Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/10/2017

Pourquoi la page d'ouverture d'Astérix a-t-elle été supprimée du nouvel album ?

Pourquoi la page de garde qui ouvre depuis toujours les bandes dessinées d'Astérix a-t-elle été supprimée du nouveau numéro ? L'éditeur estime que la question “n'a pas d'intérêt”... 

Quarante ans après la mort de Goscinny et six ans après qu’Uderzo a renoncé à dessiner, le scénariste Jean-Yves Ferri et le dessinateur Didier Conrad sortent le 37e volume des aventures d’Astérix intitulé Astérix et la Transitalique.

En compagnie d’Obélix, l’irréductible Gaulois va participer à une course de char à travers l’Italie, des Alpes au Vésuve, à laquelle tous les peuples sont invités, y compris les Romains que représente le champion Coronavirus prêt à tout pour gagner et plaire à César…

L’occasion pour nos Gaulois de rencontrer des peuples qui luttent eux aussi contre la volonté unificatrice des Romains, dont les Italiques et leurs velléités d’indépendance. L’album est truffé d’hommages à ses deux créateurs, à commencer par la couverture qui rappelle Le Tour de Gaule d’Astérix à ce détail près que si Astérix conduisait lui-même le char en 1963, il n’est désormais plus que le copilote d’Obélix…

Un détail intrigue cependant dans ce nouvel album : la disparition de la fameuse page d’ouverture présentant...

.../...

Suite et source : valeurs actuelles

 

Pour que ne meure pas la langue française...

Sur ce blog, modestement, comme je ne prétends être ni écrivain, ni journaliste, j'essaie d'écrire en langue française, sans autre ambition que de respecter le précepte de Nicolas Boileau:

Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement

Et les choses pour le dire arrivent aisément.

Je ne suis pas tout à fait français, si je suis de toute façon francophone. D'aucuns me le reprochent... Il est vrai que je suis né en Flandre, que, sorte de Monsieur Jourdain de l'identité, j'ai longtemps été apatride sans le savoir, que j'ai obtenu tardivement la nationalité française, encore plus tardivement la nationalité suisse...

Je serais donc mal placé pour défendre la langue française... violentée naguère par laféminisation politique des noms et aujourd'hui par l'écriture inclusive. Alors, ne me sentant pas à l'aise pour le faire, je fais appel à d'autres, et non des moindres, pour plaider en faveur de la langue que j'aime: Jean-François Revel et l'Académie française.

Dans un article, paru il y a quelque vingt ans, le 11 juillet 1998, dans Le Point, intitulé Le sexe des mots, Jean-François Revel dit tout haut ce que je pense forcément tout bas. Dans cet article lumineux, il remarque que la querelle de la féminisation des mots découle du simple fait qu'en français le genre neutre n'existe pas.

Il en résulte qu'en français des féminins et des masculins sont purement grammaticaux, nullement sexuels. Jean-François Revel donne les exemples suivants: ...

.../...

Suite et source : francisrichard.net

Qui fait son beurre ? Pénurie de beurre ? Savoir démêler le vrai du faux...

En fait, depuis la fin des quotas laitiers, rien ne tourne plus vraiment rond sur le marché français.

Ainsi donc, certaines grandes surfaces seraient en pénurie de beurre. Ce serait la faute aux Chinois qui ont tout acheté ! Ce serait aussi la faute aux industriels, à de mauvaises récoltes et à une mauvaise politique de stockage. Et tout ça, on le savait depuis longtemps parce que les « experts » nous avaient alertés, mais personne n’a bougé.

Voilà quelques-unes des informations que tout un chacun a pu entendre ou lire ces derniers jours. Alors, info ou intox ? Un peu des deux, serait-on tenté de répondre, tant la situation est plus compliquée qu’il n’y paraît.

Oui, certains étals de grandes surfaces sont vides de plaquettes de beurre doux et demi-sel. Mais c’est plus un défaut d’approvisionnement qu’une pénurie de matière première car, dans le même temps, les rayons de lait ont été remplis et aucune pénurie de lait n’a été constatée. D’ailleurs, avec quoi fait-on du beurre ? En fait, dès que la rumeur sur le manque de beurre s’est propagée, les Français se sont rués sur les étals, surprenant les distributeurs, les industriels et les producteurs.

On veut aussi nous faire croire que les Chinois ont « piqué » tout le beurre destiné aux Européens,...

.../...

Suite et source : boulevard voltaire

La Guyane saturée par l’immigration clandestine...

 La venue d’Emmanuel Macron jeudi 26 octobre a été particulièrement mouvementée, et mal accueillie par une partie de la population. La crise en Guyane a éclaté depuis de longs mois déjà sans que les pouvoirs publics n’aient manifestement apporté les réponses réclamées par les guyanais, notamment concernant l’immigration, un phénomène qui sature la Guyane.

Par ailleurs, le dérapage du service de presse élyséen a jeté également de l’huile sur le feu. En effet, un communiqué a conseillé aux journalistes suivant le chef de l’Etat de ne pas boire l’eau du robinet, d’éviter les relations sexuelles non protégées et de ne pas se baigner dans l’océan.

