Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/04/2017

Un premier tour historique

Macron_LePen-448x293.jpeg[...] La victoire relative d'Emmanuel Macron et Marine Le Pen sonnent le glas des deux grands partis traditionnels de la droite et de la gauche, Les Républicains et le Parti Socialiste. Les formations historiques sont toutes deux balayées de l'élection au premier tour, ce qui constitue une première historique. Elle s'ajoute à de nombreuses autres du même ordre, comme un Président renonçant à sa réélection ou l'échec de tous les candidats qui se sont soumis à l'exercice de la primaire.

Lire la suite sur lesobservateurs

Robert Ménard : « Macron incarne tout ce qu’on ne veut plus ! »


Déclaration de Robert Ménard suite au résultat... par bvoltaire

08:40 Publié dans Elections | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook

21/04/2017

La consternation des Vénézuéliens de Paris face à Mélenchon

vénézueliens paris.jpgLe candidat de la France insoumise érige le régime chaviste en modèle et a inscrit l'adhésion de la France à l'Alliance bolivarienne pour les Amériques dans son programme.

Alors que l'opposition vénézuélienne défile en masse dans les rues de Caracas pour demander l'organisation d'élections, de nombreux Vénézuéliens parisiens s'offusquent des déclarations de Jean-Luc Mélenchon sur leur pays. Ils dénoncent les contre-vérités exprimées par le candidat à la présidentielle

Lire la suite sur lefigaro

20/04/2017

Election présidentielle : Comparaison des programmes fiscaux des candidats

impots.jpgLes programmes fiscaux des candidats à l’élection présidentielle se révèlent très divers et laissent apparaître des désaccords majeurs.
A quelques jours du premier tour, l’IREF analyse les principales propositions des candidats en matière de fiscalité. Malgré des programmes souvent lacunaires, peu ou pas chiffrés, il est possible de détacher des tendances et d’analyser les conséquences pour les contribuables et les entreprises.

Lire la suite sur irefeurope

19/04/2017

L’élection présidentielle : combien ça coûte ?

vote-de-billet-de-banque-dans-l-urne-en-verre-70731203.jpgLe coût des élections présidentielles a presque doublé entre 1995 à 2012 passant de 133 millions d’euros à 227,9 millions d’euros ! Deux plafonds réglementaires de dépense sont fixés pour chaque candidat en 2017 : 16,851 millions d’euros pour le premier tour et 22,509 millions pour les candidats parvenant au second tour.

Les candidats qui n’ont pas atteint 5% des suffrages au premier tour se verront rembourser jusqu’à 800.423 euros (4.75%), ceux qui dépasseront les 5% toucheront jusqu’à 8 004 225 euros (47.5%). Les deux finalistes pourront recevoir chacun jusqu’à 10 691 755 euros d’argent public.

Avec le réhaussement du plafond de dépenses des candidats et l’ajout d’un candidat supplémentaire, l’élection présidentielle 2017 risque d’être plus coûteuse que celle de 2012.

Lire la suite sur contribuables.org

Un parti musulman soutenu par la Turquie islamiste va présenter 51 candidats aux élections législatives

pef.jpgDans la foulée du référendum turc donnant de larges pouvoirs au président islamiste turc Recep Tayyip Erdogan, le gouvernement turc poursuit dans sa lancée, mais cette fois-ci en Europe.

Pour rappel, le président islamiste turc avait menacé l’Europe de soulever contre elle « le monde musulman » ainsi que les « étrangers » établis sur le continent (source), ajoutant « qu’aucun Européen ne pourrait plus marcher en sécurité, nulle part dans le monde » (source). Erdogan n’en est pas resté au stade des menaces : un parti islamiste turc piloté depuis Ankara présentera plus d’une cinquantaine de candidats aux élections législatives de juin prochain.

Lire la suite sur breizatao

08:43 Publié dans Elections, Islam | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook

10/04/2017

«Les Français veulent qu'on leur parle de la France !»

FranceFlag_svg.pngNous vivons sous la coupe terrible d'un économisme légitimé par les sondages: la première préoccupation des Français, c'est l'emploi, etc…Peut-être. Mais cela ne devrait pas dispenser de nous interroger sur notre avenir comme nation et sur la société dans laquelle nous voulons vivre. Un signe devrait nous alerter: il est très peu question de l'Ecole et toujours sous l'angle de son adaptation aux besoins de nos entreprises. Bon sang, la langue française est en danger en France, cela mérite mieux que des pétitions de principe!

