Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/05/2017

L’Académie des sciences dresse un état critique de l’actuelle loi de transition énergétique en France

energie.jpgL’Académie a dit que :

Les programmes en matière de politique énergétique devraient mieux tenir compte des contraintes physiques, technologiques et économiques de chaque pays.

Dans l’état actuel du débat, nos concitoyens pourraient être conduits à penser qu’il serait possible de développer massivement les énergies renouvelables comme moyen de décarbonation du système en le débarrassant à la fois des énergies fossiles et du nucléaire.
Le recours aux énergies renouvelables est a priori attrayant, mais il ne faut pas oublier les réalités. L’électricité ne représente que 25 % de la consommation d’énergie de la France. Il faut donc bien distinguer le mix énergétique (qui concerne l’ensemble de nos activités) du mix électrique.

Lire la suite sur Metamag

03/03/2017

Faut-il croire les écologistes ?

 
 
paris.jpgEn décembre et janvier derniers, Paris a connu, paraît-il, des pics de pollution d’une durée inhabituelle.

Toutefois, Airparif, l’organisme chargé du contrôle de l’air parisien, n’a communiqué aucune information sur le degré de pollution, comme on le fait, par exemple, sur une échelle de valeurs pour les tremblements de terre. Peut-être s’agissait-il seulement de brouillard hivernal comme on en voit chaque année sur la capitale depuis fort longtemps ?

Quoi qu’il en soit, la mairie socialo-écologiste s’est empressée de prendre deux décisions aussi inefficaces l’une que l’autre.

La circulation alternée n’a pas réduit le nombre de voitures ni les embouteillages, car il s’avère impossible de contrôler tous les véhicules circulant ces jours-là.

Lire la suite sur Les 4 Vérités

23/01/2017

Voies sur berges : une hausse de 50 % de la pollution !

pollution.jpgIl va devenir très difficile pour la maire de Paris de nier effrontément l'évidence. Alors que chaque Parisien ou, hélas, visiteur étranger constate par lui-même les effets accrus de la pollution à proximité des voies sur berges rive droite, un troisième rapport à charge vient confirmer que ce n'est pas qu'une impression. [...]

Et c'est un échec total qui est dressé (1), accumulant le triste constat d'une dégradation de la qualité de l'air, de l'augmentation des bouchons et de l'aggravation de la pollution sonore.

Lire la suite sur Le Point

12/01/2017

Puisqu’on vous dit que l’éolien c’est mieux que le nucléaire !

energie.jpgAujourd’hui, 7 000 éoliennes, réparties en 950 regroupements d’aérogénérateurs (appelés « parcs » ou « fermes »), couvrent déjà la France pour fournir moins de 5% de notre électricité. Et ce n’est pas fini ! Plus de 10 000 nouvelles éoliennes terrestres mesurant 185 mètres de haut sont prévues (1500 éoliennes implantées par an) pour un total de 30 milliards d’euros… d’importation.

Environ 500 sociétés prospectent quotidiennement notre pays pour « sécuriser » des terrains en faisant signer des baux aux propriétaires. Rien n’est épargné (forêts , montagnes , parcs naturels ...).

Lire la suite sur Metamag

09/01/2017

Paris : la lutte contre les automobilistes commence à coûter cher

paris.jpgÀ Paris, le mois de décembre fut l’occasion de redécouvrir toute la pertinence des pouvoirs publics en matière de circulation et de gestion de la qualité de l’air. Ce dernier, devenu franchement irrespirable depuis 2001 à l’arrivée des socialoïdes à la Mairie de Paris, n’a cependant été déclaré toxique qu’au cours du mois de décembre 2016 où fut mise en place la circulation alternée.

Magie de celle-ci : seules les voitures ayant une plaque paire (ou impaire, selon le jour) ont le droit de circuler, à l’exception bien sûr de toute une pléthore de cas particuliers dont les journalistes et les politiciens dûment accrédités qui, eux, peuvent continuer à sillonner la capitale en cramant du mazout en toute impunité, l’importance inaltérable de leurs fonctions autorisant ces écarts écologiques.

Lire la suite sur contrepoints

30/12/2016

Un autre mensonge du réchauffisme qui annonçait la disparition de l’ours polaire… il se multiplie !

mensonge réchauffisme disparition ours polaire multiplie

C’est le dernier épisode en date de la série noire du réchauffisme, sortie par les vendeurs de frissons du New York Times, du gauchiste Guardian ou du très lacrymal National Geographic : le mignon, duveteux et immaculé ours polaire serait promis à une disparition certaine à cause du climat. Et, comme il se doit, le mensonge est répété sans la moindre vérification par tout ce que la médiacratie dominante compte de perroquets.
 
