Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/03/2017

Une nouvelle abjection de l’art contemporain

milo_rau_five_easy_pieces_2.jpgL’on apprend avec effroi et dégoût qu’un metteur en scène suisse du nom de Milo Rau fait jouer, dans un théâtre de Nanterre, à des enfants âgés de 8 à 13 ans une pièce intitulée Five Easy Pieces retraçant l’affaire Dutroux, du nom du meurtrier pédophile belge. Qu’on puisse avoir une telle idée est déjà une preuve d’hallucinante abjection, mais les explications démentes que M. Rau en donne dans la presse font éclater au grand jour l’abomination qui est en jeu ici: « C'est un thème qui m'intéresse dans le théâtre depuis toujours, le statut du spectateur, le voyeurisme, ce qui se passe quand on regarde des enfants jouer cette affaire qui est peut-être un des derniers tabous de notre temps, la pédophilie, la mise en scène du corps de l'enfant et de l'émotion des enfants. »

Lire la suite sur le blog de Bernard Antony

15/03/2017

Pascal Bruckner : "On supprime le latin, le grec et l’allemand pour leur donner du Jamel Deb

latin.jpgDans un entretien au Figaro, le philosophe Pascal Bruckner dit tout le mal qu’il pense de la réforme du collège initiée par Najat Vallaud Belkacem. : « On leur supprime le latin, le grec et l'allemand pour leur donner à la place du Jamel Debbouze. L'école devient le véhicule de l'ignorance et non du savoir ». 

L’essayiste moque notamment cette école qui institue le «  cancre comme le grand dénominateur commun de la classe » et la novlangue pédagogiste dans laquelle nager devient «se déplacer de façon autonome dans un milieu aquatique profond standardisé». « On touche le fond ! » conclut Pascal Bruckner. 

Lire la suite sur Marianne

07/03/2017

« La Belle et la Bête » version « Mickey au pays des gays » débarque en France

eu_batb_flex-hero_header_r_430eac8d.jpegLe très attendu film La Belle et la Bête est une formidable leçon d’éducation à l’homosexualité.

Belle occasion, pour la firme Disney, de s’acheter une conscience auprès des spectateurs qui militaient pour qu’Elsa soit ouvertement lesbienne dans la suite de La Reine des neiges.

Cette fois-ci, la version revisitée de La Belle et la Bête, qui sort en France le 22 mars prochain, devrait complaire aux lobbies LGBT. En effet, le nouveau film transforme le personnage du Fou, compagnon du héros principal Gaston, en homosexuel « hésitant ».

Lire la suite sur Boulevard Voltaire

03/03/2017

Victor Orban accuse l’UE de trouver des excuses aux crimes du communisme

communisme-est-un-crime-jn-.jpgLe Premier ministre hongrois, Viktor Orban, a déclaré lors de la journée de commémoration des victimes du communisme qu’ils sont nombreux, ceux qui en Occident « trouvent encore des excuses aux crimes du communisme ». « L’Union européenne elle-même hésite à les condamner sans équivoque », affirme celui que l’UE considère comme son enfant terrible – il n’hésite pas à dénoncer les failles de l’organisme supranational dont Vladimir Bukovsky a dit qu’il mettait en place un totalitarisme rappelant celui de l’ex-URSS.

Lire la suite sur reinformation.tv

06/02/2017

Suède : modifier la langue afin de la rendre plus accessible aux migrants

visage-multiculturalisme-448x293.jpgL’agence d’État Lernia a lancé mardi une campagne visant à remplacer la forme standard du suédois par une version plus inclusive pour les migrants. Le «nouveau standard suédois», développé en collaboration avec le linguiste Mikael Parkvall, mélange les accents et les dialectes communément parlés en Suède.

Selon la société de recrutement et de formation, le nouveau dialecte reflètera mieux la Suède en 2017 et la société espère qu’elle remplacera la forme neutre du suédois dans les messages enregistrés et sur les répondeurs.

