Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/08/2017

Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique...

saumon transgénique.jpeg

Les supermarchés canadiens deviennent les premiers dans le monde à commercialiser un animal génétiquement modifié destiné à la consommation humaine. L’entreprise américaine AquaBounty Technologies a annoncé, vendredi 4 août, avoir distribué 4,5 tonnes de saumon transgénique dans des enseignes canadiennes au cours de l’année écoulée.

« La vente et les discussions avec les acheteurs potentiels démontrent clairement que les clients veulent notre poisson, et nous sommes impatients d’augmenter notre capacité de production pour répondre à la demande », a déclaré Ronald Stotish, PDG de cette société basée à Maynard, dans le Massachusetts.

Développé par une équipe scientifique en 1982, ce poisson de l’espèce Salmo salar (saumon d’Atlantique) a été conçu pour se développer plus vite que les saumons « traditionnels ». Dénommé « AquaAdvantage » par la firme, il peut atteindre sa taille adulte au bout de 16 à 18 mois, au lieu de 30 mois pour un saumon d’Atlantique non modifié.

Il acquiert cette propriété grâce à

Suite et source : lemonde.fr

Le bourdon, insecte pollinisateur, menacé d'extinction par un pesticide néonicotinoïde...

Bourdon.jpgNouvelle menace sur les insectes pollinisateurs. Un pesticide controversé utilisé notamment dans les cultures céréalières, le thiaméthoxame, pourrait entraîner la disparition des bourdons, indique une étude publiée lundi 14 août dans la revue Nature Ecology & Evolution. Les reines exposées à cet insecticide néonicotinoïde, sont moins nombreuses à pondre des oeufs, ce qui pourrait entraîner un effondrement des populations de bourdons. "L'exposition au thiaméthoxame a entraîné une baisse de 26% de la proportion de reines qui ont pondu des oeufs", écrivent les chercheurs.

Or "créer de nouvelles colonies est vital pour la survie des bourdons. Si les reines ne produisent pas d'oeufs ou ne fondent pas de nouvelles colonies, il est possible que les bourdons disparaissent complètement", souligne Gemma Baron, de la Royal Holloway University of London, dans un communiqué accompagnant la parution de l'étude.

Des substances nocives pour le système nerveux des insectes

Les néonicotinoïdes sont des substances neurotoxiques qui s'attaquent au système nerveux des insectes...

Suite et source : francetvinfo.fr

 

09/08/2017

La transition énergétique en Allemagne est un échec. Qui osera le dire ?

La transition énergétique en Allemagne est un échec économique et environnemental. Elle est aussi une menace pour le réseau européen d’électricité.

Pas de vent, pas de soleil, pas d'électricité... !

Les Allemands semblent redécouvrir cette évidence dans la douleur.

L’Agence Internationale des Énergies Renouvelables (IRENA) affiche pour 2016 des parts respectives de l’électricité éolienne et solaire dans la production totale d’électricité du monde entier de 4,15% et 1,2%. Le fait que 13% des puissances électriques affichées ne produisent que 5,35% de l’électricité tient bien sûr au caractère intermittent (et souvent aléatoire) des énergies renouvelables.

L’étude de la situation en Allemagne, parfois présentée comme un modèle de vertu écologique, avec 20,1% de part d’électricité solaire et éolienne (contre 5,5% en France) est instructive. Les gigantesques investissements réalisés auraient dû conduire à une baisse de ses émissions globales de gaz à effet de serre (c’était l’objectif recherché et affiché).

Or, celles relevant de l’énergie (pas seulement de l’électricité) ont au contraire augmenté de 0,7% de 2014 à 2015, et de 0,9% de 2015 à 2016 ! L’objectif affiché de 18% d’énergies renouvelables en 2020 ne sera pas tenu (il n’est passé de 14,5% en 2015 qu’à 14,6% en 2016 !).