Jeudi 26 octobre, un millier de Guyanais, notamment représentés par le collectif Pou Lagwiyann dékolé (Pour que la Guyane décolle), ont défilé dans les rues de Cayenne, jusqu’à la préfecture pour réclamer notamment le respect des accords signés en avril avec le gouvernement, soit un plan d’urgence de 1,08 milliard d’euros et la prise en compte par l’exécutif d’une demande de 2,1 milliards d’euros de mesures supplémentaires.

En soirée, ils ont été dispersés à coups de grenades lacrymogènes, ce qui a fait monter la tension par la suite.

Signe de la cristallisation autour notamment de l’immigration, les  « Grands frères » ont obligé l’office de l’immigration à fermer, jeudi 26 octobre, évoquant la possibilité de gérer le pays « eux mêmes », si les mesures adéquates n’étaient pas mises en oeuvre.

Depuis quelques années, la situation migratoire de ce territoire français d’outre mer arrive à saturation. En effet, 12 000 demandes d’asile ont été traitées en moins de 3 ans, soit 5% d’une population de 252 000 habitants. Pour comprendre l’ampleur du phénomène, c’est comme si la France avait accueilli 3 millions de migrants.

En 2 ans, le bidonville de Cayenne, en Guyane, a vu sa population tripler pour atteindre 1 400 habitants. Faute de moyens, les autorités locales sont totalement dépassées .

88% des demandes sont formulées par des Haïtiens. Ces derniers fuient les catastrophes naturelles et l’instabilité politique de leur pays. Problème pour eux, il y a embouteillage à l’arrivée. En 2016, moins de 3% des demandes ont été acceptées. Du coup, les déboutés finissent leur course dans le bidonville de Cayenne, dans des abris de fortune sans eau potable et avec des branchements électriques illégaux.

L’ancien préfet Martin Jaeger avait déjà fustigé de “faux demandeurs d’asile haïtiens” se rendant en Guyane pour raisons économiques. En effet, pour parvenir à leur fin, les migrants n’hésitent pas à se déclarer victimes de groupes crapuleux ou de persécutions liées à un engagement politique ou associatif. L’an dernier, la préfecture a dû fermer l’accueil des demandeurs d’asile pendant 4 mois, le temps de traiter les dossiers en cours d’instruction. Les mesures d’expulsions sont pour leurs parts inopérantes. Les clandestins ramenés aux frontières du Brésil ou du Surinam, reviennent grâce à des filières de passeurs.

Alors que la moitié des Guyanais vivent sous le seuil de pauvreté, un demandeur perçoit 263 euros d’allocation par mois (700 euros pour une famille de 4 enfants).

Ce qui fait dire à Lucie Curet, responsable local de la CIMADE, “qu’il serait mal vu de créer des hébergements d’urgence pour les demandeurs d’asile, vu la tension sur le logement pour les Guyanais “. De son côté, le président de la collectivité territoriale de Guyane, Rodolphe Alexandre dénonce une situation intolérable et demande que l’Etat installe “un campement de réfugiés sur l’un de ses terrains, avec un suivi des ONG “.

Maryse Gauthier, présidente du Secours catholique de Guyane, tire la sonnette d’alarme. Elle affirme que de plus en plus d’habitants commencent à avoir des réactions de rejet à l’égard des clandestins.

En Guyane comme en métropole, la pression migratoire liée à la crise sociale menace de provoquer une véritable explosion civile…

Source : breizh-info.com

27/10/2017

Pour l'Académie, l'écriture inclusive est un «péril mortel»

Les Immortels, à l'unanimité, estiment que cette nouvelle pratique est un danger pour la langue française.

Les immortels de l'Académie française se sont fendus ce jeudi 26 octobre d'une déclaration au ton alarmiste condamnant vertement l'écriture inclusive. Ils vont même jusqu'à prédire un«péril mortel» pour l'avenir de la langue française. Pour rappel, cette graphie consiste à inclure le féminin, entrecoupé de points, dans les noms, comme dans «mes ami·e·s», pour le rendre «visible». Le «point milieu», ce signe situé à mi-hauteur des lettres, peut être utilisé alternativement en composant un mot comme «lycéen·ne» comme suit: racine du mot + suffixe masculin + le point milieu + suffixe féminin.

Cette pratique défendue par certaines militantes féministes au prétexte que la langue française «invisibiliserait les femmes» a beaucoup fait parler d'elle ces dernières semaines alors qu'un manuel scolaire, destiné à des élèves de CE2, a été publié pour la première fois en écriture inclusive en mars 2017. On peut y lire que «grâce aux agriculteur.rice.s, aux artisan.e.s et aux commerçant.e.s, la Gaule était un pays riche». L'éditeur a expliqué avoir choisi d'appliquer les recommandations du Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes datant de 2015.

Prenant acte de la diffusion de cette «écriture inclusive» qui «prétend s'imposer comme norme», l'Académie française...

Suite et source : lefigaro

Taxe sur les dividendes : Moscovici intervient...

Le feuilleton concernant le remboursement de la taxe sur les dividendes continue avec aujourd’hui Moscovici directement impliqué dans ce fiasco.

Il était ministre des finances...

Rappelons que Pierre Moscovici était ministre de l’Economie de la France au moment de l’instauration de la taxe sur les dividendes en 2012. Il a déclaré sur France Info la semaine dernière « regretter a posteriori » la mise en place de cette taxe, se démarquant même de l’action du gouvernement auquel il appartenait (certains apprécieront) en précisant « Ce n’est pas une décision que j’ai prise personnellement, je tiens à le dire.. »

Il est aujourd’hui « commissaire » européen

En tant que « commissaire » européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici, a estimé hier, mardi, dans le quotidien Les Echos, que Bruxelles « pourrait » considérer comme « ponctuelle » la dépense que représente pour la France l’annulation de la taxe sur les dividendes, le fameux contentieux de 10 milliards d’euros.

