Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/01/2017

YAMASÉCU KADERATÉ MÉ FOPALATOUCHÉ...

Pour ceux qui ne comprennent pas le Japonais, je traduis : tout ce que la France compte de donneurs de leçons et de défenseurs des sévices publics les meilleurs du monde, qu’on nous envie partout sans les copier, sont au garde-à-vous. De droite, de gauche, du centre, des extrêmes… tous contre le projet Fillon. Notre système marche si bien et coûte si peu, on se demande vraiment pourquoi il faudrait le changer. Il y a même un aréopage de toubibs qui s’est indigné officiellement. Ce que je ne sais pas mais que je soupçonne c’est que les toubibs en question n’ont de libéral que le nom : ils font plutôt partie de cette oligarchie intouchable de mandarins des hôpitaux publics qui profite outrageusement du système. Les hauts fonctionnaires de la santé, en quelque sorte !

La SS française est la meilleure du monde, il n’y a aucun problème avec les hôpitaux, le trou est résorbé, les urgences urgentent sans soucis, le désert médical n’est qu’une vue de l’esprit et d’ailleurs Marraine Tournesol avait dit être en passe de maison de résoudre le problème. Alors pourquoi diable tant de petites entreprises bravent-elles l’état en essayant de quitter cette merveilleuse sécu ?

Il se trouve que j’ai fait l’acquisition, il y a de ça presque dix ans, d’une petite maison de vacances au bord de la mer, en Catalogne. L’Europe étant ce qu’elle est, j’ai dû ouvrir un compte bancaire sur place pour payer l’électricité, le téléphone, l’eau, les impôts locaux (300 euros/an), et autres petits frais. Il m’a aussi fallu l’assurer, et comme, contrairement aux migrants et aux délinquants, les assureurs n’ont pas le droit de traverser les frontières, aussi Schengen soient-elles, c’est ma banque locale qui m’assure.

Or, le banquier en question vient de me proposer une mutuelle santé au premier euro. Ce n’est pas d’actualité pour moi puisque je paie la SS en France et suis couverte par la mutuelle obligatoire de mon mari, mais ça m’a donné l’occasion de me renseigner. Contrairement à la France, l’Espagne suit les directives européennes, pas uniquement celles qui sont punitives mais aussi celles qui arrangent les citoyens. Il est donc tout à fait possible d ne pas cotiser à la SS locale, et de passer par une mutuelle privée. Celle qu’on me proposait avait différents tarifs correspondant à différents niveaux de prestations. Le « nec plus ultra » était une cotisation de 120 euros mensuels, qui remboursait tout intégralement. Le tarif le moins cher était à environ 40 euros pour des remboursements très basiques. Seule contrainte : aller chez les médecins conventionnés par la mutuelle.

Alors je me suis livrée à un petit calcul rapide : entre la SS et la mutuelle, mon mari et moi payons largement plus de 1200 euros MENSUELS ! Difficile de rentrer dans les détails du calcul mais c’est une estimation basse. Notre fils paie en outre 215 euros de SS étudiant par an et est couvert par notre mutuelle. Il faut ajouter à ça la CSG/CRDS sur les transactions financières même s’il s’agit de ventes et rachats dans le cadre de la saine gestion d’un portefeuille.

Alors ?...

Suite et source : delanopolis

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.