Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/10/2017

La Guyane saturée par l’immigration clandestine...

 La venue d’Emmanuel Macron jeudi 26 octobre a été particulièrement mouvementée, et mal accueillie par une partie de la population. La crise en Guyane a éclaté depuis de longs mois déjà sans que les pouvoirs publics n’aient manifestement apporté les réponses réclamées par les guyanais, notamment concernant l’immigration, un phénomène qui sature la Guyane.

Par ailleurs, le dérapage du service de presse élyséen a jeté également de l’huile sur le feu. En effet, un communiqué a conseillé aux journalistes suivant le chef de l’Etat de ne pas boire l’eau du robinet, d’éviter les relations sexuelles non protégées et de ne pas se baigner dans l’océan.

Jeudi 26 octobre, un millier de Guyanais, notamment représentés par le collectif Pou Lagwiyann dékolé (Pour que la Guyane décolle), ont défilé dans les rues de Cayenne, jusqu’à la préfecture pour réclamer notamment le respect des accords signés en avril avec le gouvernement, soit un plan d’urgence de 1,08 milliard d’euros et la prise en compte par l’exécutif d’une demande de 2,1 milliards d’euros de mesures supplémentaires.

En soirée, ils ont été dispersés à coups de grenades lacrymogènes, ce qui a fait monter la tension par la suite.

Signe de la cristallisation autour notamment de l’immigration, les  « Grands frères » ont obligé l’office de l’immigration à fermer, jeudi 26 octobre, évoquant la possibilité de gérer le pays « eux mêmes », si les mesures adéquates n’étaient pas mises en oeuvre.

Depuis quelques années, la situation migratoire de ce territoire français d’outre mer arrive à saturation. En effet, 12 000 demandes d’asile ont été traitées en moins de 3 ans, soit 5% d’une population de 252 000 habitants. Pour comprendre l’ampleur du phénomène, c’est comme si la France avait accueilli 3 millions de migrants.

En 2 ans, le bidonville de Cayenne, en Guyane, a vu sa population tripler pour atteindre 1 400 habitants. Faute de moyens, les autorités locales sont totalement dépassées .

88% des demandes sont formulées par des Haïtiens. Ces derniers fuient les catastrophes naturelles et l’instabilité politique de leur pays. Problème pour eux, il y a embouteillage à l’arrivée. En 2016, moins de 3% des demandes ont été acceptées. Du coup, les déboutés finissent leur course dans le bidonville de Cayenne, dans des abris de fortune sans eau potable et avec des branchements électriques illégaux.

L’ancien préfet Martin Jaeger avait déjà fustigé de “faux demandeurs d’asile haïtiens” se rendant en Guyane pour raisons économiques. En effet, pour parvenir à leur fin, les migrants n’hésitent pas à se déclarer victimes de groupes crapuleux ou de persécutions liées à un engagement politique ou associatif. L’an dernier, la préfecture a dû fermer l’accueil des demandeurs d’asile pendant 4 mois, le temps de traiter les dossiers en cours d’instruction. Les mesures d’expulsions sont pour leurs parts inopérantes. Les clandestins ramenés aux frontières du Brésil ou du Surinam, reviennent grâce à des filières de passeurs.

Alors que la moitié des Guyanais vivent sous le seuil de pauvreté, un demandeur perçoit 263 euros d’allocation par mois (700 euros pour une famille de 4 enfants).

Ce qui fait dire à Lucie Curet, responsable local de la CIMADE, “qu’il serait mal vu de créer des hébergements d’urgence pour les demandeurs d’asile, vu la tension sur le logement pour les Guyanais “. De son côté, le président de la collectivité territoriale de Guyane, Rodolphe Alexandre dénonce une situation intolérable et demande que l’Etat installe “un campement de réfugiés sur l’un de ses terrains, avec un suivi des ONG “.

Maryse Gauthier, présidente du Secours catholique de Guyane, tire la sonnette d’alarme. Elle affirme que de plus en plus d’habitants commencent à avoir des réactions de rejet à l’égard des clandestins.

En Guyane comme en métropole, la pression migratoire liée à la crise sociale menace de provoquer une véritable explosion civile…

Source : breizh-info.com

13/10/2017

L’Italie sommée de s’expliquer au Conseil de l’Europe à propos de mesures destinées à ralentir le flux de migrants

Italie-Conseil-Europe-ralentir-flux-migrants-e1507817106703.jpgAlors que l’Italie a posté des navires militaires au large des côtes libyennes pour décourager les candidats à l’immigration clandestine et aider les garde-côtes locaux à empêcher le départ des migrants, le Conseil de l’Europe estime qu’il y a un grave risque de violation des droits de l’homme de ce fait et demande des explications.
 