« Du point de vue de la Commission européenne, cette dépense pourrait être considérée comme ponctuelle, ce qu’on appelle un one off dans le jargon », a-t-il répondu au journaliste, avec le ton condescendant et technocratique qui sied à celui qui, faisant fi de sa propre implication dans le sujet, veut donner l’impression d’une sorte de mansuétude.

.../...

Suite et source : maviemonargent

26/10/2017

Ces djihadistes français en Syrie qui touchaient encore leurs allocations sociales...

Depuis 2008, un groupe entier de la Brigade criminelle s’est spécialisé dans la traque du financement de l’État islamique. Les policiers se sont aperçus que 20 % des combattants français sur zone continuaient de recevoir des prestations sociales.

(...) Selon nos informations, 420 virements frauduleux ont été mis au jour en 2016. Explorant le filon financier, le groupe spécialisé de la Brigade criminelle a débusqué une tentaculaire affaire internationale de collecteurs de fonds servant à financer l’État islamique. Devant l’ampleur du dossier, la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), de la Sous-direction antiterroriste (Sdat), de l’Office central en charge de la grande délinquance financière (Ocrgdf) mais aussi d’Europol ont été aussi sollicités. Agissant dans le cadre d’une enquête préliminaire ouverte depuis novembre 2015, les policiers ont identifié pas moins de 210 collecteurs turcs mais aussi libanais.

Au total, le trafic porterait sur un montant global plus de 2 millions d’euros, dont 500.000 euros seraient partis de France entre mi-2012 et mi-2017. Selon un dernier pointage, 190 expéditeurs français ont été identifiés. Depuis lors, l’Europe s’est organisée pour donner l’alerte en cas de transfert de fonds suspects. Pour les aides indûment obtenues, les policiers ont fait en sorte de couper le robinet en communiquant aux organismes sociaux abusés le nom des bénéficiaires ayant disparu du territoire national. Plus que jamais, ils pensent que le trépas de Daech passera aussi par l’organisation de son asphyxie financière.

Source : le figaro via fdesouche

08:58 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook

La statue de Jean-Paul II oui, la croix non...

Le Conseil d’Etat a ordonné la suppression de la croix qui surplombe la statue de Jean-Paul II à Ploërmel. Cela fait suite à l'acharnement des laïcistes locaux :

  • Le 30 avril 2015, le tribunal administratif de Rennes, saisi par la « Libre pensée » et deux communistes locaux, avait ordonné que le monument soit enlevé.
  • Le 16 décembre 2015, la cour administrative d’appel de Nantes annulait ce jugement, pour vice de forme : les demandes de retrait auraient dû être formulées dès l’installation de la statue, et pas six ans après, une fois que la délibération du conseil municipal est devenue depuis longtemps définitive.
  • Les laïcards acharnés ont saisi le Conseil d’Etat. Lequel 

Suite et source : le salon beige

Petite visite médicale du projet de loi de finance de la sécu...

La recette du gouvernement ne diffère en rien des précédentes.

La présentation, ces jours-ci, du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) par Agnès Buzyn, ministre de la santé, constitue son véritable baptême du feu. Elle a de la chance : les effets de la crise de 2008 commencent à s’estomper et, la masse salariale augmentant, les finances de la Sécu s’améliorent « naturellement ». Et même si, en même temps – comme dirait notre Président -, la population vieillit et les traitements sont de plus en plus coûteux, la tendance est favorable. Les dépenses ne baissent pas, mais leur hausse ralentit, et le retour à l’équilibre en 2020 pourrait ne pas être un mirage.

Mais, jouant sur les mêmes sempiternels paramètres, la recette du gouvernement ne diffère en rien des précédentes : hausse des cotisations via la CSG, baisse de la prise en charge avec deux euros de plus sur le forfait journalier hospitalier et baisse imposée du prix des médicaments. Rien de novateur, et surtout pas l’ébauche d’une mise en concurrence de la Sécu avec les assureurs privés, moins chers et plus efficaces…

Bien sûr, la lutte contre les fraudes doit être améliorée : « Il faut cesser d’être laxiste avec ceux qui abusent d’un système généreux. » Mais ne faudrait-il pas inverser les deux adjectifs ? Trop d’arrêts de travail sont plus « sociaux » que médicalement justifiés, parce que la médecine est souvent devenue le camion-balai de conflits professionnels inextricables. Et Mme Buzyn en est bien consciente quand elle demande : « Jusqu’à quand l’assurance maladie palliera-t-elle les défaillances du management au travail ? »

.../...

Suite et source : boulevard voltaire

25/10/2017

Loi de finances 218 : Toutes les dépenses d'intervention de la mission culte concernent l'islam...

Dans les annexes du projet de loi de finance 2018, on découvre, parmi diverses dépenses, celles concernant les cultes, soit plus de 2,7M€. Ces dépenses recouvrent le suivi des affaires relatives aux différents cultes : tutelle administrative sur les congrégations et collectivités religieuses, et application du régime concordataire dans les départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle. Parmi ces dépenses, il y a celles d'investissement et celles d'intervention.