Lire la suite sur lefigaro

03/04/2017

Comment la présidentielle réalise le scénario dont on ne voulait surtout pas

dessin-contrepoints063-235x223.jpgAprès cinq ans de déclin hollandiste, on avait rêvé un scénario de sursaut. Face à l’érosion française qu’on constate sur tous les fronts (sociaux, économiques, culturels, scolaires), face à ce lent déclin du pays comme un vieux rafiot qui s’enfonce dans les eaux sans qu’on n’y prenne garde (et un jour on a les pieds mouillés, on se demande pourquoi), on attendait un débat, un affrontement idéologique, une controverse sur les moyens d’en sortir.

Et patatras… rien de tout cela, mais un déluge d’immondices et de promesses gratuites faites au petit bonheur la chance dans l’espoir de séduire qui les agriculteurs, qui les entrepreneurs, qui les enseignants.

Lire la suite sur Contrepoints

23/03/2017

La notation des candidats à la présidentielle !

notation.jpgÀ quelques semaines du premier tour de l’élection présidentielle, nous sommes en mesure, comme convenu, de vous dévoiler les notes obtenues par chacun des candidats.
 
Dans une campagne où la confrontation des programmes et les débats de fond ne sont pas à la hauteur des enjeux, notre mission consiste à informer le mieux possible les électeurs quant aux orientations politiques, économiques, sociales, morales et culturelles des prétendants à la magistrature suprême.
  
Basée sur les mesures essentielles au redressement de la France développées dans Le manifeste de la dernière chance, notre grille d’évaluation permet d’avoir une vision globale, claire et objective, sur chacun des projets en présence.

Lire la suite sur Liberté Politique

08:52 Publié dans Elections | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook

20/03/2017

Débat sur TF1 : mais où sont les petits candidats ?

debat-presidentiel-les-petits-candidats-auront-droit-des-interviews.jpgL’article 7 de la Constitution de 1958 assoit, entre autres choses, la légitimité du Président de la République en ce qu’il est élu au suffrage universel direct et qu’il a nécessairement remporté la majorité absolue des suffrages exprimés, puisque l’article limite à deux le nombre de candidats au second tour.

Par ailleurs, et c’est le point auquel nous nous attacherons le plus ici, cet article 7 aborde le cas des candidats se présentant à l’élection présidentielle. Il y est uniquement fait référence aux candidats. Sans distinction. Les plaçant dès lors tous sur un pied d’égalité.

Lire la suite sur Contrepoints

02/03/2017

Présidentielle : la fausse démocratie dévoilée. Un régime délétère aux abois face au suffrage universel

fillon.jpg[...] Il est indiscutable que des magistrats dépendants de l’exécutif ou politisés instruisent à charge politique…. Sinon pour qui aurait été dressé le mur des cons, un mur qui fait moins peur aux médias que celui de Trump. La connivence avec la presse idéologique, journaux de gauche et infos audiovisuelles, transforme une instruction en harcèlement judiciaire qui passe par un tribunal de journalistes tous à gauche ou presque. On nous parle de liberté de l’information mais où est la diversité. Toutes les chaines d’infos accablent Fillon et Le Pen et sont plus que complaisantes avec Macron.

Lire la suite sur Metamag

24/06/2016

Offense à tous les Français : Balkany de nouveau investi pour les législatives...

Faut-il rappeler que sont les instances du parti qui ont décidé de remettre Balkany devant les électeurs ?

Que faut-il pour qu’ils comprennent ? Que faut-il pour que tous ces politiciens véreux, occupés seulement de leur carrière et du profit qu’ils tirent de leurs petits potentats, mesurent le degré d’exaspération de la nation ?