Et l’Allemagne triche dans ses statistiques quand elle se réfère à l’année 1990, date à laquelle elle a hérité d’usines du monde soviétique, au rendement déplorable, qu’elle a fermées l’année suivante.

L’ institut économique de Düsseldorf (Institute for Competition Economics, DICE) estime le coût du développement de l’Energiewende (transition énergétique) jusqu’en 2025 à 520 milliards d’euros. Le ministre allemand de l’Énergie a même évoqué 1000 milliards d’euros ! Le prix de vente de l’électricité au citoyen allemand est environ le double de celui d’EDF. De plus, c’est au charbon, et notamment à sa variante la plus polluante le lignite, que nos voisins font essentiellement appel, sans égard pour les risques sanitaires découlant de leurs émissions de particules fines1 !

Les grandes compagnies d’électricité en Europe2 sont en difficulté car elles sont concurrencées par une électricité subventionnée par les États (quand il y a du vent ou du soleil), avec priorité d’accès au réseau. Les grands réseaux de distribution de l’Europe sont déstabilisés par un marché de plus en plus fluctuant, d’un jour à l’autre, d’une heure à l’autre, au gré des vents et de la couverture nuageuse, avec parfois des prix qui atteignent des valeurs… négatives pour écouler les « surplus » (un consommateur est payé pour « consommer » ).

TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : « L’ÉCOLOGIE » A BON DOS

Chacun peut s’estimer « écologiste » s’il aime la nature, les petits oiseaux, et s’il veut diminuer les pollutions pour protéger sa santé. Mais transformer l’écologie en une religion avec ses obligations et ses interdits est dangereux. Pour nombre de ses idolâtres, être écologiste, c’est avant tout être antinucléaire3. C’est même l’élément fédérateur, la « colonne vertébrale » de l’écologie politique.

Suite et source : contrepoints.org

08/08/2017

Le retrait de Trump des Accords de Paris expliqué aux nuls – pardon – à Nicolas Hulot...

Résultat de recherche d'images pour "Trump"Les Etats-Unis sont l’un des pays où l’air et l’eau sont les plus purs au monde. Les Accords de Paris sur le réchauffement climatique autorisent les pays les plus pollueurs (Chine, Inde…) à continuer de polluer.

Le Président Trump a expliqué avec pédagogie et bon sens pourquoi les États-Unis se retirent des Accords de Paris sur le climat.

14 jours d’émission de carbone juste par la Chine annulent les réductions obtenues par les États-Unis jusqu’à l’an 2030, après que nous aurons dépensé des milliards de dollars

Premier constat

Il n’existe pas de consensus scientifique sur le réchauffement du climat (le mot réchauffement a même été supprimé des documents officiels), et parmi les scientifiques qui admettent un réchauffement climatique, il n’y a pas non plus consensus sur le fait qu’il soit causé par l’homme.

Second constat...

Lire la suite

03/08/2017

Dernières nouvelles de l’escroquerie du siècle : l’éolien !

Depuis le fameux film d’Al Gore, Une vérité qui dérange, nous craignons le réchauffement climatique et le GIEC nous incite à tout faire pour l’éviter car il serait causé par les activités humaines.

 

Il y a effectivement un réchauffement climatique – il y en a de temps en temps – mais il n’a rien à voir avec nos manières de vivre (1) et, comme ce réchauffement ne suit pas la montée annoncée par le GIEC, on nous parle aussi de « changement climatique » et des catastrophes qu’il nous apporterait. Il est facile de nous impressionner avec ces catastrophes. Il en arrive depuis toujours mais, grâce aux médias et à la mondialisation, nous savons mieux qu’avant ce qui se passe sur la Terre. De plus, toute catastrophe naturelle a ses effets amplifiés par la surpopulation…

Mais pourquoi nous parle-t-on chaque jour dans chaque journal de réchauffement ou de changement climatique ? (2) Pourquoi cette insistance obsédante à promouvoir des éoliennes présentées comme solution?