Pourtant, rectifie le site The New American, Ursus Maritimus, qui est la mascotte vache à lait du WWF, de Greenpeace et autres exploitants de la filière verte, ne court aucun danger d’extinction. Au contraire, il se multiplie à qui mieux mieux. C’est ce qu’affirme la très sérieuse Judith A. Crockford, qui dirige le site de sciences polaires polarbearscience.com. « Plus les ours polaires meurent nombreux plus les activistes – dont le message est amplifié par le mégaphone médiatique – crient à leur disparition prochaine », s’amuse-t-elle, le syllogisme étant évidemment faux. Judith Crockford, professeur de zoologie à l’Université de Victoria en Colombie Britannique, l’une des références en matière d’ours polaires, se bat depuis des années contre ces théories faussement scientifiques. Elle a ainsi relevé qu’en 2007, « les biologistes de l’US Geological Survey (USGS) avait soutenu sans la moindre réserve que lorsque la surface de banquise serait réduite à son niveau actuel, les deux-tiers des ours polaires auraient disparu ». Et que dix des dix-neuf groupes de population répertoriés seraient rayés de la surface du Pôle.

Lire la suite

05/12/2016

Le ministère de l’Agriculture refuse le moindre euro à l’apiculture française

ruche.jpgLe ministre de l’agriculture Stéphane Le Foll a refusé l’aide au financement du Congrès national de l’apiculture et empêché les représentants de l’État d’y participer, alors que les apiculteurs sont en grande difficulté.

En 10 ans, 15 000 professionnels ont cessé leur activité du fait de la disparition de 70 % des colonies d’abeilles. Du coup, la France importe désormais plus de 70 % de sa consommation de miel, alors qu’elle exportait 70 % de sa production il y a seulement 10 ans.

Lire la suite sur reinformation1

24/11/2016

150 Milliards d'euros : le coût de la disparition des abeilles

abeilles-disparition-cout-agriculture-argent-economie-extinction-ecosysteme.jpgSelon les chercheurs, la baisse du nombre d’abeilles pourrait présager leur disparition et le monde devrait alors faire sans l’un des animaux les plus pollinisateurs… sans compter que cette disparition aurait un impact sur l’écosystème et que d’autres espèces pollinisatrices sont également menacées. S’il ne serait pas question de fin du monde en cas de disparition des abeilles, comme le veut la phrase attribuée à Einstein qui ne donnait que peu de temps à vivre à l’homme après le décès de la dernière des abeilles, le coût de la disparition se chiffrerait à des dizaines de milliards d’euros.

Lire la suite sur economiematin

07/10/2016

Un ponte du réchauffisme avoue s'être trompé

ob_0b249c_climat-sceptique-300x282.jpgL’inventeur de la théorie de Gaïa, le chimiste britannique James Lovelock qui faisait autorité dans le réchauffement, le prophète vert qui prévoyait une catastrophe climatique provoquant des « milliards » de mort, apostasie : tout cela n’est « pas scientifique » et les écolos ne sont « pas raisonnables ». [...]


James Lovelock reste attaché à l’environnement, et à sa sauvegarde. Seulement, il ne croit plus aux dogmes qu’il a plus qu’aucun autre contribué à faire advenir. Oui, par exemple, il y a trop de gaz carbonique dans l’oxygène, mais « la seule solution, c’est le nucléaire ». Et pour bien frapper les esprits, il pose devant une affiche représentant des éoliennes, « afin de (se) rappeler à tout moment combien elles sont absurdes ».

Lire la suite sur reinformation.tv

06/09/2016

Si si, la COP21 est un échec. Et c’est tant mieux.

pet-de-licorne-unicorn-fart.jpgIl y a un an de cela, la COP21 déboulait en région parisienne avec son lot de conférences inutiles, de chefs d’États encombrants et de déclarations aux voix tremblantes d’émotions devant la réussite que je pressentais déjà « inévitable » : même devant le four, tout le monde, médias en premier, se congratulait chaleureusement. Et comme prévu, huit mois plus tard, le constat d’échec est soigneusement évité.

Lire la suite sur Nouvelles de France

26/08/2016

Anne Hidalgo continue sa lutte impitoyable contre les automobilistes parisiens...