Les crédits d’investissement sont destinés à financer les travaux relevant de la responsabilité de l’État, propriétaire des quatre implantations cultuelles des départements concordataires d’Alsace et de Moselle. Il s’agit des grands séminaires et palais épiscopaux de Metz et Strasbourg. La dotation budgétaire est exclusivement utilisée à des travaux de pérennisation du patrimoine (réfection de toitures et de menuiseries extérieures) ou de mise en sécurité (structurelles ou relevant de la réglementation incendie).

Les crédits d’intervention d’un montant de 1,3 M€ sont destinés, d’une part, au versement des subventions aux communes pour la réalisation des travaux sur les édifices cultuels (pour l’essentiel des réfections des toitures) et, d’autre part, aux cultes catholique, protestant et israélite pour leurs frais d’administration. La mise en œuvre du plan de lutte anti-terrorisme augmente les crédits d’intervention d’un montant de 0,8 M€. Cette enveloppe sera consacrée au financement de diplômes universitaires et de recherches en islamologie.

.../...

Suite et source : le salon beige

Le Parlement européen se prononce pour une interdiction du Glyphosate...Ce mardi 24 octobre à midi, le Parlement européen s’est prononcé (355 voix pour, 204 contre, 111 abstention) pour une interdiction du glyphosate avec une période de transition de 5 an

Ce mardi 24 octobre à midi, le Parlement européen s’est prononcé (355 voix pour, 204 contre, 111 abstention) pour une interdiction du glyphosate avec une période de transition de 5 ans.

 « Nous voulions interdire le glyphosate. Par ce vote, nous envoyons un signal fort aux gouvernements nationaux qui doivent se prononcer d’ici peu sur une prolongation ou non de 10 ans de ce produit. L’interdiction du glyphosate est aussi la traduction de notre préoccupation pour la santé des citoyens, consommateurs et agriculteurs, qui chaque jour ingèrent ce produit potentiellement toxique à leur insu ! » expliquent Marc Tarabella et Eric Andrieu, Eurodéputés PS en charge de l’agriculture.

Cette victoire souffre quand même un regret partagé par les deux élus : « Le vote de ce midi prévoit une période de transition afin que les agriculteurs aient le temps de mettre en place des alternatives, ce qui est parfaitement compréhensible. Nous voulions une période de trois ans. Celle-ci sera de 5 ans, une période trop longue à nos yeux.» jugent Eric Andrieu et Marc Tarabella.

« On peut aussi s’étonner que, malgré les immenses doutes sur ce produit et les nombreux témoignages sur sa toxicité potentielle, la droite conservatrice (PPE), plus grand groupe politique européen, ait failli faire capoter cette interdiction en se battant jusqu’à la dernière seconde pour une autorisation de 5 ans renouvelable, autant dire à vie… » précisent encore Eric Andrieu et Marc Tarabella.

À noter que le Parlement se prononce pour une interdiction partout en Europe du glyphosate dès le 15 décembre 2017 pour les particuliers européens ainsi que pour les autorités dans les espaces publics.

« Interdire le glyphosate en accompagnant les agriculteurs vers un autre modèle agricole était notre priorité absolue. Nous avons mis les gouvernements nationaux devant leurs responsabilités. Une prolongation de ce produit potentiellement toxique serait considérée comme de la non-assistance à consommateurs et agriculteurs en danger » estiment les Eurodéputés PS Marc Tarabella et Eric Andrieu.

Nonobstant le vote d’aujourd’hui par le Parlement européen pour une interdiction du glyphosate, et celui de demain ou des semaines à venir par les États membres sur une prolongation de 10 ans, Eric Andrieu et Marc Tarabella travailleront à la mise en place d’une commission d’enquête sur les Monsantopapers.

Quelque 54 des 310 députés de La République en marche (LREM), dont l’agricultrice finistérienne Sandrine Le Feur, avaient demandé la veille, dans une tribune au Monde mise en ligne ce dimanche l’interdiction “le plus rapidement possible” du glyphosate dans l’Union européenne, au nom de “la santé de tous”.

Source : Breizh-info.com

24/10/2017

Éolienne “offshore” : le naufrage du bon sens...

La première éolienne flottante en mer (dite “off-shore“) en France a été inaugurée en grande pompe à Saint-Nazaire le 12 octobre 2017 par le secrétaire d’État à la Transition énergétique Sébastien Lecornu et quelques célébrités locales.

Le coût total de l’aventure nommée “Floatgen” est estimé autour de 40 millions d’euros (M€), dont la moitié pour l’éolienne elle-même. L’autre moitié se répartit entre le flotteur en béton, les divers raccordements et les ancrages. Le projet bénéficie d’une subvention de 10 M€ apportés par l’Union européenne, et de 8 M€ par le Programme d’investissements d’avenir de l’État.
En clair, près de la moitié du coût prévisionnel de ce projet est financé par les impôts des Français alors que les principaux bénéficiaires sont étrangers (allemands et danois).

Bien que cette éolienne de 140 mètres de haut en bout de pale soit censée alimenter de 2000 à 4000 foyers selon les sources, qu’en est-il exactement ?

Tout d’abord, les jours sans vent, ce qui arrive aussi de temps à autre en mer au large de Saint-Nazaire, cette éolienne n’alimentera strictement personne.