Comme ceux de Big Pharma, producteurs et promoteurs d’énergies « vertes » veulent s’enrichir et, donc, nous recommandent d’acheter leurs produits. Le produit mis actuellement sur le devant de la scène, produit qui doit limiter les effets néfastes de l’action humaine, calmer notre conscience… remplir les portefeuilles de ceux qui reçoivent des « aides » de l’Etat ?  les éoliennes !

La rapacité du lobby éolien est devenue infinie, les citoyens ont intégré les recommandations de « scientifiques » qui se font entendre dans tous les médias, les politiques ont accepté de nous faire payer très cher une énergie intermittente, polluante (3), néfaste à la santé (4).

Lire la suite

26/07/2017

Le bassin de la Villette fermé à la baignade après la découverte de bactéries fécales...

Le bassin de la Villette fermé à la baignade après la découverte de bactéries fécales

Après seulement quelques jours d'ouverture à la baignade, le bassin de la Villette a été fermé jusqu'à nouvel ordre après un prélèvement révélant une forte concentration de bactéries entérocoques.

C'était «le rêve» d'Anne Hidalgo, tel qu'elle l'avait elle-même décrit. L'expérience estivale largement médiatisée aura pourtant été de courte durée. Alors que la mairie de Paris venait d'ouvrir à la baignade le bassin de la Villette, dans le XIXe arrondissement, la présence d'une bactérie dans l'eau a contraint les autorités, ce 24 juillet à renoncer à cette autorisation jusqu'à nouvel ordre.

 

La raison de cette décision subite : la présence d'une bactérie entérocoque dans l'eau, comme le rapporte France Bleu Paris. L'analyse quotidienne de l'eau a révélé une forte concentration de cette bactérie habituellement présente dans l'intestin, les selles ou les parties génitales des êtres humains. Ces bactéries peuvent également provenir des égouts ou des écoulements d'eaux usées. 

Peu ragoutantes, ces explications ne sont pas mises en avant par la mairie de Paris, qui préfère évoquer les pluies de ce week-end, pourtant peu importantes. Elle annonce en outre qu'une nouvelle série de prélèvements sera effectuée le 25 juillet, afin de déterminer si et quand le bassin pourra de nouveau accueillir les baigneurs. 

L'ouverture à la baignade d'une installation à l'intérieur du bassin de la Villette était un défi pour les autorités parisiennes, notamment en raison de la réputation d'insalubrité des eaux de la capitale. En 1988, c'est dans la Seine que Jacques Chirac avait promis de se baigner s'il était élu président de la République, mettant en avant un plan d'assainissement du fleuve, qui n'a jamais abouti.

Source : RT.com

19/07/2017

Nicolas Hulot veut une énergie polluante et deux fois plus chère

centrale-thermique-7.jpgL’idéologie est imperméable à la raison : Greenpeace enseigne que chaque centrale nucléaire est une menace mortelle. Il faut donc les supprimer toutes et détruire l’outil offert par Charles de Gaulle à la France. Nicolas Hulot prévoit de détruire d’abord un tiers de cet outil, les centrales les plus anciennes. Sait-il – l’idéologie évite l’instruction – que toutes les pièces d’usure d’une centrale nucléaire sont remplacées régulièrement, comme pour les avions, et que la cuve de toutes les centrales nucléaires a été reconnue valable pour 80 ans (tests faits aux États-Unis)

Lire la suite sur Boulevard Voltaire

11/07/2017

Le mirage des énergies fatales

Energies-vertes.pngL’ADEME a publié en 2016 un scénario permettant de produire 100% d’électricité renouvelableen France en 2050. Ces sources d’énergie ont, pour la plupart (éolien, solaire, marée), une production intermittente et fatale. Elles produisent selon les caprices de la nature.

