Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/10/2017

Police des arrières pensés : comment l’Etat français condamne les opinions dissidentes

barbeles-illustration_13634_w620.jpgIl y a des choses qui sont indicibles, même dans la sphère privée. Un décret liberticide publié en plein mois d’août 2017, est passé relativement inaperçu par nos concitoyens. Ce décret, porté par Edouard Philippe, par le garde des sceaux Nicole Belloubet et le ministre des outre-mer Annick Girardin a été approuvé par le Conseil d’Etat.

Il vise à sanctionner les propos dits « racistes ou discriminatoires » tenus en privé. Pour des crimes par la pensée, le contrevenant français s’expose à une amende de 1500€ ou 3000€.

Lire la suite sur radiocourtoisie

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.