À Paris, décidément, tous les moyens sont bons pour se débarrasser de l’engeance automobile. On savait déjà qu’Anne Hidalgo, l’actuelle mairesse, entendait limiter à leur plus strict minimum les allées et venues des Parisiens et, à plus forte raison, des individus en transit dans la capitale, le tout sous des prétextes d’air pur, d’atmosphère plus propre et de petits oiseaux préservés. On sait à présent que cette préférence municipale pour le transport en commun devient une véritable obsession. Et quoi de mieux qu’une idée fixe pour enfin immobiliser Paris ?

Car c’est bien de compulsion impossible à calmer qu’il s’agit ici.

Ainsi, on pourrait croire presque inoffensive cette proposition récemment lancée par la municipalité, qui consiste à lancer un défi à 20 pigeons cobayes volontaires parisiens de se passer complètement de voiture pendant 7 jours, du 19 au 25 septembre, pour clore sur l’opération de propagande « La journée sans voiture » prévue le 25 septembre 2016.

La présentation de l’opération-défi ne laisse aucun doute sur la direction idéologique prise par la Mairie vis-à-vis des transports individuels (et, question doute, en introduit quelques uns sur la bonne santé mentale de ceux qui ont pondu telle idée et produit tel communiqué de presse). Rendez-vous compte : outre l’usage agressivement débile de qualificatifs comme « douce » pour cette mobilité permise par les transports en commun ou le vélo (rien de tel qu’avoir son aimable Vélib’ se faire doucement écraser par un gentil bus RATP – le vélo, c’est 4% du trafic mais 10% des accidents), l’idée est de sensibiliser les Parisiens aux solutions alternatives à la voiture, hors temps de grève, de panne ou d’incidents voyageurs indépendant de la volonté de la régie. Notons que la Mairie veut aussi analyseret impulser tout plein, ce qui semble indispensable dans tout plan de lavage de cerveau propagande actuel.

Évidemment, si vous êtes artisan (serrurier, plombier, électricien, que sais-je…), vous pourrez analyser et impulser tout plein mais prendre les transports en commun (ou votre vélo) avec tout votre matériel promet un délicieux moment « ludique et éco-citoyen ». Bah. Après tout, la qualité de l’air parisien est à ce prix. Même si les transports jouent un rôle mineur dans sa pollution. Même si l’air s’améliore depuis des années. Même si ces histoires coûtent une blinde à mettre en place et ont des effets de bords délétères. Même.

Dès lors, l’aspect ludique s’affadit nettement lorsqu’on comprend que ce « défi » n’est qu’une répétition pour mieux préparer les esprits aux interdictions pures et simples. Et peu importe la réalité qui se traduit par une augmentation des bouchons parisiens et des gaspillages énergétiques correspondant : la voiture devra être boutée hors de la capitale, un point c’est tout.

D’ailleurs, les voies sur berge seront fermées aux encombrants engins polluants, aux méchantes voitures et à leurs insupportables conducteurs. C’est décidé. Même si la commission d’enquête publique sur la piétonisation de la rive droite à Paris a rendu un avis défavorable sur ce projet. Même si l’étude d’impact ne permet pas d’établir la réalité de la réduction de la pollution automobile avec cette mesure. Même si l’enquête publique n’a pas permis aux personnes directement intéressées par les conséquences positives ou négatives du projet de faire valoir leurs observations. Même.

Car enfin, après tout, allez-vous finir par comprendre, bandes de larves autotractées qui proutent du diesel cancérigène, que vos déplacements résonnent aux oreilles de l’Anne de Paris « comme un déni complet de l’urgence climatique » ? Ne voyez-vous pas qu’à chaque kilomètre que vous parcourez dans vos engins fumants, vous roulez sur autant de générations futures qui tousseront comme des catarrheux par votre faute inexpiable ? Et pire que tout, ne vous rendez-vous pas compte que vous osez contrevenir, frontalement, aux motifs « environnementaux, sanitaires, urbains et culturels » de ce projet de piétonisation (les motifs diplomatiques et géostratégiques n’étant pas cités pour leur évidente importance) ? ...

Suite et source : contrepoints

 

24/08/2016

6 raisons pour lesquelles l’éolien est inutile et nuisible...

L’implantation d’éoliennes en France n’obéit qu’à une volonté idéologique qui profite à quelques affairistes astucieux sans aucun gain écologique, financier ou climatique en retour pour la collectivité.

L’éolien est INUTILE

1/ Inutile, parce que la France produit déjà un excédent d’électricité.

En 2015, la France a exporté 11 % de sa production électrique, le plus souvent pendant les pointes de productions éoliennes qui ne correspondent pas à la demande d’électricité.

Quand la France cherche à se débarrasser d’un excédent d’électricité (dû notamment aux éoliennes), ses voisins qui ont aussi des éoliennes (comme l’Allemagne) ont le même problème au même moment.