Leurs coûts de production sont exorbitants pour la collectivité, notamment pour l’éolien et le solaire. Il faut en effet y ajouter ceux des moyens complémentaires de soutien (stockages, productions thermiques) pour la gestion de l’intermittence.

La quantité d’énergie renouvelable produite en moyenne sur une longue période (une année par exemple) peut égaler la consommation. Mais la vraie question (cruciale) est : « la puissance fournie est-elle disponible en permanence pour équilibrer le besoin dans le réseau de distribution ? »

Lire la suite sur Contrepoint

04/07/2017

Le gouvernement au pied du mur devant l’échec éolien

La-Vienne-terre-d-eoliennes_reference.jpgAprès Sivens et Notre Dame des Landes, Bouriège, Saint Nicolas des Biefs, Bransat  et bien d’autres deviennent un risque majeur d’émeutes publiques pour le gouvernement, tant l’opinion publique est scandalisée.

Les mécontents sont désormais majoritaires.

Les promoteurs éoliens passent en force en peignant leurs matraques en vert pour jouer leurs derniers coups et presser le citron jusqu’à la dernière goutte. L’Espagne et le Portugal ont totalement stoppé les frais et l’Allemagne amorce un fort ralentissement. L’éolien est saturé et de plus les installations existantes ont un rendement décevant en ne dépassant pas un jour sur cinq dans une année.

Pourquoi continuer le saccage du territoire dans un investissement absurde “en dépit du bon sens” selon le terme de Nicolas Hulot lui-même ?

Lire la suite sur Metamag

08:48 Publié dans Environnement | Lien permanent | | |  Facebook

28/06/2017

Pour Nicolas Hulot, ni hydrocarbure, ni nucléaire. Vive le vent d’hiver ?

hulot.jpgLe nouveau ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot a annoncé le 23 juin 2017 qu’il prévoit d’interdire bientôt l’exploration d’hydrocarbure du sous-sol français. Sur BFM TV / RMC, il a déclaré vouloir «interdire toute nouvelle exploration d’hydrocarbures sur les territoires métropolitains et d’outre-mer » dans un plan qu’il compte présenter en juillet et qu’il voudrait voir adopter cet automne.

Cette volonté vient certainement de la volonté de ne pas émettre de gaz à effet de serre, notamment du gaz carbonique (CO2) résultant de la combustion d’hydrocarbure… que la France achète au prix fort à l’étranger.

Mais, réchauffement climatique ou non, pour longtemps encore, la France consommera du gaz et du pétrole qui représentent près de la moitié (43%) de sa consommation d’énergie, notamment pour les transports et le chauffage.

Nous continuerons donc à être fortement dépendants de ces importations et à acheter ces produits de première nécessité auprès de la Norvège, de la Russie, du Qatar et d’autres pays du Moyen-Orient.

Lire la suite sur Metamag

09:01 Publié dans Environnement | Lien permanent | | |  Facebook

24/05/2017

L’Académie des sciences dresse un état critique de l’actuelle loi de transition énergétique en France

energie.jpgL’Académie a dit que :

Les programmes en matière de politique énergétique devraient mieux tenir compte des contraintes physiques, technologiques et économiques de chaque pays.

Dans l’état actuel du débat, nos concitoyens pourraient être conduits à penser qu’il serait possible de développer massivement les énergies renouvelables comme moyen de décarbonation du système en le débarrassant à la fois des énergies fossiles et du nucléaire.
Le recours aux énergies renouvelables est a priori attrayant, mais il ne faut pas oublier les réalités. L’électricité ne représente que 25 % de la consommation d’énergie de la France. Il faut donc bien distinguer le mix énergétique (qui concerne l’ensemble de nos activités) du mix électrique.

Lire la suite sur Metamag

03/03/2017

Faut-il croire les écologistes ?

 
 
paris.jpgEn décembre et janvier derniers, Paris a connu, paraît-il, des pics de pollution d’une durée inhabituelle.