Lire la suite sur Les Observateurs

01/02/2017

Opéra national de Lyon: Jeanne d’Arc dans un spectacle transgenre et dénudé conventionné par le ministère de la Culture

castelluci-copie-448x293.pngCe n’est pas seulement le prodigieux oratorio dramatique écrit par Paul Claudel et composé par Arthur Honegger, Jeanne au bûcher, que le malfaisant iconoclaste Romeo Castellucci vient de massacrer à l’Opéra de Lyon.

C’est l’esprit même de l’œuvre et de son personnage central, sainte Jeanne d’Arc, que le misérable auteur du blasphématoire Sur le concept du visage du fils de Dieu, vient de piétiner avec ses gros sabots fendus d’avant-gardiste adulé des gogos.

Lire la suite sur Les Observateurs

31/01/2017

Les cloches ne sonnent plus

cloches.jpgPhilippe de Villiers se demandait si les cloches de nos églises sonneront encore demain, mais une enquête récente indique qu’elles ne sonnent déjà plus. L’Etat laïciste et l’Eglise du silence ont préparé le terrain à l’Etat islamique…

Si les cloches font partie du « patrimoine sonore », un patrimoine protégé au titre « historique et culturel de la nation », et la Société française de campanologie (SFC) explique que « la Commission supérieure des Monuments historiques lui prête une attention toute particulière », une étude publiée samedi 28 janvier sur 250 paroisses à l’occasion de la 14e Semaine du son sous le patronage de l’Unesco, explique les causes du silence, partiel ou total, de nos clochers.

Lire la suite sur Riposte Catholique

30/01/2017

«La loi sur la discrimination linguistique dissout la langue française»

jeparlefrancais_225_0.jpgNotre pays est pris depuis une décennie d'une folie anti-discriminatoire ravageuse. On oublie ainsi l'essentiel: certaines discriminations sont fondées, utiles au bien public ou à la cohérence historique de la nation. C'est que l'anti-discrimination est devenu un absolu, une idéologie absolutiste au lieu de rester un outil dont il faut savoir faire un usage modéré. Sans discriminations aucune société ni aucun corps politique ne peuvent se constituer. Être, c'est tracer des frontières, délimiter un dedans et un dehors, inclure et exclure, c'est donc discriminer.

Lire la suite sur figarovox

06/01/2017

Institut du Monde Arabe : les incroyables gaspillages du Président Jack Lang

institut-du-monde-arabe.large.jpgA voir le prince en son palais, tout va pour le mieux. Très élégant et d’une belle vitalité pour ses 77 ans, Jack Lang, président de l’Institut du monde arabe (IMA), reçoit en toute décontraction. Il présente le tableau qu’il a fait accrocher dans son bureau, œuvre du Marocain Ahmed Cherkaoui, coté plus de 1 million d’euros.

Entre un voyage aux Emirats et une tournée en Asie, la deuxième personnalité politique préférée des Français (baromètre Ipsos "Le Point" du 1er octobre 2016) jette un œil distrait sur la vue imprenable en contrebas, l’île Saint-Louis. Quid des soucis financiers de l’institution qu’il dirige depuis bientôt quatre ans ?

Lire la suite sur Capital

05/01/2017

Communiqué truffé de fautes : sait-on parler français à l'Elysée

orthographe.jpgFrançois Hollande ne nous a pas habitués jusqu'ici à une expression particulièrement déliée ni toujours très correcte, mais le communiqué de presse écrit, envoyé à tous les journaux, relatif aux réfugiés de Syrie entrera certainement dans l'histoire. En tout cas je me flatte d'y contribuer. Morceaux choisis et commentés (en italique).

Palais de l'Elysée

Mesdames, messieurs (sic, sans majuscule), j'ai reçu - et c'était la troisième fois - le Premier ministre d'Irlande Enda Kenny, avec lequel j'ai noué des relations d'amitié, avec des participations au Conseil européen qui nous ont rapprochés sur les grandes questions. Nos deux pays sont liés par l'histoire, et à chaque fois qu'il y a eu des épreuves, l'Irlande et la France ce sont toujours retrouvés. Irlande et France au féminin, donc retrouvées.