Une lettre adressée le 28 septembre dernier au ministre de l’Intérieur Marco Minniti par le commissaire aux droits de l’homme du Conseil, Nils Muiznieks, publiée mercredi, affirme que les migrants poussés à retourner vers la Libye encourent un « risque réel » de tortures ou de traitements inhumains.
 
La Convention européenne des droits de l’homme interdit d’exposer quiconque à ce type de traitement.
 
Des mesures prises par l’Italie ont permis de ralentir significativement le flux de migrants : – 25 % à ce jour en 2017 par rapport à l’année dernière.

Lire la suite sur reinformation.tv

12/10/2017

Baisser les quotas migratoires et relancer la natalité européenne !

March2015-Hiba-640x416.jpgHorst Seehofer, de la CSU, et les jeunes de la CDU réunis en congrès à Dresde ont obtenu que la chancelière immigrationniste Merkel mange son chapeau et limite l’immigration nette à 200.000 immigrés par an. Les jeunes de la CDU veulent pouvoir « décider qui entre dans notre pays ».

Un tabou vient donc de tomber, mais ce chiffre de 200.000 est beaucoup trop élevé. Il se rapproche de l’invasion migratoire qui, en France depuis quarante ans, oscille entre 200.000 et 300.000 immigrés – clandestins inclus – par an. À noter que l’hypocrisie politique est possible car le chiffre annuel allemand pourra être modifié chaque année selon l’importance du chômage.

Mais ce chiffre de 200.000, présenté comme une victoire, est en fait une demi-mesure suicidaire qui caractérise la pensée unique en Europe.

Lire la suite sur Boulevard Voltaire

06/10/2017

L’immigration extra-européenne aura été le principal fait générateur de l’apparition d’un islam de combat

thilo-sarrazin-islam-immigration.jpgS’agiter et chercher à masquer la réalité, le discriminant commun des terroristes islamistes est qu’ils sont ultra majoritairement issus de familles de culture musulmane, qu’ils soient de nationalité française, binationaux ou étrangers en situation irrégulière. L’immigration extra-européenne aura donc été le principal fait générateur de l’apparition d’un islam de combat sur notre sol. Et que faisons-nous collectivement, en France et sur le continent européen, pour réduire le phénomène ? Nul n’a prétendu qu’il serait aisé de répondre à ces défis majeurs. Toutefois, peut-être devrions nous commencer par prendre quelques mesures de bon sens, de celles qui auraient pu permettre d’éviter le double assassinat de deux jeunes filles dans la gare Saint-Charles de Marseille par exemple.

Lire la suite sur Les Observateurs

03/10/2017

Non-expulsion du terroriste de Marseille : «C’est un problème d’idéologie»

ESS_2009_Manif_sans_papiers_Paris_5.jpgSur le plateau de CNews, le chef du service central de lutte antiterroriste au parquet de Paris, Alain Marsaud, a tiré la sonnette d'alarme. «On est à la veille d'un véritable scandale politique», a-t-il lancé, évoquant le fait que l'auteur de l'attaque de Marseille, un Tunisien en situation irrégulière, n'avait pas été expulsé malgré son passage en garde à vue à Lyon, deux jours avant l'attentat.

«On n'expulse plus personne, y compris les dangereux, et surtout pas les gens en situation irrégulière», a-t-il poursuivi. Interrogé par une journaliste sur les raisons de ce constat, Alain Marsaud a estimé : «C'est un problème d'idéologie. Cela a commencé sous la droite.»

Lire la suite sur Les Observateurs

08:48 Publié dans immigration | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook

26/09/2017

Le préfet de l’Ile-de-France annonce l’ouverture de nouveaux centres pour clandestins

centre hébergement.jpgAvec l’augmentation de la CSG, l’augmentation des taxes sur le gazoil et l’essence, la baisse des APL, l’Etat peut bien se permettre de dépenser de l’argent pour… Les étrangers… La localisation des centres n’a pas été précisée, sans doute pour éviter d’éventuels départs de feu.