Ensuite, ses concepteurs annoncent un facteur de charge prévu de 32%. Donc cette éolienne est censée fonctionner un jour sur trois à sa puissance nominale. Et ce chiffre est optimiste puisque même en Écosse (où il y a beaucoup de vent…), les éoliennes atteignent à peine ce rendement (le parc de Robbin Ring atteint 30%).
Mais admettons. La puissance de l’éolienne étant de 2 MW, la production annuelle serait d’environ 5600 MWh.
Pour produire autant de MWh que le futur réacteur nucléaire EPR de Flamanville (11 millions MWh par an, même s’il n’y a pas de vent ni de soleil), il faudra plus de 2000 éoliennes “Floatgen” pour un coût de 40 à 80 milliards d’euros ! Le coût pourrait être divisé par deux par un effet d’échelle. Mais même en divisant par deux… le prix du kilowatt-heure payé par le consommateur augmentera rapidement.

Enfin, cerise sur le gâteau, la production de cette machine sera officiellement achetée obligatoirement à 240 €/MWh (!)… quand elle produira, soit six fois le prix actuel du marché qui est d’environ 40 €/MWh. Là encore, la différence sera payée par le consommateur / contribuable via une taxe (la Contribution au Service Public de l’Electricité, CSPE) sur sa facture d’électricité.

Avec ce prix d’achat préférentiel (et démentiel) de 240 €/MWh, pourquoi faut-il encore des subventions pour la construction ?

En Allemagne, de récents appels d’offres ont été attribués sans subvention pour des éoliennes en mer. Le prix d’achat très élevé et obligatoire de la production éolienne payée par les Allemands suffira à rentabiliser l’investissement des lauréats. Il faut souligner qu’en Allemagne, le prix de l’électricité est deux fois plus élevé qu’en France…

L’EPR est prévu pour durer 60 ans. Quelle sera durée de vie pour cette éolienne en mer ? Faudra-t-il la changer dans 20 ans ou 30 ans, si elle a résisté jusque là aux assauts des tempêtes maritimes ?

Alors que l’économie de la France est dans une phase critique, des milliards d’euros vont être dilapidés pour fabriquer quelques pourcents d’une électricité intermittente, inappropriée à la demande de l’utilisateur, et donc de mauvaise qualité.
De plus, elle est cinq à six fois plus chère que le prix du marché actuel (rappel : 240€/MWh contre 40 €/MWh).

Ces sommes démentielles seront prélevées sur la facture d’électricité des Français pour être englouties en mer. Une hausse vertigineuse du tarif de l’électricité a déjà commencé via la CSPE, alors que 9 millions de consommateurs sont déjà en situation énergétique précaire et doivent être socialement assistés…. Ce qui contribue aussi à l’augmentation de la CSPE dont c’était l’objectif à l’origine !

Le naufrage du bon sens

Le coût complet de mise en place des moyens complémentaires (réseau électrique, aménagement d’infrastructure portuaire, subventions, construction de nouvelles centrales thermiques de production d’électricité pour compenser l’intermittence) est aujourd’hui encore mal identifié. Il représente cependant, à l’horizon 2030, plusieurs dizaines de milliards d’euros que devra supporter le contribuable français. La commission de régulation de l’énergie (CRE) a déjà prévu un surcoût de 8 milliards d’euros dû aux énergies renouvelables (incluant le solaire) pour la seule année 2018.

Le développement de ces éoliennes “off-shore“, encore moins compétitives que les éoliennes terrestres, est un non sens économique qui conduit à une destruction d’emplois par atteinte de la compétitivité des entreprises de notre pays. Comment des idéologues œuvrant habilement en coulisses (gouvernement, Commission européenne,…) sur le dos des citoyens contribuables ont-ils pu gangréner l’esprit de nos dirigeants à ce point ?

Le développement programmé de l’éolien “offshore” va contribuer à l’appauvrissement de la France pour satisfaire des intérêts privés et des accords électoraux avec les “Verts” au détriment de l’intérêt national.

L’éolienne flottante “Floatgen” inaugurée à Saint-Nazaire représentera le premier totem en mer qui matérialise le naufrage du bon sens.

Michel Gay 

Source : Breizh-info.com

23/10/2017

La religion païenne des élites laïcistes : le réchauffement climatique...

Kathleen Hartnett White a été nommée la semaine dernière par Donald Trump présidente du conseil de la Maison Blanche sur la qualité de l’environnement. Elle a déclaré en 2016 que la croyance au « réchauffement global » relève d’« une sorte de paganisme » des « élites laïcistes ». Il faut croire que Kathleen Hartnett White, en disant cela lors d’une émission conservatrice en ligne, The Right Perspective (« la perspective juste » ou « vu de droite ») en septembre 2016 a véritablement brisé un tabou. Désormais haut responsable du think tank climatosceptique Texas Public Policy Foundation, elle osait alors évoquer le « côté obscur » du discours et des méthodes des tenants du changement climatique d’origine anthropique.

Mme Hartnett White explique depuis longtemps que des exigences des réchauffistes – imposées à travers le GIEC, les COP successives, les Accords de Paris, les Objectifs du développement durable de l’ONU, ce n’est pas le fait de gens minoritaires et sans pouvoir – aurait pour effet de renvoyer les pays développés et notamment les Etats-Unis vers le XVIIIe siècle en portant atteinte à ce qui assure aujourd’hui la prospérité de nos sociétés : l’énergie. Lors de son émission de septembre 2016, elle déclarait :

« Il y a vraiment un côté obscur dans ce type de paganisme – c’est aujourd’hui la religion des élites laïcistes – que constitue évidemment le réchauffement climatique. »

Un paganisme associé avec le communisme. Dans la même émission,...