Lire la suite sur lefigaro

 

05/12/2016

La culture française est morte !

louvre.jpgPhare européen et mondial depuis des siècles la culture française a élevé au rang de monstre sacré des artistes d’exception. Porteurs de valeurs, d’idéaux ou tout simplement d’un génie artistique sans limite, ces artistes et créateurs ont vécu. Les noms qui résonnent à l’étranger aujourd’hui sont ceux d’artistes le plus souvent décédés. Les artistes ont été supplantés par des personnalités et la culture française a vécu comme le rappelle le pénible appel à arrêter le Hollande-bashing.

Lire la suite sur 24heuresactu

28/11/2016

Pour en finir avec la légende Castro

castro.jpgAprès un demi-siècle de pouvoir sans partage, le dictateur cubain s’efface. En laissant un pays ruiné, où la démocratie n’existe que sur le papier. Pourquoi le régime de Fidel Castro, ce goulag tropical, a-t-il si longtemps séduit les intellectuels occidentaux ?

Depuis son hospitalisation, à l’été 2006, les apparitions de Fidel Castro se faisaient rares. On ne le voyait plus dans son sempiternel treillis vert olive, mais en survêtement Adidas, tenue peu digne d’un Lider Maximo. Officiellement, il « ne fait pas ses adieux » : il s’engage à rester un « soldat des idées ». Malade et diminué, il continuera donc à délivrer ses oracles bouffons à ses compatriotes, mais sous la forme de textes modestement intitulés Réflexions du camarade Fidel.

Lire la suite sur le blog de 

24/11/2016

"Il faut se préparer à la vente des chapelles et des églises"

eglise.jpg[...] Nous sommes à la fin d’un cycle qui a commencé en 1789, un cycle de déconstruction systématique au nom de l’homme nouveau. Pour créer cet homme nouveau, il n’y a que deux solutions : la régénération ou la mort. C’est ce qui explique les grands massacres commis par la Révolution et le génocide des Vendéens, mais ce n’est pas le seul, et les crimes de masse commis par les régimes similaires : communiste, fasciste, nazi etc.

Bon nombre de nos hommes politiques, sans qu’ils le sachent d’ailleurs pour certains, se situent dans le sillage de la Révolution. Certes, on ne peut plus tuer physiquement à l’heure actuelle, mais on a créé une autre forme de mort, la mort sociale pour ce qui est différent.

Lire la suite sur l'Homme Nouveau

11/11/2016

11 novembre : Hommage

armisticve.jpg

24/10/2016

L’art contemporain : une imposture mondiale, un monopole français…

jeff-koons-versailles1.jpg[...] l’art contemporain a déjà plus de 50 ans, puisque c’est une notion qui apparaît en 1960, pas sous ce nom, et c’est une autre définition de l’art qui surgit tout d’un coup : la définition conceptuelle, celle de Marcel Duchamp. Bien avant la guerre de 14, vous avez une quantité de courants artistiques, qui sont soit classiques, libres, d’avant-garde ou assez politisés, jusqu’aux années 60. Vous avez le courant abstrait, surréaliste, dada, fantastique ou le néoclassicisme… Tous ces courants apportent des choses nouvelles et, vers 1960, pour des raisons complexes, notamment l’usage politique de l’art et de la culture, parce que nous sommes en pleine guerre froide, il y a un courant qui s’impose institutionnellement et financièrement à New York. C’est le courant conceptuel, qui est en rupture totale avec l’Art moderne. Ce n’est plus de l’art, ce n’est plus esthétique. On ne juge plus sur un plan esthétique, mais uniquement sous l’aspect du concept.

Lire la suite sur kernews

17/10/2016

Philippe de Villiers : "Comme beaucoup de Français, je suis dans la souffrance et l’incompréhension"

Philippe de Villiers répond aux questions de l'Homme nouveau. Extrait :

Avant même les attentats, l’immigration de masse, la crise identitaire, n’avions-nous pas en partie abdiqué dans nos têtes en oubliant nos racines. La hiérarchie ecclésiastique n’a-t-elle pas une responsabilité à ce sujet ?