Lire la suite sur contre-info

08:26 Publié dans immigration | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook

25/09/2017

L’aide médicale d’Etat a dépassé les 1,1 milliard d’€ en 2016 et a soigné plus de 270 000 clandestins

ame-gouffre-financier.jpgNous sommes un drôle de pays, nous nous foutons comme de l’an 40 de nos nationaux, mais sommes aux chevets des autres comme s’ils étaient nos propres enfants.

Dans la France de 2017, nombre de français ayant passé une vie à cotiser à l’assurance maladie se voient refuser des remboursements de soins qu’ils soient dentaires ou oculaires. Nombre de français avec un emploi ne peuvent plus se soigner faute de moyens. De ceux-là nos gouvernants n’en ont cure, qu’ils se débrouillent, ce n’est pas notre problème.

Un primo-arrivant lui a droit à tous les égards de la République, même plus qu’il n’oserait imaginer. Je prends l’exemple des questions au gouvernement à l’Assemblée nationale en date du 13 janvier dernier. La député PS Jacqueline Fraysse interrogeait la ministre Marisol Touraine sur l’application de l’Aide Médicale d’Etat qui n’était à son avis pas assez utilisée par les immigrés clandestins qui pullulent dans notre pays. Cela malgré l’augmentation du coût de cette mesure qui est passée en 10 ans de 15 millions d’€ à 1,1 milliard pour 2016.

Lire la suite sur lagauchematuer

21/09/2017

La délinquance des mineurs étrangers atteint la cote d'alerte en Bretagne

 
racaille-menottee.jpg« Mineurs délinquants, la cote d’alerte en Bretagne » : non, il ne s’agit pas d’un tsunami ou d’une tempête déferlant sur les côtes bretonnes mais d’un titre du Télégramme du 13 septembre. Comme d’habitude dans la grande presse, celui-ci ne rend pas compte d’un aspect essentiel de cette délinquance : le côté étranger. Il faut attendre le texte de l’article du quotidien morlaisien pour apprendre qu’un grand nombre d’agressions, vols et cambriolages en série sont commis par des mineurs allogènes.
 
Lire la suite sur Boulevard Voltaire

 

19/09/2017

Hongrie : la clôture « anti-migrants » a permis de réduire l’immigration illégale de plus de 99%

640px_Hungarian_Serbian_border_barrier_1.jpgParlant lors du deuxième anniversaire de la construction du mur scellant la frontière de la Hongrie avec la Serbie – qui est aussi une frontière extérieure pour l’Union européenne – le conseiller principal à la sécurité du Premier ministre Viktor Orbán, György Bakondi, a annoncé que les clôtures ont provoqué un effondrement de l’immigration clandestine.

En 2015, 391.384 entrées clandestines sur le territoire national ont été recensées. En 2016, le nombre est tombé à 18.236.

Lire la suite sur fdesouche

13/09/2017

« A Mayotte, l’Etat français laisse faire le remplacement de population »

kwasa-copie-1.jpgAujourd’hui, Mayotte compte 52% de sa population d’origine clandestine. C’est le seul territoire de la République française où les immigrés clandestins sont majoritaires. Naissent chaque jour à Mayotte trente enfants, dont 75% ont des parents clandestins. L’émigration à Mayotte provient à 95% de l’île comorienne d’Anjouan. Dans ce passage de l’Océan Indien qui est une autoroute à dix voies et à sens unique, il y a bien sûr les Comoriens mais aussi des Africains des grands lacs, des Pakistanais, des Malgaches. Cette passoire pose un gros problème de sécurité, singulièrement en période d’état d’urgence ! Tous les soirs, des bateaux débarquent les passagers dans le port de Mayotte sans que les policiers censés les contrôler n’aient d’ordinateurs, de détecteurs de métaux, si bien qu’on peut apporter une arme ni vu ni connu !

Lire la suite sur Causeur

08:08 Publié dans immigration | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook

07/09/2017

Les trois quarts des clandestins interpellés restent en France

expulsés.jpg“Les ‘retours forcés’ n’ont pas dépassé 13 000 expulsions l’an dernier, soit 16 % de moins qu’en 2015, rapporte Le FigaroEn intégrant tous les types d’éloignements (contraints, aidés et même les départs ‘spontanés’), ce sont les trois quarts des clandestins qui restent donc en France”, soit 24 707 personnes sur les 91 000 interpellées.

Pour les sept premiers mois de l’année, le nombre d’éloignements d’illégaux a augmenté de près de 5 %, ajoute le quotidien. Et celui des ressortissants des pays tiers à l’Union européenne, venus surtout d’Afrique ou d’Asie, a augmenté de 10 %.