Suite et source : le salon beige

Quand Anne Hidalgo traverse Paris en voiture avec escorte...

Indignation d’un Parisien sur la dangereuse politique anti-pollution

du Maire de Paris.

Paralyser Paris, voilà le mantra d’Anne Hidalgo.

Sur fond de crise migratoire européenne, de conflit en Syrie, d’insurrection au Venezuela et d’attentats à Barcelone, la Maire de Paris fait de la lutte contre la voiture le marqueur de son mandat. Chacun son cheval de bataille à essence.

Ce n’est ni une passion dévorante pour Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-Francetirant à boulet rouge sur la politique de la Ville de Paris, ni un anti-écologisme primaire craignant les discours catastrophiles, qui sont à l’origine de mon indignation.

LA POLITIQUE D’ANNE HIDALGO : UNE « HÉRÉSIE »

C’est plutôt la façon dont on essaie de nous faire avaler, soi-disant pour mieux respirer, une politique triplant nos temps de trajet matin et soir.

Et je ne vous parle pas de rapports d’experts plus ou moins indépendants mandatés par la Ville.

Je vous parle, en Parisien, de ce qu’est devenu Paris tous les jours travaillés de 8h à 10h et de 18h à 21h.

Je vous parle de ce que je subis au quotidien dans 45 minutes d’embouteillages pour faire moins de 5 kilomètres au minimum deux fois par jour.

Je vous parle de la majorité silencieuse et fataliste des millions d’automobilistes neutralisés parce qu’une administration a décidé que nous devions prendre le métro ou le vélo, et qui pour une raison ou pour une autre, ne peuvent envisager ni l’un ni l’autre.

Un moyen d’exercer son efficacité ? Un désir de gouverner ? Une manière d’exister ?

Je ne crois pas.

Faut-il en effet rappeler qu’à peine 10% des déplacements à Paris s’effectuent en voiture ?

Faut-il rappeler que l’engorgement pour décourager ce peu de trafic est dangereux, pour le manque à gagner qu’il fait perdre à l’économie parisienne, et pour la santé.

Oui, pour la santé. D’abord la diminution de la pollution depuis le début de cette politique n’est pas prouvée, ensuite parce que, l’autre matin, c’est bien sous mes yeux qu’une ambulance hurlante se paralysait de longues minutes avec des infirmiers s’agitant à l’intérieur sur un malade, manifestement mal en point, incapable d’avancer d’un mètre malgré la bonne volonté des automobilistes pour ouvrir la voie. Faut-il rappeler qu’une minute de perdue, c’est 10% de chance de survie en moins ?

C’est cela une politique anti-voiture pour améliorer la qualité de vie des usagers ?

Manuel Valls dénonçait justement voilà quelques mois je crois « l’hérésie » de la politique des transports de la capitale depuis qu’il n’est plus sous escorte ministérielle. Et Anne Hidalgo de répondre : « Prends le métro Manuel ! ».

Je ne sais pas si c’est davantage l’arrogance que l’ignorance qui motivait le propos, en tout cas un événement providentiel est venu à notre secours avec Manuel.

QUAND ANNE HIDALGO SE DÉPLACE… ET PAS EN MÉTRO

D’une vérité d’évangile, l’anecdote serait passée inaperçue dans la foule de touristes de la rentrée, 

si après une audience au Palais de justice, je n’avais pas décidé de marcher un peu avant de héler un taxi rue de Rivoli.

Je marche donc, de l’île Saint Louis au pont d’Arcole, en fier étendard du Parisien à pied, minuscule symbole de cette France que tout le monde veut En Marche.

Traversant le quai pour rejoindre le parvis de l’Hôtel de Ville, quelle n’est pas ma stupéfaction de voir arriver du quai de la Mégisserie, comme dans un film de Luc Besson, une berline précédée de motards à gyrophares (souvenez-vous que la rhétorique écologiste veut éviter les nuisances).

Et là, comment dire ?

C’est une scène que seuls les grands événements vous font vivre au ralenti.

Notre Anne capitale, de noir vêtue, solaire, dans le vent de septembre (cet élément si cher aux écologistes), sortir d’une voiture de fonction (on ne lui a pas ouvert la porte, je dois avouer).

Notre Anne capitale incapable de respecter elle-même les mesures qu’elle dispense à tout Paris.

Notre Anne capitale en bon exemple de ce que la politique produit de meilleur : digne, accessible, et cohérente, autant que mon voisin pliant son vélo pour le mettre dans son diesel le dimanche.

LEÇON À TIRER DE L’ATTITUDE D’ANNE HIDALGO

Sans être spécialiste du problème écologiste,...

Suite et source : contrepoints

Europe 1, les fake news, c'est naturel...

On y avait pourtant cru. Frédéric Schlesinger, fraîchement rapatrié sanitaire des terres arides de Radio France, enfin revenu au bercail douillet de la rue François Ier, cajolé par Arnaud Ier (fils de Jean-Luc Ier) qui vint à lui puisqu’il manqua d’y venir lui-même, Frédo-la-Débrouille, donc, allait remettre Europe 1 d’équerre. Compas à la main, il allait tracer les lignes directrices de cette nouvelle radio et on verrait ce qu’on verrait.