9782226393784FSUne société qui garde le sens du sacré, le goût des racines et qui fait prévaloir les mœurs sur les lois est une société qui assimile plus facilement qu’une société nihiliste, hédoniste, consumériste, en proie au déracinement. Toutes les cléricatures sont responsables de cette situation. Mais il est vrai qu’au temps de saint Thomas d’Aquin, les chrétiens appelaient l’islam, la loi des Maures. Ils avaient bien compris que l’islam n’est pas seulement une religion, c’est une loi, une société, une civilisation. Et celle-ci n’était pas compatible avec le christianisme.

La déclaration conciliaire Nostra Ætatesur les rapports de l’Église avec les religions non chrétiennes affirme depuis, en substance, que l’islam et le christianisme auraient des points communs comme Jésus, Marie et Abraham. En d’autres termes, c’est la porte ouverte à la confusion, à un dialogue sur les principes et à une reddition en rase campagne par le seul effet d’une peur théologique dissimulée et habillée de bons sentiments.

Le voyage de François à Lesbos a marqué également les esprits puisqu’il a ramené, chiffre hautement symbolique, 12 musulmans. Il a ensuite comparé la violence islamique à la violence de chrétiens et se montre favorable au multiculturalisme pour l’Europe. Comme beaucoup de Français, je suis dans la souffrance et l’incompréhension, lesquelles s’accroissent après la déclaration du cardinal Barbarin saluant la création de l’Institut français de civilisation musulmane à Lyon et appelant les chrétiens à découvrir – je le cite – « les apports de l’islam à la chrétienté ». Une déclaration qui n’a pu que remplir d’aise le recteur Kamel Kabtane…Quant à la déclaration de la « Conférence des évêques de France », elle préconise le multiculturalisme et recommande d’accepter l’invasion, au nom du « Vivre ensemble ».

En revanche, je constate que la nouvelle génération de prêtres est en accord avec mon analyse et que depuis l’égorgement du Père Hamel, beaucoup prennent conscience des candeurs coupables. Il est urgent de comprendre que l’islam est une religion de conquête. Le Coran a très tôt conduit les musulmans à considérer la division du monde en deux blocs antagonistes : le Dar al-Islam (la Demeure de l’Islam) où prévaut la vraie paix et le Dar el-Harb (Demeure de la Guerre) qu’il faut soumettre de gré ou de force. Or la France et la civilisation occidentale reposent sur une différence anthropologique radicale qui se déploie dans de multiples aspects, depuis la considération pour la personne jusqu’à la distinction du temporel et du spirituel."

Source : le salon beige

15/09/2016

Hollande a tout dit. L’idéologie de gauche contre l’histoire de France

Ideologie-contre-histoire-588x330.jpgLa France, serait un territoire ouvert à ceux qui partagent ses valeurs. Le roman national, sauf sans doute celui de la gauche, ne l’intéresse pas.

La République française actuelle est bien une idée, mais c’est une mauvaise idée de gauche. Car la France, c’est une histoire unique dans le monde, qui a forgé une culture et une identité qui n’est pas soluble dans les utopies gauchistes.

L’enjeu de la présidentielle est clairement fixé : les identitaires contre les désincarnés. Les deux camps seront cependant divisés.

Lire la suite sur Polémia

27/08/2016

Les cloches...

Les cloches.

A ceux qui veulent interdire aux églises de faire sonner les cloches parce qu’elles les dérangent dans leur sommeil, je réponds que les pauvres cloches autrefois bénies de la chrétienté rythmaient le quotidien des temps anciens.

Elles appelaient les hommes à la prière. Elles écartaient la malchance. Elles annonçaient aussi les jours de fêtes, les baptêmes, les mariages, le décès. A chaque fois, à travers ces événements divers de la vie, on célébrait Dieu avec humilité, gratitude et joie. Les enterrements étaient aussi des célébrations de Dieu. Ils le sont encore pour beaucoup de chrétiens. La mort d’une personne est triste pour ceux qui restent, mais les cloches sonnaient toujours avec des intervalles sublimes, solennels et frénétiques, car un chrétien quitte son corps de péché et monte au ciel. Celui qui refuse le péché et vit sous la grâce de Dieu vivant n’a rien à craindre de la mort. Il ressuscitera dans l’autre monde. Les cloches, lorsqu’elles sonnent sont une présence de la mort dans notre quotidien. Elles nous rappellent notre finitude sur terre et la promesse d’une élévation.