Lire la suite sur Valeurs Actuelles

07:59 Publié dans immigration | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook

23/08/2017

Immigration : la sécurité nationale est le plus sûr rempart de la sécurité personnelle

pape.jpgFIGAROVOX.- Le pape François vient de publier un texte où il plaide pour «faire passer la sécurité personnelle [des migrants] avant la sécurité nationale», et appelle à un accueil beaucoup plus large des migrants. Que vous inspirent ces propos? Sont-ils inédits?

Laurent DANDRIEU.- Il me semble que ce message qui vient d'être publié en préparation de la Journée mondiale du migrant et du réfugié 2018, qui aura lieu le 14 janvier prochain, est dans la droite ligne des positions défendues par le pape François depuis le début de son pontificat, mais qu'il va cependant plus loin que d'habitude sur un certain nombre de points. Dans un entretien accordé à une radio portugaise le 14 septembre 2015, par exemple, le pape reconnaissait le risque d'infiltration terroriste lié à la crise des migrants, mais n'en ajoutait pas moins qu'«à l'évidence, si un réfugié arrive, en dépit de toutes les précautions liées à la sécurité, nous devons l'accueillir, car c'est un commandement de la Bible». Quand, dans ce nouveau message, François écrit que «le principe de la centralité de la personne humaine (…) nous oblige à toujours faire passer la sécurité personnelle avant la sécurité nationale», il donne en quelque sorte une version plus théorique de cette précédente déclaration.

Lire la suite sur Figarovox

08:27 Publié dans immigration | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook

19/08/2017

Une drogue pour rendre les occidentaux plus favorables aux migrants ?

Seringue-Yeast

 Malgré tous les efforts de propagande des médias subventionnés, malgré tous les chantages à la famille syrienne… 61% des Français sont toujours opposés à l’accueil des migrants ! C’était le résultat d’une enquête IFOP pour Atlantico publiée le 11 août dernier.

Et si c’était de chercheurs allemands que venaient la solution pour nos élites ?

Réduire la xénophobie

De quelle manière peut-on réduire la xénophobie et renforcer l’altruisme ? C’est la question à laquelle ont tenté de répondre plusieurs chercheurs de l’université de Bonn sous la direction du psychiatre Rene Hurlemann.

Les chercheurs ont tenté de démontrer dans une étude que l’exposition à l’hormone « oxytocin » mêlée à l’augmentation de pression sociale améliorait significativement la propension à la générosité monétaire envers les migrants, même lorsque les sujets en ont une opinion défavorable. Cette étude a été publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS).

Et dans cette étude, le professeur explique d’abord pourquoi les occidentaux sont défavorables aux migrants : « C’est en partie dû à l’évolution. Ce n’est qu’à travers la solidarité et la coopération à l’intérieur de son propre groupe qu’il était possible d’élever des enfants et de survivre tout en étant en compétition contre des groupes rivaux inconnus pour de faibles ressources dans les temps préhistoriques. »
Mais le professeur admet que « d’un point de vue neurobiologique, les sources de la xénophobie et de l’altruisme ne sont pas encore précisément comprises. »

Le déroulement des tests

Trois batteries de tests ont été réalisées. 183 allemands nés en Allemagne ont été testés.

Premier test : Les participants ont reçu 50 euros à distribuer ou non à 50 profils dont les besoins étaient décrits dans un petit dossier. Ils pouvaient donner entre 0 et 1 euro à chaque fois. Les personnes testées pouvaient garder l’argent en supplément.
Première surprise, les migrants pauvres ont reçu 20 % de plus que les pauvres allemands.

Deuxième test : La même configuration a été conservée mais la moitié du groupe testé a été exposé à l’hormone oxytocin via spray nasal. L’autre moitié a été exposée à un placebo.
Sous l’influence hormonale, les personnes ayant une attitude favorable aux migrants ont donné deux fois plus qu’avant mais les opposants aux migrants n’ont pas donné plus.

Troisième test : Même configuration que le deuxième test mais les chercheurs ont présenté aux individus la donation moyenne effectuée lors du premier test. L’idée était de rajouter une forme de pression sociale.
Résultat : « Même les personnes avec des attitudes négatives à l’égard des migrants ont donné jusqu’à 74 % plus aux réfugiés que dans le deuxième test. »

La combinaison de l’exposition à l’hormone et de l’imposition d’une pression sociale serait donc un « remède » à la xénophobie.

