30/09/2014

Pourquoi les professions libérales manifestent mardi

Greve_Pharmacies.jpgLes représentants de plusieurs professions libérales ont appelé leurs affiliés à fermer les portes de leurs officines ou de leurs cabinets, mardi 30 septembre. Objectif de cette journée : mettre en garde le gouvernement sur les suites qu’il entend donner au rapport de l’Inspection générale des finances (IGF) sur le fonctionnement de 37 professions dites « réglementées ».

« Si la réforme envisagée par le ministre de l’économie, de l’industrie et du numérique supprimait la réglementation instaurée par l’Etat, un véritable séisme secouerait le système de santé et remettrait en question la sécurité sanitaire dans notre pays », met par exemple en garde le Centre national des professions libérales de santé dans un communiqué.

Lire la suite sur lemonde

 

08:02 Publié dans social santé | Lien permanent | Commentaires (0) | |

22/09/2014

Les médecins bientôt en grève contre la généralisation du tiers-payant ?

medecin-kasia-bialasiewicz.jpgTomber malade, cet automne, risque d'être plus problématique que d'habitude. Les médecins monteraient au créneau contre la politique de santé du gouvernement et notamment la généralisation du Tiers-Payant voulue par la ministre de la Santé et des Affaires Sociales, Marisol Touraine. Des grèves seraient en préparation.

Un sondage réalisé par OpinionWay pour le SML, le Syndicat des Médecins Libéraux, que le journal Le Figaro dévoile en exclusivité ce vendredi 19 septembre 2014, montre l'ampleur de la grogne des médecins : la réforme serait rejetée par 97% de la profession. Mais malgré cela le gouvernement veut continuer dans sa lancée.

Lire la suite sur economiematin

07:24 Publié dans social santé | Lien permanent | Commentaires (0) | |

17/09/2014

La fraude aux cotisations sociales explose et dépasse les 20 milliards d'euros

 

16/09/2014

Les Français en ont marre de banquer pour « les pauvres » !

banquer.JPGElle a 65 ou 66 ans. Encore toute fraîche, toujours pomponnée et bien mise, coiffeur et soins esthétiques une fois par mois. Voilà trois ans, elle s’est acheté une jolie « maison de ville »dans un quartier en hausse de l’Est parisien. Vivant depuis longtemps éloignée d’un époux architecte, cette retraitée de la fonction publique (employée de ministère) annonce en éclatant de son rire cristallin qu’ils ont enfin acté leur séparation, cela « tout à son avantage ». Femme « isolée »entrant maintenant dans la tranche des contribuables « acquittant un impôt sur les revenus soumis au barème inférieur ou égal à 2.028 € », elle bénéficie désormais des transports gratuits, de l’entrée gratuite dans de nombreux musées, de réductions sur les spectacles, clubs de gym et autres ateliers de poterie… 

Lire la suite sur Boulevard Voltaire

La retraite à 65 ans repousserait vers 2040 le naufrage des caisses complémentaires

agirc_sipa_paysage_0.jpgLe Medef veut montrer que repousser l’âge de la retraite est la seule solution raisonnable pour éviter la faillite des régimes de retraites complémentaires. Et, de fait, les simulations qu’il a demandées à l’Arrco (la caisse de tous les salariés du privé) et l’Agirc (celle des cadres) sont spectaculaires. L’Opinion s’est procuré ces chiffrages, que les représentants syndicaux et patronaux examineront mercredi matin.

Sans mesures nouvelles, les réserves de l’ensemble Agirc-Arrco seront épuisées en 2025, ce qui risquerait de se traduire par une baisse massive des pensions servies aux anciens salariés. En repoussant progressivement l’âge légal de la retraite à 64 ans, à partir de la génération 1959 (au lieu de 62 ans à partir de la génération 1955), cette échéance serait repoussée à 2030, voire à 2035.

Lire la suite sur L'Opinion

12/09/2014

Les dentistes prennent la défense des "sans-dents"

dentiste.jpgLes "sans-dents", alias les personnes les plus modestes, sont menacées par la fin des actions de prévention bucco-dentaire gratuites à l'école. Celles-ci seraient particulièrement salvatrices pour la santé dentaire des plus pauvres, selon l'Union des jeunes chirurgiens-dentistes, qui s'insurge.