Toutefois, Airparif, l’organisme chargé du contrôle de l’air parisien, n’a communiqué aucune information sur le degré de pollution, comme on le fait, par exemple, sur une échelle de valeurs pour les tremblements de terre. Peut-être s’agissait-il seulement de brouillard hivernal comme on en voit chaque année sur la capitale depuis fort longtemps ?

Quoi qu’il en soit, la mairie socialo-écologiste s’est empressée de prendre deux décisions aussi inefficaces l’une que l’autre.

La circulation alternée n’a pas réduit le nombre de voitures ni les embouteillages, car il s’avère impossible de contrôler tous les véhicules circulant ces jours-là.

Lire la suite sur Les 4 Vérités

23/01/2017

Voies sur berges : une hausse de 50 % de la pollution !

pollution.jpgIl va devenir très difficile pour la maire de Paris de nier effrontément l'évidence. Alors que chaque Parisien ou, hélas, visiteur étranger constate par lui-même les effets accrus de la pollution à proximité des voies sur berges rive droite, un troisième rapport à charge vient confirmer que ce n'est pas qu'une impression. [...]

Et c'est un échec total qui est dressé (1), accumulant le triste constat d'une dégradation de la qualité de l'air, de l'augmentation des bouchons et de l'aggravation de la pollution sonore.

Lire la suite sur Le Point

12/01/2017

Puisqu’on vous dit que l’éolien c’est mieux que le nucléaire !

energie.jpgAujourd’hui, 7 000 éoliennes, réparties en 950 regroupements d’aérogénérateurs (appelés « parcs » ou « fermes »), couvrent déjà la France pour fournir moins de 5% de notre électricité. Et ce n’est pas fini ! Plus de 10 000 nouvelles éoliennes terrestres mesurant 185 mètres de haut sont prévues (1500 éoliennes implantées par an) pour un total de 30 milliards d’euros… d’importation.

Environ 500 sociétés prospectent quotidiennement notre pays pour « sécuriser » des terrains en faisant signer des baux aux propriétaires. Rien n’est épargné (forêts , montagnes , parcs naturels ...).

Lire la suite sur Metamag

09/01/2017

Paris : la lutte contre les automobilistes commence à coûter cher

paris.jpgÀ Paris, le mois de décembre fut l’occasion de redécouvrir toute la pertinence des pouvoirs publics en matière de circulation et de gestion de la qualité de l’air. Ce dernier, devenu franchement irrespirable depuis 2001 à l’arrivée des socialoïdes à la Mairie de Paris, n’a cependant été déclaré toxique qu’au cours du mois de décembre 2016 où fut mise en place la circulation alternée.

Magie de celle-ci : seules les voitures ayant une plaque paire (ou impaire, selon le jour) ont le droit de circuler, à l’exception bien sûr de toute une pléthore de cas particuliers dont les journalistes et les politiciens dûment accrédités qui, eux, peuvent continuer à sillonner la capitale en cramant du mazout en toute impunité, l’importance inaltérable de leurs fonctions autorisant ces écarts écologiques.

Lire la suite sur contrepoints

30/12/2016

Un autre mensonge du réchauffisme qui annonçait la disparition de l’ours polaire… il se multiplie !

mensonge réchauffisme disparition ours polaire multiplie

C’est le dernier épisode en date de la série noire du réchauffisme, sortie par les vendeurs de frissons du New York Times, du gauchiste Guardian ou du très lacrymal National Geographic : le mignon, duveteux et immaculé ours polaire serait promis à une disparition certaine à cause du climat. Et, comme il se doit, le mensonge est répété sans la moindre vérification par tout ce que la médiacratie dominante compte de perroquets.
 