Mais la méthodologie de l’étude laisse clairement à désirer. D’énormes biais sont possibles. On aurait par exemple aimé une deuxième session de test, sans exposition aucune à l’hormone afin de voir si la combinaison était réellement pertinente ou bien si la pression sociale seule était suffisante.

Enfin, la finalité morale de telles expériences est clairement sujette à caution. Le contrôle des émotions d’une population à l’aide d’une drogue rappelle d’ailleurs tristement le film Equilibrium….

Source : breizh-info.com

18/08/2017

Submergé par les migrants illégaux, le Tyrol autrichien déploie des soldats à la frontière italienne...

Submergé par les migrants illégaux, le Tyrol autrichien déploie des soldats à la frontière italienne

Les autorités du Land autrichien du Tyrol ont annoncé le 16 août avoir appelé 70 soldats en renfort sur le col du Brenner, à la frontière avec l'Italie, où plusieurs milliers de migrants affluent chaque mois, mettant les autorités en difficulté.

Depuis quelques mois, la situation migratoire dans la région du Col du Brenner, qui marque la frontière entre l'Autriche et l'Italie, se fait toujours plus préoccupante. Dépassés par un afflux massif de migrants provenant d'Afrique via l'Italie, les autorités d'Innsbruck, la capitale du Tyrol, ont décidé de déployer environ 70 soldats pour intensifier les contrôles à l'entrée dans le pays et surtout, empêcher les migrants de se cacher dans les trains de marchandises au péril de leur vie. 

A l'heure actuelle, environ 700 à 1 000 migrants

sont interceptés chaque mois dans le Tyrol

Interrogé par le quotidien allemand Die Welt, le chef de la police du Tyrol, Helmut Tomac, s'est voulu rassurant : «On ne parle pas de chars, ni de déploiement massif de troupes armées. La situation là-bas est assez stable. Cependant, en juillet, de nombreux migrants illégaux ont été retrouvés dans des convois et des trains de marchandises», a-t-il expliqué. «A l'heure actuelle, environ 700 à 1 000 migrants sont interceptés chaque mois dans le Tyrol. Il s'agit non seulement de lutter contre l'immigration illégale, mais aussi de sauver des vies», a-t-il poursuivi, défendant ce renfort de 70 soldats déployés le long de la frontière italienne.

Le 3 juillet dernier, Hans Peter Doskozil, le ministre de la Défense autrichien, avait déclaré au quotidien Krone que les contrôles aux frontières seraient rétablis avec une mission «d'assistance» de l'armée, dans la contexte d'un accroissement des flux migratoires en provenance d'Italie. Le ministre avait alors souligné qu'il comptait sur 750 hommes et quatre blindés mobilisables en 72 heures, une mesure qu'il avait jugée «indispensable» pour le cas où les arrivées de migrants ne faiblissaient pas.

La situation inquiète d'autant plus les autorités que des drames ont défrayé la chronique depuis deux ans. Le 28 août 2015, 71 corps de migrants – 59 hommes, 8 femmes et 4 enfants – avaient été extraits d'un camion frigorifique sur la bande d'arrêt d'urgence d'une autoroute de l'est du pays, non loin de la Hongrie et de la Slovaquie. Trois suspects ont par la suite été interceptés en Hongrie. Deux semaines plus tard, le 13 septembre 2015, la police autrichienne était venue au secours de 42 migrants enfermés dans un camion frigorifique non loin de la frontière allemande. Deux passeurs irakiens avaient été arrêtés sur le champ.

Source : RTfrance

Paris : 500 migrants relogés dans le plus grand secret par l'État...

Près d’un millier de migrants ont été évacués de la porte de la Chapelle, à Paris, pour être relogés dans un camp préparé secrètement par les autorités, rue Lacretelle, dans le XVe arrondissement.

Philippe Goujon, le maire du XVe arrondissement, n'était même pas au courant. "J’ai appris fortuitement qu’un camp de 500 migrants allait s’installer sur mon arrondissement, sur un site universitaire. Un camp avec des tentes de la Croix Rouge comme en Syrie ou au Liban ! Le préfet de région m’a dit qu’il n’avait pas trouvé d’autres sites en Île-de-France", a déclaré le maire LR du XVe au Parisien.

Un camp pour 15 jours ?

Ce camp,...

