Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/09/2017

Hidalgo met les Parisiens à poil !

Grande nouvelle, innovation urbaine quasi-planétaire : les nudistes parisiens ont désormais leur pré-carré quelque part dans le bois de Vincennes. 

Cela ne durera bien sûr que deux ou trois mois dans l’année car le climat, même par temps de réchauffement climatique présumé, ne le permet pas. Mais ce n’est pas grave, les gazettes en ont tant parlé ! 

Pourtant, le symbole est fort, à un point tel qu’Hidalgo n’en a pas mesuré toutes les implications. 

A poil, les contribuables parisiens le sont en effet, après un « sextuplement » (pardon) de la dette et un doublement des impôts depuis que les socialistes se sont emparés du magot municipal. 
A poil, ils le seront encore plus quand il faudra régler les frais olympiens des jeux olympiques. 
A poil, les automobilistes le seront quand ils auront vendu leurs vêtements pour payer la prolifération des contredanses qui vont leur tomber sur le râble dès janvier prochain, quand le système de logiciel espion mis en place par la ville verbalisera le moindre retard dans le paiement des droits de stationnement. 
A poil, ils le sont de toute façon déjà, pour se libérer des tricots dans lesquels ils transpirent et enragent dans les embouteillages. 
A poil, les victimes de la prolifération des punaises contre lesquelles les services municipaux ne font rien et qui doivent brûler literie et linges de corps. 
A poil, les dépouillés des bandes de cambrioleurs, voleurs à la tire et hélas parfois agresseurs sexuels dont les méfaits sont si peu sanctionnés bien qu’en constante augmentation. 
Enfin … tout cela nous fait sans doute une forme étrange de moyenne. Car au moment où Hidalgo permet à quelques-uns de s’effeuiller tranquilles près du lac Daumesnil (c’est une rime), on voit se multiplier les harnachements religieux et drapés moyenâgeux dont certaines et même certains s’affublent pour afficher leur obscurantisme grégaire et leur mépris des valeurs de liberté. 

Au fond, l’idéologie d’Hidalgo est aussi cohérente qu’une virée en burkini dans un camp nudiste … 

Source : delanopolis.fr

Californie : en quête d’immortalité, des très riches se font injecter du sang d’adolescents...

Résultat de recherche d'images pour "blood transfer old young"Les dérives logiques d’une société matérialiste… « Plus de 100 personnes ont participé à un essai clinique chez une start-up de San Francisco, donnant du sang à transférer à des patients plus âgés. Chaque procédure coûte 8 000 dollars et voit le patient se faire injecter 2 litres et demi de plasma (l’élément liquide du sang qui reste une fois les autres cellules retirées) pris sur des jeunes gens. La procédure est proposée comme une tentative expérimentale de rajeunir les personnes âgées. L’âge médian des patients est de 60 ans. Jesse Karmazin, 32 ans, un scientifique formé par Stanford qui a fondé la clinique américaine, a déclaré au Sunday Times que les résultats initiaux de ses patients avaient été encourageants. « Cela pourrait aider à améliorer des choses telles que l’apparence ou le diabète ou la fonction cardiaque ou la mémoire. Ce sont tous les aspects du vieillissement qui ont une cause commune. »  « Je ne suis pas vraiment dans le camp de ceux qui disent que cela fournira l’immortalité, mais je pense que cela s’en approche de très près. » Le nouveau traitement vient après plusieurs études au cours des 17 dernières années dans lesquelles les chercheurs de Stanford ont montré que la jonction des systèmes circulatoires (connus sous le nom de parabiose) entre les souris âgées et jeunes sont efficaces dans le rajeunissement des organes, des muscles et des cellules souches. De plus, une étude l’année dernière a révélé que le plasma des jeunes gens avait un effet rajeunissant lorsqu’il était injecté dans des souris âgées. Cependant, malgré les résultats des études sur les souris, des chercheurs ont attaqué la validité scientifique de l’expérience de Karmazin et soulevé un certain nombre de questions éthiques. [ici, en anglais] […] « Les gens veulent croire que le sang jeune rend la jeunesse, même si nous n’avons pas la preuve que cela fonctionne chez les humains et que nous ne comprenons pas le mécanisme qui fait que les souris semblent plus jeunes », a déclaré Tony Wyss-Coray (neurologien de Stanford auteur d’une étude-clé sur la parabiose de souris en 2014) à la revue du MIT. [Aux Etats-Unis], des centaines de millions de dollars sont investis par les super riches dans le but de prévenir le vieillissement, ou même la mort. [Karmazin répond aux critiques et dit notamment que] ses patients récoltent immédiatement les fruits de son traitement : « Nous voyons déjà que les gens ont l’air meilleurs après un seul traitement. » « C’est comme une chirurgie plastique de l’intérieur. »

Source : contre-info.com

Valérie Pécresse : Gaulliste sociale ?

Un créneau bien comme il faut, où l’on ne risque pas de se prendre une prune par les aubergines de la pensée unique.

Valérie Pécresse a trouvé son petit créneau pour garer sa petite auto politique : « gaulliste sociale ». N’oubliez pas de mettre un « e » à « social », parce que c’est une dame. Un créneau bien comme il faut, où l’on ne risque pas de se prendre une prune par les aubergines de la pensée unique. Pas trop à gauche, pas trop à droite. Nickel. Un truc qui marche à tous les coups, le côté « souple et ferme à la fois », vous voyez.

Dans l’interview qu’elle a accordée au Parisien samedi, elle explique ce que cela veut dire pour elle : « Cela veut dire que je crois à l’autorité et que je veux lutter contre les injustices. »Original ! Il est vrai qu’il n’y a pas de justice sans autorité et que l’autorité dans l’injustice, ça s’appelle la tyrannie. Donc, on sait désormais que s’il fallait créer un prix pour récompenser les inventeurs du bélier à enfoncer les portes ouvertes, Valérie Pécresse serait impeccable pour présider la distribution avec son sourire de ne pas y toucher.

Au fait, « gaulliste social », quésaco ? En 2012, le politologue et chroniqueur Marc Crapez, dans une tribune sur le site Contrepoints, avait qualifié le gaullisme social de mythe. Il expliquait que cette formule ne datait que des années 80, bien longtemps après la mort du général de Gaulle. « Elle fut alors forgée par la gauche pour récompenser les membres du RPR qui prenaient position contre l’extrême-droite tout en fermant les yeux sur l’extrême-gauche. » Qu’est-ce que fait Mme Pécresse, aujourd’hui ? La même chose. Puisque dans son Code de la route, il n’est pas question avec sa petite auto de franchir la « ligne rouge » en direction du Front national.

Source : boulevard voltaire