Après les révélations de Valérie Trierweiler qui affirme queFrançois Hollande les surnomme les "sans-dents", les plus démunis ont appris qu'ils n'auraient plus accès aux actions de prévention bucco-dentaire gratuites à l'école. Le programme "M'T dents", qui permet aux enfants de 6 à 18 ans de bénéficier d'un examen bucco-dentaire gratuit tous les 3 ans, a été supprimé, son financement passant de 23 milliards d'euros à 0 euro pour 2014-2017.
 
Lire la suite sur TF1.fr

08:21 Publié dans social santé | Lien permanent | Commentaires (0) | |

28/08/2014

Ebola en Europe : une situation réellement « sous contrôle » ?

Ebola-in-Europe.jpgAlors qu’une épidémie liée au virus Ebola continue de se propager en Afrique, et qu’au sein de ce continent, des Etats décident de fermer leurs frontières (notamment vis à vis de la Guinée, du Liberia, du Sierra Leone, pays les plus touchés), les responsables sanitaires et politiques européens  assurent que pour le moment la situation est « sous contrôle ».

Pour de nombreux observateurs, cette affirmation semble néanmoins relever au mieux de la blague, au pire du mensonge : comment en effet, alors que chaque jour, des milliers d’Africains en quête d’une vie meilleure se ruent à l’assaut de l’Europe – et y arrivent plus facilement, notamment depuis la chute de M. Khadafi – les responsables sanitaires peuvent-ils parler de situation sous contrôle ? En effet, une fois arrivés sur le sol européen, et même avec des contrôles sanitaires, le virus aura déjà eu le temps de se diffuser. Cette rapide diffusion est d’ailleurs ce qui explique que des salariés d’Air France refusent désormais d’embarquer vers des destinations à risque, craignant pour leur santé.
 
Lire la suite sur Métamag
 

09:23 Publié dans social santé | Lien permanent | Commentaires (0) | |

22/08/2014

De plus en plus de salariés travaillent de nuit

Travaux_Chaussee2.jpgPar contrainte ou par choix, de plus en plus de salariés travaillent la nuit, selon une étude du ministère de l'Emploi (Dares) publiée jeudi.

En l'espace d'une vingtaine d'années, le nombre de salariés concerné par ces horaires décalés est passé de 2,4 millions de personnes en 1991 à 3,5 millions en 2012, soit un million de salariés en plus.

La proportion de salariés travaillant habituellement de nuit a plus que doublé en vingt ans (3,5% en 1991, 7,4% en 2012).

Lire la suite sur sudouest

09:08 Publié dans social santé | Lien permanent | Commentaires (0) | |

19/08/2014

Un suicide d'agriculteur tous les deux jours en France

2-eleveurs_hd.jpgPrès de 500 suicides ont été enregistrés chez les agriculteurs en trois ans, un tous les deux jours, en particulier chez les éleveurs confrontés à de graves difficultés financières, selon la première étude exhaustive sur le sujet, qui fait de cette population l'une des plus exposées. 

Le suicide est la troisième cause de décès dans le monde agricole après les cancers et les maladies cardiovasculaires selon l'Institut de veille sanitaire


Lire la suite sur L'Express

12/08/2014

Pour comprendre l'épidémie d'Ebola

l_epidemie_d_Ebola.jpgC'est la plus grave épidémie depuis la découverte du virus en 1976. La fièvre Ebolaa déjà fait 1 013 décès sur 1 848 cas (confirmés, probables ou suspects) en Afrique de l'Ouest, selon un décompte arrêté au 4 août par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Pour l'OMS, cette nouvelle poussée de fièvre, qui panique les pays de la région, est "une urgence de santé publique de portée mondiale".

Lire la suite sur FranceTVinfo

09:34 Publié dans social santé | Lien permanent | Commentaires (0) | |

07/08/2014

Pourquoi je dis NON au “don du sang pour tous”

Don-du-sang-e1406641147519.jpgJe suis chirurgien du cancer et plus largement de maladies qui peuvent conduire au cancer. Depuis 1972, j’ai opéré de milliers de patients.

Cela veut dire aussi que, de même que mes collègues, j’opère des patients chez lesquels je peux être amené à prescrire, avec les réanimateurs, une transfusion sanguine, avant, pendant ou après l’intervention chirurgicale parce que l’acte opératoire ou l’état du malade nous l’impose. (...)

Depuis quelques semaines, je suis harcelé de mails me demandant de signer le pétition pour « le Don du sang pour tous ».

