Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/11/2017

Paradise Papers : 4 hypocrisies occultées par les médias...

Ce que les Paradise Papers révèlent c’est avant tout l’hypocrisie de personnes prêtes aux artifices les plus bas et nauséabonds pour défendre leur bout de gras.

Toute personne ayant une télévision, un accès à internet, ou qui est tout simplement  restée éveillée au moins une fois au cours du siècle dernier n’apprendra pas grand chose via les « Paradise Papers ».

Le fait qu’il existe des pays où la fiscalité est à peu près supportable n’est un secret pour personne. Ce que les Paradise Papers révèlent c’est avant tout l’hypocrisie de personnes prêtes aux artifices les plus bas et nauséabonds pour défendre leur bout de gras.

CHAQUE ANNÉE, LE MONDE ET SES JOURNALISTES SOUSTRAIENT DES DIZAINES DE MILLIONS AU FISC

En première ligne de cette armée d’hypocrites se trouve le journal Le Monde, membre du consortium de journalistes qui font le recel de données obtenues frauduleusement.

Au deuxième et troisième jours des « révélations des Paradise Papers », les journalistes du Monde nous ont offert toute une série d’articles sur l’évitement de la TVA, que ce soit pour les yachts à Malte ou les jets privés sur l’Île de Man. Cependant, ils se sont bien gardés de relever qu’en matière d’évitement de la TVA ils s’y connaissent bien, et pour cause !

L’entreprise française moyenne est soumise à un taux de TVA de 20% lorsque le groupe Le Monde n’en paie que 2,1%, soit 9,5 fois moins (je n’arrondis pas à 10% sinon « les décodeurs » diront que j’exagère). Avec un chiffre d’affaires de 324 millions d’euros, c’est ainsi plus de 58 millions d’euros qui n’ont pas été dans les poches de l’État, uniquement pour l’année 2016 ! Et encore, du fait de la déductibilité de la TVA, il est plus que probable que ce soit l’État qui ait versé de l’argent au groupe Le Monde au titre de la TVA, groupe pourtant bénéficiaire.

DÉDUCTION FISCALE POUR LES JOURNALISTES

Mais les avantages ne s’arrêtent pas là. Tous les Français qui paient l’impôt sur le revenu (soit moins de la moitié des adultes) savent qu’ils peuvent déduire de leur revenu imposable 10% au titre des frais professionnels. Ce qu’ils ne savent peut-être pas, c’est que le gouvernement Jospin a octroyé aux journalistes une déduction supplémentaire à hauteur de 7650 euros annuels.

On n’imagine pas les frais que cela entraîne de copier-coller des dépêches de l’AFP. Ainsi, ce sont 50 millions d’euros par an qui ne vont pas dans les poches de l’État, et pour les 400 journalistes du Monde, ce sont quasiment 3 millions d’euros qui échappent chaque année à l’impôt. Pas besoin de mettre son argent à l’étranger lorsqu’on a des niches fiscales taillées sur mesure à domicile.

J’aurais pu aussi citer l’exonération de l’ISF pour les titres de presse mais la réforme Macron est passée par là. Et puis, de toute façon, les titres de presse française ne valent rien (Le Monde a été racheté pour 110 millions d’euros quand Thomson Reuters vaut près de 40 milliards de dollars canadiens).

LE RÔLE TROUBLE DES ASSOCIATIONS GAUCHISTES

En seconde ligne des hypocrites, on retrouve les associations gauchistes dont Oxfam, la première d’entre elles. Oxfam est une habituée de l’hypocrisie, donc la retrouver ici n’est pas étonnant : c’est l’association qui chaque année se plaint des inégalités tout en versant à son PDG américain un salaire de plus de 350 000 dollars US, soit plus de 300 SMIC, ce qui la place ainsi parmi les 0,03%  les plus riches du monde (grâce à l’argent des donateurs).

D’où vient l’hypocrisie ici ? En tant qu’association, Oxfam, qui a des revenus supérieurs à un milliard d’euros est totalement exemptée d’impôt sur les sociétés. Mais ce n’est pas tout : l’essentiel des dons qu’elle reçoit offre des déductions fiscales.

Autrement dit, comme n’importe quel cabinet de conseil comme Appleby, Oxfam vit de l’optimisation fiscale. À noter aussi que, contrairement aux entreprises cotées, Oxfam ne révèle pas le salaire de ses cadres dans son rapport annuel. La transparence, c’est pour les autres.

UNE CLASSE POLITIQUE EN DESSOUS DE TOUT

Nous en arrivons à notre troisième catégorie d’hypocrites et celle-là n’étonnera personne car c’est son fonds de commerce :...

Suite et source : contrepoints

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.