Suite et source : valeursactuelles.com

Salah Abdeslam, a-t-il été hébergé par des militants pro-migrants ?

Salah Abdeslam ONG Migrants

C’est le journal hongrois Magyar Idök qui révèle plusieurs éléments troublants de l’affaire Abdeslam. Ce terroriste ayant fait partie de l’équipe du 13 novembre 2015 aurait ainsi transporté 13 terroristes de l’Etat islamique dans toute l’Europe depuis Budapest.

Des terroristes qui seraient arrivés en Europe parmi les flux de migrants. Parmi ceux-ci, trois membres du commando du Bataclan. Il s’agirait de trois hommes…. de nationalité française : Omar Ismaël Mostefaï, Mohamed Foued-Aggad et Samy Amimour.

Ces derniers auraient été récupérés le 17 septembre 2015, après avoir réussi à pénétrer dans l’espace Schengen dissimulés au sein du flot de migrants.

Outre l’arrivée de terroristes parmi les migrants, Salah Abdeslam aurait été hébergé à deux reprises dans l’appartement d’un membre d’une organisation humanitaire venant en aide aux migrants !

Cette aide matérielle conséquente donnera certainement du grain à moudre à ceux qui pointent du doigt la cécité des militants pro-migrants face aux dangers de la crise migratoire.

Source : breizh-info.com

10/08/2017

Le patron de Frontex accuse les ONG de tenir le rôle de passeurs pour les "migrants"...

Résultat de recherche d'images pour "bateau immigrés italie"Eh oui, l'idéologie est bien présente chez ses humanitaires du dimanche : 

"L’accusation a été formulée hier par le patron de Frontex, la mission européenne en charge de la surveillance des frontières extérieures de l’Union. Selon le responsable de cette mission, Fabrice Leggeri, 40 % des secours sont apportés par des bateaux privés et non par des navires l’agence européenne. Les ONG opéreraient en outre de plus en plus prés des côtes libyennes et coopèrent mal avec les gardes-frontières (...)

Ce n’est pas la première fois que le patron de Frontex critique l’action des ONG en Méditerranée. En décembre, Médecin sans Frontières lui avait déjà répondu que l’action humanitaire n‘était pas la cause, mais une réponse à la crise des migrants, rappelant l‘échec de l’Union européenne à réduire le nombre de morts en mer".
 
Source : lesalonbeige

09/08/2017

Immigration et chaos. Nos enfants nous accuseront...

raspailA la vague migratoire qu’avaient subi plusieurs pays d’Europe – France en tête – depuis les lois sur le regroupement familial dans les années 1970 – transformant déjà largement certains quartiers, certaines villes – s’est substituée une deuxième vague, une déferlante, ces dernières années.

Une déferlante qui devrait achever de changer pour de bon le visage de l’Europe, et qui pourrait tout simplement à terme, provoquer ethniquement et culturellement la disparition de la civilisation européenne telle qu’elle exista depuis 10 000 ans.

Cette invasion (car comment nommer autrement le processus qui consiste à faire rentrer ou à accepter de faire rentrer des millions d’individus sur un territoire qui n’est pas le leur ?) n’est possible que par le renoncement mental et physique des peuples qui composent aujourd’hui l’Europe.

Et cela tandis que des centaines de milliers d’autres collaborent activement avec les nouveaux colons, en endossant en plus, summum de l’hypocrisie, le rôle du docteur en humanisme et en tolérance.

De facto – les enfants qui naissent aujourd’hui en Europe, en 2017, vivront dans un monde et dans une société profondément transformée, une société sécuritaire, violente, multiraciale donc multiconflictuelle.

Une société dans laquelle le fils d’Europe ne sera plus au centre du continent que ses ancêtres ont mis des siècles à bâtir.

Ainsi, nos enfants, pour les familles qui n’auront pas le luxe de pouvoir leur offrir des écoles protégées et hors système, se retrouveront à côtoyer dans la même cour de récréation le fils d’un islamiste parti combattre en Syrie, la fille d’un couple d’immigrés africains revanchards vis à vis d’une Europe qu’ils ont rejoint sans demander la permission ou encore les enfants d’un couple LGBT, eux mêmes fils de soixante-huitards complètement dingues.

Lire la suite

07/08/2017

Suède. 80 % des migrants se déclarant mineurs seraient majeurs...