Pourtant, rectifie le site The New American, Ursus Maritimus, qui est la mascotte vache à lait du WWF, de Greenpeace et autres exploitants de la filière verte, ne court aucun danger d’extinction. Au contraire, il se multiplie à qui mieux mieux. C’est ce qu’affirme la très sérieuse Judith A. Crockford, qui dirige le site de sciences polaires polarbearscience.com. « Plus les ours polaires meurent nombreux plus les activistes – dont le message est amplifié par le mégaphone médiatique – crient à leur disparition prochaine », s’amuse-t-elle, le syllogisme étant évidemment faux. Judith Crockford, professeur de zoologie à l’Université de Victoria en Colombie Britannique, l’une des références en matière d’ours polaires, se bat depuis des années contre ces théories faussement scientifiques. Elle a ainsi relevé qu’en 2007, « les biologistes de l’US Geological Survey (USGS) avait soutenu sans la moindre réserve que lorsque la surface de banquise serait réduite à son niveau actuel, les deux-tiers des ours polaires auraient disparu ». Et que dix des dix-neuf groupes de population répertoriés seraient rayés de la surface du Pôle.

Lire la suite

05/12/2016

Le ministère de l’Agriculture refuse le moindre euro à l’apiculture française

ruche.jpgLe ministre de l’agriculture Stéphane Le Foll a refusé l’aide au financement du Congrès national de l’apiculture et empêché les représentants de l’État d’y participer, alors que les apiculteurs sont en grande difficulté.

En 10 ans, 15 000 professionnels ont cessé leur activité du fait de la disparition de 70 % des colonies d’abeilles. Du coup, la France importe désormais plus de 70 % de sa consommation de miel, alors qu’elle exportait 70 % de sa production il y a seulement 10 ans.

Lire la suite sur reinformation1

24/11/2016

150 Milliards d'euros : le coût de la disparition des abeilles

abeilles-disparition-cout-agriculture-argent-economie-extinction-ecosysteme.jpgSelon les chercheurs, la baisse du nombre d’abeilles pourrait présager leur disparition et le monde devrait alors faire sans l’un des animaux les plus pollinisateurs… sans compter que cette disparition aurait un impact sur l’écosystème et que d’autres espèces pollinisatrices sont également menacées. S’il ne serait pas question de fin du monde en cas de disparition des abeilles, comme le veut la phrase attribuée à Einstein qui ne donnait que peu de temps à vivre à l’homme après le décès de la dernière des abeilles, le coût de la disparition se chiffrerait à des dizaines de milliards d’euros.

Lire la suite sur economiematin

07/10/2016

Un ponte du réchauffisme avoue s'être trompé

ob_0b249c_climat-sceptique-300x282.jpgL’inventeur de la théorie de Gaïa, le chimiste britannique James Lovelock qui faisait autorité dans le réchauffement, le prophète vert qui prévoyait une catastrophe climatique provoquant des « milliards » de mort, apostasie : tout cela n’est « pas scientifique » et les écolos ne sont « pas raisonnables ». [...]


James Lovelock reste attaché à l’environnement, et à sa sauvegarde. Seulement, il ne croit plus aux dogmes qu’il a plus qu’aucun autre contribué à faire advenir. Oui, par exemple, il y a trop de gaz carbonique dans l’oxygène, mais « la seule solution, c’est le nucléaire ». Et pour bien frapper les esprits, il pose devant une affiche représentant des éoliennes, « afin de (se) rappeler à tout moment combien elles sont absurdes ».

Lire la suite sur reinformation.tv

06/09/2016

Si si, la COP21 est un échec. Et c’est tant mieux.

pet-de-licorne-unicorn-fart.jpgIl y a un an de cela, la COP21 déboulait en région parisienne avec son lot de conférences inutiles, de chefs d’États encombrants et de déclarations aux voix tremblantes d’émotions devant la réussite que je pressentais déjà « inévitable » : même devant le four, tout le monde, médias en premier, se congratulait chaleureusement. Et comme prévu, huit mois plus tard, le constat d’échec est soigneusement évité.

Lire la suite sur Nouvelles de France