2/ Inutile dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Dans notre pays, la production thermique fossile est déjà une des plus basses d’Europe (6,2% seulement du total de l’électricité produite en 2015) et donc les émissions de CO2 sont aussi parmi les plus faibles (autour de 45 grammes par kilowattheure). Cette production fossile minimum doit être conservée, pour pallier les creux des productions éoliennes (et photovoltaïques), notamment lorsque la consommation est importante pendant les nuits froides et sans vent d’hiver, par exemple.

En réalité, l’objectif des partisans des éoliennes n’est pas de remplacer l’électricité d’origine fossile qui émet des gaz à effet de serre, mais la production nucléaire… qui n’en émet pas. Du point de vue de la lutte contre le réchauffement climatique, cet objectif est dépourvu d’intérêt.

3/ Enfin, inutile pour améliorer l’emploi en France

Les éoliennes sont fabriquées en Allemagne, au Danemark et en Espagne. De plus, les équipes de montage viennent surtout de pays de l’Est, sous le régime des travailleurs détachés. La part du travail français est faible.

L’éolien est aussi NUISIBLE...

Suite et source : contrepoints

23/08/2016

Eoliennes, vent mauvais et coûteuses subventions...

Les 7 000 éoliennes de France ont produit 3,99 % de l'électricité française au T1 2016.

Les chiffres sont sans appel : les 7 000 éoliennes françaises débitent 3,99% de l’électricité produite par la France sur le premier semestre 2016. Pire encore, nos éoliennes sont de véritables intermittentes du spectacle, incapables de délivrer une puissance digne de ce nom en continu. Les résultats sont très en dessous des attentes.

Ces chiffres sont disponibles sur l’European Network of Transmission System Operators for Electricity. Il s’agit d’un consortium de 42 opérateurs de 32 pays d’Europe, mandaté par l’Union européenne pour appliquer sa politique énergétique.

Les 7 000 éoliennes nous ont coûté plus de 20 milliards d’euros d’investissements, dont 75% ont consisté à importer des machines du Danemark ou d’Allemagne. Chaque année, cinq milliards d’euros sont engloutis dans les “énergies renouvelables”, sorte de veau d’or écologique. Il s’agit d’argent que nous n’avons pas puisque le budget de notre pays est chroniquement déficitaire depuis 1976.

En 2017, les consommateurs d’électricité vont payer 5,6 milliards d’euros de surcoûts liés au tarif d’achat des énergies renouvelables de source éolienne ou solaire, selon la Commission de régulation de l’Energie (CRE). Or si l’éolien fournit 3,99% de notre production nationale, le solaire fournit encore moins : 1,59%.

N’aurait-on pas mieux à faire ?

Suite et source : économiematin.fr

 
 

10/08/2016

Éolien offshore : les permis de construire contestés...

La Fédération Environnement Durable demande l’annulation des permis de construire des parcs éoliens offshore à Fécamp.

Éolien offshore : les permis de construire contestés

La Fédération Environnement Durable confirme qu’elle s’est jointe au recours déposé devant la justice pour faire annuler le permis de construire du parc éolien offshore de Fécamp.

Cette décision est motivée par le fait que les parcs éoliens offshore français sont en réalité de gigantesques usines électriques les pieds dans l’eau, implantées au raz du littoral, et couvrant chacune l’équivalent de la surface d’une ville comme Paris. Ces implantations industrielles sontruineuses et elles remettent en cause la préservation du littoral de la Manche et de l’Atlantique.

Électricité intermittente

Alors que l’économie de la France traverse une phase critique, des dizaines de milliards d’euros vont être engloutis pour fabriquer une faible quantité d’électricité intermittente de mauvaise qualité et cinq fois plus chère que le prix du marché de cette énergie1.

L’argent nécessaire sera pris notamment sur la facture d’électricité, entraînant une hausse vertigineuse du tarif de l’électricité des consommateurs alors que 8 millions d’entre eux sont déjà en situation énergétique précaire et doivent être socialement assistés.

Ces constructions industrielles...

Suite et source : contrepoints

27/06/2016

« Interdire les véhicules anciens revient à chasser les pauvres de Paris »

voiture.jpgL’affaire prêterait plutôt à sourire si elle n’était symbolique d’une attitude et d’un choix politiques. La Mairie de Paris a ainsi décidé d’interdire, à partir du 1er juillet, la circulation dans la capitale des véhicules âgés de plus de vingt ans. L’argument : ils pollueraient beaucoup plus que les autres.