Scandale du jour : on vient d’apprendre que le Parti républicain, celui dont le président clame à qui veut l’entendre, la main sur le cœur, qu’il n’a qu’un seul souci, c’est « défendre les valeurs de la République », eh bien, ce parti vient de réinvestir tous les sortants – à l’exception de ceux qui ont expressément émis le vœu contraire – pour les législatives de 2017 ! Dont l’ineffable Balkany qui traîne, avec sa femme, plus de casseroles que la batterie de cuisine du Ritz, si ce n’est plus de mises en examen à lui seul que toute la classe politique réunie.

Qui se ressemble s’assemble, dit le bon sens populaire. Le maire de Levallois et son épouse sont en effet les meilleurs amis de Nicolas Sarkozy. Des clones, en quelque sorte, chacun disputant à l’autre l’actualité des « tracasseries avec la justice ». On ne sait pas ce qu’il en sera de l’ex-Président qui voudrait tant le redevenir, mais le palmarès dudit Balkany est impressionnant.

Faisons un peu d’histoire et retraçons son passé judiciaire (merci auMonde, qui s’en est chargé) :

  • 1996...

Suite et source : boulevard voltaire

 

22/06/2016

Elections : François Hollande et ses acolytes préparent manifestement des coups tordus...

Dans Les 4 Vérités, Guillaume de Thieulloy revient sur l'organisation de primaires au PS et constate :

"[...] François Hollande a donc toujours de sérieuses chances d’être le candidat de la gauche le mieux placé à l’issue du premier tour de 2017. Cela lui suffira-t-il à gagner? Pour le moment, non. Mais les divisions à droite ne sont pas moins importantes qu’au sein du PS. Et, si la droite arrive en ordre dispersé, elle peut aussi ne pas être au deuxième tour.

En attendant, François Hollande et ses acolytes préparent manifestement des coups tordus, partant du principe qu’avec 11 % d’opinions favorables, il n’est pas possible de gagner « à la loyale ». L’imagination n’étant plus au pouvoir depuis longtemps chez les socialistes, on peut d’ores et déjà dire à quoi ressembleront ces coups tordus.

De toute évidence, il s’agira de « sauver la république » menacée par le « péril fasciste ». Nous avons eu, en ce sens, l’arrestation opportune d’un « terroriste d’extrême droite » en Ukraine. Nous avons eu aussi la déclaration troublante du patron de la DGSI, Patrick Calvar, annonçant à l’Assemblée que ses services s’intéressaient de plus en plus à « l’ultra droite » et s’attendaient à une « prochaine confrontation ». Chacun sait que les groupuscules violents sont largement infiltrés par des officines plus ou moins ragoûtantes et plus ou moins liées au pouvoir. Nul besoin d’être paranoïaque pour deviner ce que certains agents zélés pourraient faire pour donner à ces déclarations un tragique début de réalité...

On peut aussi relever la sorte d’attentisme qui entoure les déclarations d’Henry de Lesquen, président de Radio Courtoisie, qui a produit plusieurs déclarations ahurissantes en faveur du « racisme républicain » ou s’interrogeant sur la longévité des déportés. Or, au micro de Radio Courtoisie, bien des personnalités de droite se sont succédé. Comment ne pas penser que le pouvoir socialiste pourrait les mêler toutes dans un opprobre commun ?

Par ailleurs, depuis des mois, des activistes d’extrême gauche s’entraînent presque 24 heures sur 24 à la guérilla urbaine.Croit-on vraiment que ces « compétences » ne vont servir à rien ? Là encore, nul besoin d’être conspirationniste pour comprendre que ces centaines de militants ultra-violents (et bien identifiés, eux !) seront utilisées en cas d’accession de Marine Le Pen au second tour – et peut-être même en cas de victoire d’un candidat LR plus attaché aux convictions de droite qu’Alain Juppé. La situation est explosive. Et le président, naguère élu sur des promesses d’apaisement, jette de l’huile sur le feu, pour de méprisables raisons électoralistes..."

Source : les 4Vérités via le salon beige

14/12/2015

La France à droite

fance.jpgAvec plus de 6 820 000 votants (6,42 millions au premier tour de la présidentielle de 2012),le FN réalise le meilleur résultat électoral de son histoire et obtient 358 élus (il en avait 120 dans les conseils régionaux sortants). C'est en PACA, région classée à droite, qu'il réalise son meilleur résultat avec 45,22% (le FN est en tête dans le Vaucluse). Pour 2017, le FN a besoin de rassurer les électeurs de droite afin de pouvoir l'emporter au second tour, à défaut de pouvoir créer des alliances.