Pour gérer les gens des couloirs, il fallait un bon gars, un gars qui sache leur parler, leur servir du « Coco, tu vois… » sans sonner faux. Ce fut évidemment l’éternel Jean Beghin qui, guitare reléguée au placard, suivit une nouvelle fois son mentor. Décidément, deux fines lames.

Et puis, semaine dernière, par une toute petite anecdote de rien du tout, on a pu voir ce qu’était devenue la rédac.

Comme ça, un beau matin, Europe 1 a tweeté cette immondice :

Comme ça, un beau matin, la rédac’ d’André Arnaud, la rédac’ de Jean Gorini, la rédac’ de Jacques Paoli et de Maurice Siegel, ce temple de l’inventivité est devenu le temple de l’invention, une sorte de Pravda des temps postmodernes.

 

Comme ça, un beau matin, sous cette nouvelle direction qui allait nous montrer comment la radio se fait, on découvrait qu’ici aussi le mensonge se nourrissait de l’inculture.

 

Cette horreur est d’autant plus déplorable qu’il suffisait aux « journalistes » d’Europe 1 de consulter… le site Web d’Europe 1 (!) pour découvrir dans un portrait de Logan N. publié la veille que :

« En 2014, le jeune homme se tourne donc vers l’Action française provençale, (…). mais trouve le mouvement “trop politique” et “trop consensuel”. L’aventure dure un an et demi. »

Au temps pour « un attentat fomenté par l’AF »…

Je lis que l’Action française portera plainte pour diffamation. C’est bien, mais peu importe, finalement, car si Europe 1 se voyait condamnée, l’amende lui coûterait l’équivalent d’un petit noir au Café Mode. Pas de quoi fouetter un chat. Et, d’ailleurs, ne peut-on se moquer tranquillement de ces gens ? Déjà, ils sont de droite ; pouah ! Ensuite, ils sont un peu roycos sur les bords ; double pouah ! Enfin, ils sont provençaux ! Si ça se trouve, ils ont même l’accent et jouent à la pétanque ! Triple pouah ! vous dis-je.

Si Schles lisait un peu – oh, pas grand-chose, simplement Harry Potter, ne soyons pas trop ambitieux -, il saurait qu’avec de grands pouvoirs viennent de grandes responsabilités. Avec l’immense privilège de diriger ce monument historique qu’est Europe 1 vient la responsabilité de l’honnêteté intellectuelle et peut-être, soyons fous, d’un peu de bagage culturel.

En attendant, les Fake News, c’est naturel.

Source : boulevard voltaire

20/10/2017

Gender : la Californie reconnaît le "sexe neutre"...

Dimanche 15 octobre, le gouverneur californien Jerry Brown a ratifié le «Senate Bill 179», aussi appelé «Gender Recognition Act», qui instaure un 3e genre.

Désormais, les Californiens auront le choix entre trois options sur leurs documents d'identité officiels: «masculin», «féminin» ou «non binaire».

L'opposition principale au projet est venue du California Family Council, qui a dénoncé, dans un tweet, une loi «incroyablement tragique».

«SB 179 sème le danger et la confusion. Les personnes qui souffrent de dysphorie de genre doivent être aimées, mais on ne doit pas leur mentir. La biologie n'est pas du bigotisme

Source : le salon beige

Les dérives de l'écologie de marché...

La sixième extinction de masse des espèces menace indirectement la survie de l’humanité. Contrairement au discours convenu, la question climatique, pour alarmante qu’elle soit, n’en est pas la principale cause.

Et sur les 23 250 espèces figurant sur la liste rouge de l’UICN, l’ours polaire, malgré le réchauffement et la réduction de son habitat, n’est classé que dans la catégorie « vulnérable », qui regroupe les espèces les moins menacées. Sa population n’ayant d’ailleurs jamais été aussi importante.

 

La principale menace provient du pillage mercantile des ressources de la planète, qui les transforme en biens de consommation et réduit l’habitat de chaque espèce comme peau de chagrin en imprimant irrémédiablement sa signature industrielle sur le peu qui en reste, par sa pollution aussi bien chimique, visuelle, que sonore.

Les nouveaux écologistes

Brassant chaque année les dollars par centaines de milliards et, paradoxalement issue de l’alliance contre nature entre écologistes et marchands du temple, l’« écologie de marché » a entrepris d’accélérer le massacre. Agitant à la fois le spectre d’une apocalypse nucléaire, d’une fournaise climatique et de l’immersion de territoires, prélude aux invasions de bandes armées, cette nouvelle religion, qui prélève ses « indulgences » sur des consommateurs, forcément coupables, prétend, à grands coups d’argent public, terrasser le mal suprême que constitueraient les émissions de gaz à effet de serre (GES) issues de l’activité humaine et communément exprimées en équivalent CO2.

Mais confondant résultats et moyens, cette nouvelle écologie se gonfle de l’arsenal qu’elle déploie au nom d’engagements passés sans sembler s’émouvoir de sa patente inefficacité. En France, nos nouveaux dévots révèrent l’Allemagne et déplorent le retard dont notre système électrique est supposé souffrir sur son tournant énergétique, ou « Energiewende » auquel la politique outre-Rhin consacre des centaines de milliards d’euros.