Appel à témoignages :   Que pensez-vous de cette mesure ? Votre véhicule est-il concerné ?

(...)

La pollution automobile est en effet, la plupart du temps, liée à la puissance du moteur, à la taille et à la cylindrée plutôt qu’à l’âge, surtout si le véhicule est bien entretenu. L’argument ne tient donc pas.

Lire la suite

 

23/05/2016

Les biocarburants émettent plus de CO2 que l’essence et le diesel

Fotolia_19198785_L_0.jpgApparus d’abord comme une alternative prometteuse au pétrole dans les transports, les biocarburants (ou agrocarburants) sont de plus en plus épinglés en raison de leurs effets pervers : déforestation, disparition de cultures vivrières, augmentation des prix des denrées alimentaires… mais aussi émissions de gaz à effet de serre.

Une étude de l’ONG européenne Transport & Environnement (T & E), publiée le 25 avril, estime ainsi que les biocarburants, loin d’être vertueux pour le climat, émettent en fait plus de gaz à effet de serre que les combustibles fossiles (essence ou diesel).

Lire la suite sur Liberté Politique

18/05/2016

Interdiction à Paris des véhicules immatriculés avant 1997 à partir du 1er juillet

2CV-Paris.jpgSaluons l’heureuse initiative de l’Association 40 Millions d’Automobilistes et de l’avocat Jean-Baptiste IOSCA d’attaquer en Justice la Mairie de Paris pour contrer sa mesure hautement liberticide d’interdiction de circulation dans la Capitale des véhicules anciens.

Il est grand temps de faire reculer la Maire socialiste Anne Hidalgo dans ses obsessions rétrogrades, chantre de « l’écologie politique à la parisienne » initiée par celui que l’on surnomme depuis toujours le « Khmer Vert », à savoir Denis Baupin, personnalité désormais ouvertement controversée au sein de son propre parti suite aux récentes révélations de Médiapart de son comportement supposé à l’égard d’élues et représentantes d’EELV (son ancien média favori, comme quoi Médiapart n’a vraiment aucune envie de se faire des amis, y compris à Gauche).

Lire la suite sur Nouvelles de France

26/04/2016

Le réchauffement climatique : nouvelle excuse pour obliger à l’accueil des migrants

Migrations-et-climat.-Quel-enjeu-pour-l-Europe-par-Francois-Gemenne.jpgVendredi 22 avril 2016, on  sanctifiait « la journée de la Terre« .  Pour reparler des migrants. Et oui ! Tout est bon pour obliger les peuples européens récalcitrants à accueillir toujours plus de clandestins, migrants, immigrés et…combattants djihadistes. Au premier abord on pourrait se demander quel est le lien entre le réchauffement climatique et la crise migratoire qui s’abat sur l’Europe. Un lien, la bien-pensance internationale, pape en tête, l’a trouvé, en use et en abuse pour œuvrer au grand remplacement européen et au grand renouveau de l’humanité pour qu’elle devienne multiculturelle et nomade.

Lire la suite sur médias-presse.info

25/04/2016

De la bonne grosse dette verte : quelques considérations sur la COP21

lacrisitude.jpgYoupi ! Ce 22 avril, à New-York, l’accord de la COP21 sera ouvert à la signature des pays participants, et vous pouvez compter sur Ségolène Royal, sa nouvelle présidente, pour en vendre le succès haut et fort. Et ce, même si, en coulisse, ce sera un échec, et même si, en parallèle, tout indique que l’escroquerie écolo est en train de s’effondrer sous ses propres mensonges.

Soit, l’échec de la COP21 ne sera pas du fait de Ségolène même si, vu de France, ses gesticulations ridicules peuvent effrayer les rares signataires qui envisagent de ratifier ce texte foutraque. En fait, il suffit simplement de lire ce qu’en dit le site officiel du gouvernement pour comprendre qu’il y a un loup, ou même carrément une meute : l’accord n’entrera en vigueur qu’une fois 55 pays l’ayant signé, et si ces 55 pays représentent au moins 55% des émissions de CO2 dans le monde.

Lire la suite sur hashtable

18/04/2016

La Chine achète des centaines d’hectares de terres agricoles dans le Berry

Chine-berry.pngC’est par un cri indigné que débute le communiqué de la Fédération nationale des sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural (Safer), qui dénonce l’achat de terres agricoles dans le Berry par un groupe chinois. Quelle est son activité dans l’Empire du Milieu? «Je n’en ai aucune idée», concède Emmanuel Hyest, le président de la FN Safer, contacté par Le journal de l’Environnement.

Lire la suite sur contre-info