J’ai bien lu l’accusation contre celles et ceux qui ne signeraient pas la pétition du don du sang pour tous : ils seraient « homophobes », parce qu’ils assimileraient les personnes qui se déclarent homosexuelles à des consommateurs de drogues ou à je ne sais quelle délinquance. Surtout, ils montreraient du doigt les homosexuels comme « transmetteurs » du sida.

Lire la suite sur le blog du professeur Joyeux

08:34 Publié dans social santé | Lien permanent | Commentaires (0) | |

22/07/2014

Une véritable enquête policière a mis fin au mensonge d’Etat sur le monopole de la sécurité sociale !

Le grand mystère de la Sécurité sociale a une adresse : 14 avenue Duquesne à Paris (7e). C’est le siège du ministère des Affaires sociales et de la Santé. C’est aussi le siège du Conseil supérieur de la mutualité. Cet organisme a un secrétaire général qui a pour mission d’immatriculer les mutuelles. Il s’agit de vérifier si celles-ci ont bien des statuts en règle et répondent aux exigences du code de la mutualité.

Il y a donc au 14 avenue  Duquesne une liste que tout citoyen a le droit de consulter et sur laquelle doivent figurer les noms de toutes les caisses de sécurité sociale françaises, qu’il s’agisse de l’URSSAF, du RSI, de la MSA, des caisses primaires d’assurance maladie, des caisses de retraite etc. En effet, en vertu des ordonnances de 1945 qui ont fondé la Sécurité sociale et édicté le statut de la mutualité, les caisses de sécurité sociale sont des mutuelles et ne peuvent être que des mutuelles.

Si l’une des ces caisses est une mutuelle immatriculée, elle n’a pas le moindre monopole, ce qui veut dire qu’elle ne peut contraindre quiconque à cotiser.

Si elle n’est pas une mutuelle immatriculée, elle est dissoute.

Le MLPS a donc voulu consulter cette liste. Pour que cette consultation soit incontestable, il a dépêché par deux fois, le 4 juin 2014 et le 20 juin 2014, un huissier de justice au 14 avenue Duquesne. Le premier s’est entendu répondre que « nous ne voyons pas la portée de la question, car le RSI, l’URSSAF etc. ne sont pas des mutuelles », et le second que « cette liste n’est pas immédiatement disponible et qu’au surplus ces organismes ne sont pas des structures mutualistes ».

Le problème est que le 16 mai 2014 à 9 h 30, un avocat du MLPS avait téléphoné au Secrétariat général du Conseil supérieur de la mutualité et, ayant demandé si le RSI était bien immatriculé en qualité de mutuelle, s’était entendu répondre que « le RSI et ses diverses caisses régionales sont bien inscrits et qu’ils ont même été les premiers à effectuer cette démarche » !

L’appel téléphonique de notre avocat avait évidemment semé la panique au ministère, et celui-ci s’était immédiatement mis en plongée périscopique, toutes écoutilles fermées. D’où les réponses faites aux huissiers.

Ce que le citoyen doit savoir – et que peu de Français savent – c’est que la décision de dissimuler le caractère mutualiste des organismes de sécurité sociale a été prise en 2004 par le gouvernement de Jacques Chirac pour retarder la mise en application des lois supprimant le monopole de la sécurité sociale. Un journaliste avait même reçu, à l’époque, un document de travail du ministère où figurait une consigne formelle : « Ne pas dire que les caisses de sécurité sociale sont des mutuelles » !

Il reste une question : pourquoi le RSI s’est-il empressé de s’inscrire lorsqu’un décret du 26 septembre 2011 a changé la procédure ? Tout simplement parce qu’à sa création, en 2005, il ne s’était pas fait immatriculer au registre national des mutuelles et qu’il était donc dissout. Le décret du 26 septembre 2011 a supprimé ce registre et l’a remplacé par une inscription auprès du secrétaire général du Conseil supérieur de la mutualité. Du coup, s’étant inscrit, le RSI retrouvait une existence légale. A ceci près – et ce n’est pas rien – qu’étant dissout, il aurait dû se reconstituer pour bénéficier d’une immatriculation. Le ministère a donc inscrit un cadavre ! Le décret du 26 septembre 2011 n’avait pas d’autre but que cette manipulation.