A noter la contre-performance Wallerand de Saint-Just en Ile de France, qui perd plus de 60 000 voix entre le 1er et le second tour.

Lire la suite sur Le Salon Beige

12:28 Publié dans Elections | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook

10/12/2015

La position officielle du Parti de la France pour le second tour des élections régionales

PDF.jpgComme pour le 1er tour, le Parti de la France ne donne aucune consigne de vote pour le 2nd tour des élections régionales dimanche 13 décembre et laisse ses militants et sympathisants libres de leur choix.

Cependant, dans les régions où la gauche est en mesure de l'emporter, le Parti de la France appelle à lui faire barrage afin de débarrasser ces collectivités du socialo-communisme.

08:00 Publié dans Elections | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook

07/12/2015

La France est bien à droite, le Parti Socialiste moribond

résultats.pngÉpuisé idéologiquement, effondré électoralement, le PS, syndicat d'élus sans élus, est plus que jamais un astre mort guetté par la «pasokisation». Contraints avec Macron et Cazeneuve d'abjurer sous la pression des événements les valeurs emblématiques de la gauche, obligés d'organiser eux-mêmes leur propre disparition pour tenter de «barrer la route» au FN, les socialistes ne savent plus à quel saint se vouer. Les coups de menton de Manuel Valls ou le nouveau panache tricolore de François Hollande suffiront-ils à relever ce champ de ruines? Devant l'ampleur du désaveu populaire, il est permis d'en douter.

Lire la suite sur Le Salon Beige

08:11 Publié dans Elections | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook

01/12/2015

Élections régionales : au cœur des enjeux, la réalité familiale

Elections-regionales-au-caeur-des-enjeux-la-realite-familiale_visuel.jpgLA FRANCE est en deuil, la France est en guerre… Dans cette ambiance de tristesse, de peur, d’angoisse et d’insécurité, reste-t-il une place pour le discernement ? L’élan de la campagne si bien commencée s’est rompu. Et chacun de surenchérir sur ce qui pourrait être mis en place comme mesure sécuritaire pour rester dans le tempo. À quelques jours du premier tour, il n’est pas inutile de se poser la question du sens de ces élections, sans se tromper de sujets.

Lire la suite sur Liberté Politique

26/10/2015

L'Outre Mer votera socialiste !

outre mer-valls et pau langevin.jpgUne réunion de ministres s’est tenue ce 15 octobre à l’Hôtel de Matignon, sous la présidence de Manuel Valls (...)

Cette réunion avait pour but de faire un tour d’horizon de l’ensemble des enjeux, économiques, sociaux, éducatifs et culturels de l'Outre-mer français arguant du fait que les outre-mer disposent de toutes les richesses pour y faire émerger le modèle économique du XXIème siècle, le modèle de la COP 21, respectueux de l’environnement et de la biodiversité. Nonobstant, comment ne pas voir dans cette convocation en pleine  fin de règne une réunion avant tout électoraliste, sachant que tous les départements et territoires d'Outre-mer risquent d'être, à l'exception de Mayotte, le seul réservoir de voix du Parti Socialiste, en dehors des immigrés de banlieues.

Lire la suite sur metamag

09:00 Publié dans Elections | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook

15/06/2015

Le Front Municipal pour Asnières présenté par Eric Pinel, ancien député européen

08:37 Publié dans Elections | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook

30/03/2015

Plan social au PS

résultats.jpg

L'UMP, l'UDI, le MoDem et les candidats divers droite ont pris 25 départements à la gauche et devraient se retrouver à la tête de 64 circonscriptions. La gauche, qui dirigeait 60 des 101 conseils généraux sortants, conserverait 33 présidences, dont celles de Paris, de la Guyane et de la Martinique qui n'étaient pas en jeu.

Le conditionnel est employé car il y a des départements où la majorité est relative et le jeu des alliances pourrait les faire basculer. Les conseillers départementaux se réuniront jeudi 2 avril pour élire le président de chaque assemblée. Deux tours à la majorité absolue et un tour à la majorité relative doivent départager les prétendants.

LiIre la suite sur Le Salon Beige