleux que le monde entier nous envie, et qui permet tous les jours à des milliers de gens de résoudre des problèmes invraisemblables, complexes et fort coûteux qu’ils n’auraient jamais eus si elle n’avait pas existé. Moyennant quoi, une quantité toujours plus grande de cotisants prend chaque jour conscience de la nécessité d’agir pour se sortir de l’engrenage ubuesque dans lequel ils sont tombés et qui finira, sinon, par les broyer. Rassurez-vous : comme pour tout système collectiviste, tout sera fait pour écraser promptement ce désir scandaleux de liberté.

Lire la suite sur Hashtable

08:40 Publié dans social santé | Lien permanent | Commentaires (0) | |

18/03/2015

Généralisation du tiers payant : étatisme, complexité, déresponsabilisation

manifestation-médecins-un-défilé-mortuaire-contre-projet-de-loi-santé-1949987.jpgDans Les 4 Vérités, Jean Rouxel écrit à propos de la loi santé de Marisol Touraine :
"La réalité, c’est que cette loi va accélérer l’étatisation de la santé – et donc la rapide détérioration de notre système de soins. Et que Mme Touraine se moque éperdument de ce que peuvent bien penser les médecins de sa réforme. Il y a à cela une « bonne » raison : les médecins sont réputés voter à droite. Ce qui les rend quantité négligeable pour un ministre de la Santé socialiste.

Lire la suite sur Le Salon Beige

08:47 Publié dans social santé | Lien permanent | Commentaires (0) | |

16/03/2015

Pour financer les retraites EDF-GDF, chaque français paie une taxe de 17€ sur sa facture d’électricité!

edf.jpgPersonne ne le sait et c’est un secret bien gardé. Les français par leur facture d’électricité financent les retraites des électriciens-gaziers. Non ce n’est pas un mythe, un hoax mais une réalité découverte dans le rapport N°2618 de l’Assemblée Nationale sur les les tarifs de l’électricité publié le 15 mars. Sur un total d’environ 800€ de facture annuelle  d’électricité, on nous prélève 17€ pour payer les retraites des 145 000 agents d’EDF -GDF. Chaque année nous finançons à hauteur de plus d’un milliard les retraites de nos électriciens! Découvrons ensemble, ce système un peu ….surprenant :

Lire la suite sur seniorenforme

12/03/2015

La proposition de loi Clayes-Leonetti ne serait "qu'un étape", vers quoi ?

03_fin_de_vie_alimentation_11.jpgLa proposition de loi sur la fin de vie, débattue depuis hier à l’assemblée, ne fait pas consensus. 122 députés ont signé un amendement réclamant la légalisation de l’euthanasie et du suicide assisté. D’un autre côté les députés de l’Entente parlementaire pour la famille ont déposé pas moins de 1000 amendements demandant une clarification des termes du texte de loi, craignant une dérive euthanasique du « droit à la sédation profonde et continue ». Xavier Breton déclare ne pas être dupe « de la politique des petits pas » menée par les partisans de « l’aide active à mourir »

Lire la suite sur genethique

08:46 Publié dans social santé | Lien permanent | Commentaires (0) | |

11/03/2015

Fin de vie : gare aux dérives !

fin de vie.jpgL'Assemblée nationale débat d'une nouvelle loi sur la fin de vie.
 
Le mot euthanasie n'y figure pas, mais le danger d'ouvrir la voie à cette pratique n'est pas écarté : des amendements qui la réclament sont déposés et le texte de loi lui-même est ambigu.
 
Aujourd'hui, la loi pose nettement la médecine du côté de la vie : « Les professionnels de santé » doivent « assurer à chacun une vie digne jusqu'à la mort », stipule-t-elle. Ce repère, simple et humain, guide ceux qui prennent soin d'une personne quand tout semble perdu. Il disparaît dans la nouvelle loi : la fin de vie devient une période à part avec ses règles propres, d'où un nouveau « droit à une fin de vie digne et apaisée ».
Lire la suite sur Ouest-France
 

10/03/2015

Euthanasie : quand on ne sait plus répondre à la souffrance que par la mort

euthanasie.jpgEuthanasie, le retour. Un projet de loi sur la fin de vie élaboré conjointement par Jean Leonetti (UMP) et Alain Claeys (PS) sera examiné en ce début de semaine à l’Assemblée nationale.

Deux mesures phares : la « sédation profonde et continue » – un nouveau« droit » pour les malades incurables dont le pronostic vital est engagé à court terme – et la contrainte, pour les médecins, de suivre les directives établies, même à une date très antérieure, par le patient.

Ce projet ne satisfait, semble-t-il, ni les pro (un amendement a reçu le soutien de 122 députés PS) ni les anti (un millier d’amendements sur le texte).

Lire la suite sur Boulevard Voltaire

09/03/2015

Les retraites bientôt amputées d’un tiers

agircarrco.jpgLes régimes de retraites sont en faillite, et ce ne sont pas les réformettes engagées par les différents gouvernements qui allaient y changer grand chose. Et comme aucun des dirigeants politique n’a voulu assumer une remise à plat de ce système, celui-ci tombe dans l’abysse de la faillite.

Beaucoup s’en étonnent, les cotisations ne faisant qu’augmenter et les taux de rente que baisser. Pourtant, cette faillite était inéluctable mais pour une raison que personne ne veut pointer du doigt : la démographie.

Lire la suite sur médias-presse.info

07:40 Publié dans social santé | Lien permanent | Commentaires (0) | |