Le silence étant de règle sur le fait que la France s’est vu attribuer le meilleur indice de performance climatique au monde, tandis que son « modèle allemand » fait partie du cercle très fermé des rares pays à voir encore les émissions de CO2 du secteur de l’énergie continuer à croitre.

L’énergie en question…

Suite et source : économiematin

19/10/2017

L’écriture inclusive menace la liberté d’expression...

L’écriture inclusive n’est pas simple, on pourrait même dire qu’elle rend illisibles les mots.

Je dois faire un aveu : il y a encore quelques jours, j’ignorais tout de l’écriture inclusive. Depuis, j’ai eu le temps de me plonger dans le débat en lisant les réactions, indignée de Raphaël Enthoven sur Europe 1, prudente de Jean-Michel Blanquer sur LCI, enthousiaste de Raphaël Haddad, auteur d’un Manuel d’écriture inclusive, ou pleine d’humour de Gaspard Koenig.

Initialement, je me suis dit « Pourquoi pas, si c’est simple ». Un des problèmes est bien celui-là : l’écriture inclusive n’est pas simple, on pourrait même dire qu’elle rend les mots illisibles.

Plus grave, ce nouveau combat s’inscrit dans cette tendance à nous faire croire que l’usage de certains mots puisse être aussi violent que les agressions physiques justifiant une censure à l’égard de ceux qui continueraient à les utiliser. Cette tendance est de plus en plus marquée au sein de nos sociétés et je crois qu’il faut la prendre pour ce qu’elle est, à savoir une réelle menace pour la liberté d’expression.

LA DIFFICULTÉ DE RESTER LISIBLE AUSSI BIEN À L’ÉCRIT QU’À L’ORAL

Peut-être ne savez-vous pas ce qu’est l’écriture inclusive. Sachez qu’elle a son site, un manuel et la maison d’édition Hatier a publié en mars dernier le premier manuel scolaire rédigé en écriture inclusive. Cette dernière

désigne l’ensemble des attentions graphiques et syntaxiques permettant d’assurer une égalité des représentations entre les femmes et les hommes.

Pour ce faire,...

Suite et source : contrepoints

Le scandale Weinstein éclabousse désormais les LGBT...

Le voile semble également se lever sur un fléau encore moins médiatisé: celui du traitement réservé aux (très) jeunes acteurs à Hollywood. Un phénomène certes moins endémique que le système sexiste, mais particulièrement tabou. Et soumis lui aussi à la culture du silence.

«L'industrie du showbiz est probablement le milieu où les adultes ont le plus de liens directs et inappropriés avec les enfants au monde», déclarait Corey Feldman, ex-enfant star américain connu pour son rôle dans The Goonies. Récemment interrogé sur Harvey Weinstein, l'acteur a rappelé avoir dénoncé, depuis plusieurs années déjà, de nombreux cas d'abus sexuels sur de jeunes garçons à Hollywood. En allant jusqu'à parler de pédophilie. 

Ces allégations, il les illustre par sa propre histoire et celle de son feu-meilleur ami - et compère à l'écran dans la série The Two Coreys - Corey Haim. L'acteur est décédé d'une pneumonie sous fond de surdose de drogues en 2010. Dans une interview accordée au Hollywood Reporter en 2016, Corey Fieldman raconte avoir subi des agressions sexuelles à maintes reprises dans le cadre de sa carrière d'acteur. Dont un viol, à l'âge de 15 ans, par un manageur employé par son propre père. Corey Feldman assure:«J'ai été molesté et passé d'homme à homme», comme un certain nombre d'autres enfants. Avant de révéler que son ami Corey Haim avait quant à lui été violé à l'âge de 11 ans seulement. Et ne s'en était jamais remis.

Elijah Wood, l'acteur phare du Seigneur Des Anneaux, a lui aussi osé parler, en qualifiant Hollywood de repaire de "vipères". Il confie, pour sa part, avoir été protégé par sa mère, qui l'avait empêché de se rendre aux soirées mondaines Hollywoodiennes au début de sa carrière. S'il réfute avoir avoir subi de tels sévices, il sous-entend que tous ses collègues n'ont pas eu cette chance.

Journaliste proche de l'alt-right, le très controversé Milo Yiannopoulus s'était lui aussi exprimé, en 2016, sur ces rapports malsains : dans un podcast, il décrivait un milieu rongé par la drogue, dans lequel certains grands noms de l'industrie avaient des rapports sexuels avec des garçons bien plus jeunes qu'eux.Chose qu'il refusait lui-même de condamner.

Si peu de noms circulent encore,...

Suite et source : le salon beige

09:24 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook

17/10/2017

Allemagne: 75% des migrants seront chômeurs de longue durée et allocataires sociaux à vie

migrants-europe-Dreuz.jpg60% des 50 millions de musulmans en Europe vivent de prestations sociales financées par nos impôts. (Et cela est aussi reconnu par le Cheikh Khalid Yasin, que l’on ne saurait traiter d’islamophobe 

En Allemagne, le nombre de migrants au chômage atteint un chiffre record.

Le rêve de Merkel de voir les “réfugiés” remplacer la main d’œuvre vieillissante allemande s’évanouit en fumée.

Souvenez-vous de cette phrase magique: les « réfugiés » sont une chance pour l’Europe.

Lire la suite sur dreuz.info