Aujourd’hui, le mensonge officiel sur la nature mutualiste des organismes de sécurité sociale est, comme on vient de le voir, toujours en vigueur. Mais plus pour longtemps. D’abord parce que la Cour de cassation a jugé que les tribunaux devaient enjoindre aux caisses de sécurité sociale de décliner leur identité mutualiste, et ensuite parce que, s’appuyant sur un avis de la Commission d’accès aux documents administratifs, une foule de citoyens assiège le Secrétaire général du Conseil supérieur de la mutualité pour obtenir cette fameuse liste et la brandir au nez des caisses de sécurité sociale qui prétendent en toute illégalité les contraindre à cotiser.

Le monopole de la sécurité sociale est bien mort. A présent doit venir le temps des sanctions. Les ministres et les hauts fonctionnaires qui ont violé le droit des Français à la liberté sociale doivent être jugés. Nous réclamons des sanctions à la hauteur du préjudice causé à l’état de droit, à l’économie nationale et à la situation économique et sociale de tous ceux qui travaillent dans notre pays. C’est dire qu’elles doivent être particulièrement sévères !

Dr Claude Reichman
Président du Mouvement pour la liberté de la protection sociale (MLPS).

Source : Enquete-Debat.fr

 

17/07/2014

Votre santé vaut des milliards – et pas que pour vous !

Pas une semaine ne se passe sans qu'un objet connecté lié au domaine de la santé ne soit lancé.

Parmi eux des vêtements capables d'anticiper une crise cardiaque (ou d'épilepsie), des systèmes de suivi à distance du rythme cardiaque des patients, un lecteur de glycémie qui peut se connecter à votre iPhone et permet aux diabétiques de surveiller leur taux de glycémie ou encore des patchs contrôlant votre respiration...

Votre santé les intéresse...

Lire la suite

11/07/2014

Hidalgo a fumé la moquette de l'Hôtel-de-Ville !

Hidalgo a fumé la moquette de l'Hôtel-de-Ville !

Branle-bas de combat place du politiquement correct ... euh pardon ... place de l'Hôtel-de-Ville de Paris. 

Pour satisfaire aux conclusions impénétrables d'un débat «au sein de sa majorité» (sic) - le genre de discussions qui échappent à toute raison étrangère aux tractations entre Verts, Communistes et Socialistes parisiens - Anne Hidalgo a décidé d'expérimenter l'interdiction de fumer dans un jardin parisien, fusillé sans doute pour l'exemple. C'est dans l'air du temps, avec ces célébrations de la Grande guerre qui commencent ... 

Cette fatwa anti-tabac est naturellement le prélude à une interdiction généralisée, tant il est vrai que le Moloch qui veut votre bonheur malgré vous ne le désire pas à moitié. Il lui faut se préoccuper de votre santé TOTALEMENT, car il est, voyez-vous, totalitai ... ah! Je m'égare à nouveau. 


Qu'importe si la fumée de cigarette dans un espace public aussi vaste et ouvert qu'un jardin se dilue dans l'atmosphère jusqu'à la rendre anodine à vingt centimètres du fumeur au bout de quelques secondes. L'important est de tout contrôler, n'est-ce pas? 

Le pouvoir, surtout s'il est socialiste, c'est à dire animé par la poursuite du bien du plus grand nombre pourvu qu'il soit électeur et vote dans le bon sens, s'arroge le droit de distinguer, de trier le bon grain de l'ivraie, la bonne et la mauvaise substance. 

Car que croyez-vous que la mairie de Paris fasse, au moment où elle entreprend d'interdire le tabac dans les lieux publics ouverts? Elle continue son lobbying pour que la loi soit modifiée et lui permette d'ouvrir une salle de shoot, hautement subventionnée, où les drogués pourront se piquer à l'abri des foudres de la justice et des contrôles de la police. 

Ainsi, la mairie interdit la consommation de tabac mais facilite celle d'héroïne et de cocaïne, allant même jusqu'à prévoir d'engloutir des millions d'euros pour ce faire. 

Sentant bien qu'il y a quelque chose de vicié dans cet air de politique municipale, Anne Hidalgo cherche un deuxième motif,...

Suite et source : www.delanopolis.fr

27/06/2014

Le virus d’Ebola est-il à nos portes ?

ebola-1-mpi.jpgL’organisation Médecins Sans Frontières a annoncé vendredi que l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest était désormais « hors de contrôle« .

Le Liberia, la Sierra Leone et la Guinée sont contaminés par cette « deuxième vague » de l’épidémie. Des cas suspects sont également signalés au Mali. Mais Bart Janssens, directeur des opérations médicales de MSF, constate l’inefficacité des gouvernements africains ainsi que de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) devant ce fléau.

Lire la suite sur médias-presse.infos