A-t-on déjà entendu parler des chrétiens qui se plaignent du tintement de cloche de leur église ? Mais l’homme nouveau, ce post-chrétien, se plaint des cloches de nos églises en parlant d’elles comme d’une nuisance. Je parierais que sous prétexte de tolérance et de mixité, il se plaindrait beaucoup moins du muezzin qui dans son village anciennement chrétien appellerait du minaret les fidèles à la prière. Nos bonnes vieilles cloches sont une nuisance tandis que les minarets appartiennent à la culture de l’Autre qu’au nom de l’Ouverture, il nous faudra impérativement Respecter.

Il me semble pourtant qu’il y a assez des nuisances dont on devrait se plaindre : les incivilités, le désordre dans les villes, les fêtes qui débordent, la violence d’une certaine jeunesse, l’alcoolisme, les drogues, les bennes à ordures renversées, les graffiti qui salissent nos murs, la petite et grande criminalité, la publicité omniprésente qui est une nuisance permanente pour nos esprits et nos cerveaux, les programmes débiles des chaînes de télé, le commerce intégral, les produits alimentaires frelatés, les mensonges de nos médias, les films porno sur les portables de nos enfants, etc, etc.

Mais les nihilistes gauchisto-libéraux préfèrent s’en prendre à nos cloches.

Au reste, les cloches ne sont pas une nuisance.

Elles sont un signe du monde invisible au milieu du monde visible. Elles témoignent d’une présence surnaturelle. L’Eglise est la maison de Dieu parmi nous. Elle est l’Epouse du Christ. Cela est éternel. Cela restera vrai pour le Siècle des siècles. Dans La Sphère et la Croix, Chesterton écrit : « En appartenant à l’Eglise j’appartiens à quelque chose qui existe en dehors de nous tous, […]. Si nous mourions tous subitement, l’Eglise n’en existerait pas moins de toute façon en Dieu. »

Suite et source : Libertépolitique.com

16/08/2016

Islam : Ignorer l’histoire, c’est s’apprêter à la revivre !

ch_croisade.jpgJe reçois ce très intéressant historique sur l’invasion musulmane au cours des siècles, depuis pratiquement que Mahomet a lancé ses fidèles sur le sentier de la guerre. Je vous livre ces lignes pour une réflexion et surtout pour que vous les transmettiez à vos enfants.

Même en PACA, il n’y a pas une personne sur dix qui connaisse l’origine de l’appellation : «massif des Maures » sur la route de Saint-Tropez !

Qui étaient les marchands d’esclaves de cette époque ? Où étaient les femmes de ces barbares ?

A lire et à méditer… ce qui suit n’est pas dans les programmes scolaires, en tous cas dans la continuité qui arrive jusqu’à notre 21ème siècle ! Voici un rappel historique qui peut nous faire trembler si l’Europe ne réagit pas ! Un historique qui montre combien l’Islam n’a jamais été une religion de paix, mais bien une idéologie guerrière.

Lire la suite sur Nouvelles de France

14/07/2016

« Le territoire hexagonal n’est pas historiquement une terre d’Islam »

1-france-chretienne.jpgParmi les préconisations du rapport sénatorial d’information présenté le 7 juillet 2016 sous le titre : « De l’Islam en France à un Islam de France, établir la transparence et lever les ambiguïtés » figure celle, dont on dira qu’elle a au moins les mérites de l’originalité et de la cohérence, de voir la Franceinstaurer « une coopération plus suivie avec l’Organisation de la coopération islamique » ! Ce souhait est justifié ainsi : « Avec un nombre aussi considérable de musulmans sur son territoire, la France gagnerait à mieux faire valoir ses positions auprès » de l’OCI !

Lire la suite sur Le Salon Beige