Résultat de recherche d'images pour "migrants vintimille"

C’est un nouveau test mis en place par l’Agence publique médico-légale qui a rappelé à la Suède que seul un petit nombre de migrants se déclarant mineur l’était en réalité. Face aux critiques des méthodes d’estimation de l’âge des migrants par l’Agence suédoise pour les migrations, ces nouveaux tests ont été mis en place. Si les résultats ne sont pas radicalement différents de ceux obtenus auparavant, ils restent édifiants.

Énorme proportion de faux mineurs

80 % des tests scientifiques réalisés jusqu’à présent ont jugé les migrants se déclarant mineurs comme « probablement majeurs » contre 20 % « probablement mineurs ». Des résultats qui sont cohérents avec les anciens tests.

Une proportion de faux mineurs qui interpelle grandement. « Si les migrants sont malhonnêtes dans ces proportions, quel crédit apporter à leur prétendue volonté de s’intégrer en Europe ? » s’interroge un opposant breton à l’installation de migrants. « Pire, comment ne pas voir dans l’aveuglement des associations qui les épaulent une cécité volontaire coupable ? »

Un test solide ?

La méthode de test a été débattue en Suède. Ces nouveaux tests consistent en une analyse aux rayons X des dents de sagesse, additionnée à un IRM des jointures du genou, complétée par un examen dentaire et radio.

Pour un endocrinologue suédois sceptique, « juger de l’âge biologique d’un individu de cette manière est très incertain. Si nous ne pouvons pas être sûrs à 100 %, nous ne devrions pas prétendre l’être. »
Prenant la défense de ces tests, l’un des membres de l’agence publique médico-légale l’assure pourtant : « En général, vous pouvez dire que le risque d’inexactitude de ce genre de test est faible. Le plus gros risque est si le jeune est juste à la limite des 18 ans. Dans ce cas, le taux d’erreur est de 10 %. »

Source : breizh-info.com

03/08/2017

En Algérie, expulsion massive de migrants clandestins...

migrants_africains

Face à la crise migratoire, certains pays réagissent de manière plus conséquente que d’autres. En Europe, c’est le cas de la Hongrie ou de la Pologne par exemple. Mais les pays du Maghreb sont eux aussi en première ligne face aux migrations subsahariennes. L’Algérie a ainsi décidé de lancer une grande phase d’expulsion des migrants clandestins dans tout le pays.

Objectif : juguler les flux migratoires

Ce 1er août, les autorités algériennes ont repris les expulsions de migrants subsahariens clandestins. « Dans l’objectif de mieux faire face au phénomène de l’immigration irrégulière et lutter contre les réseaux de la traite des personnes, les autorités algériennes ont décidé, en étroite coordination avec leurs homologues nigériennes, de la reprise, à compter du 1er août 2017, des opérations de rapatriement de ressortissants nigériens en situation irrégulière en Algérie », a ainsi déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Benali Cherif..

Ces opérations « s’intègrent dans le cadre d’une série de mesures prises par le gouvernement algérien en vue de renforcer la coopération avec les pays de l’Afrique subsaharienne, notamment le Niger et le Mali ». Objectif : « juguler les flux migratoires irréguliers ».

Concrètement, les autorités algériennes renverront les clandestins nigériens dans leur pays par convois routiers. Le camp de Dar El Beïda, dans la banlieue est d’Alger, a notamment été démantelé.

Face à la vague migratoire, l’Algérie en première ligne

«La transition démographique, est l’un des défis essentiels de l’Afrique. Quand des pays ont encore aujourd’hui sept à huit enfants par femme, vous pouvez décider d’y dépenser des milliards d’euros, vous ne stabiliserez rien. »

Quand Emmanuel Macron a prononcé ces mots au G20 le 10 juillet dernier, il avait provoqué l’émoi de médias subventionnés français et de militants pro-migrants. Il ne faisait pourtant que répéter une vérité martelée depuis des années par des intellectuels de renom, comme  l’universitaire Bernard Lugan par exemple.

Force est de constater que cette thématique de l’augmentation exponentielle de la population subsaharienne inquiète grandement les Algériens.

Et si, en France et en Europe, les ressortissants maghrébins pointent parfois du doigt le racisme des Européens, la situation dans les pays nord-africains est bien plus violente qu’en France. Les actes et paroles racistes provoquent l’émoi des militants associatifs du pays mais semblent manifestement rencontrer l’approbation d’une grande partie des Algériens qui considèrent les Africains subsahariens comme indésirables dans leur pays.

Source Breizh-info.com