Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/08/2016

École : il y a plus inquiétant que les attentats, c’est la réforme !

Dans une propédeutique du b-a-ba, le calcul d’inférence continu pourrait échapper à la démarche curriculaire…

Le gouvernement nous apprend, ce matin, que des mesures importantes vont entrer en vigueur dans les établissements scolaires à la rentrée de septembre. Comme on nous le répète, « nous sommes en guerre ». Alors, dans quelques semaines, nos enfants apprendront les techniques d’évacuation rapide et de camouflage, ainsi que les rudiments des premiers secours. Il y a longtemps que les petits Japonais apprennent à se cacher sous la table en cas de séisme, alors pourquoi pas devant les fous d’Allah. Mais des voix s’élèvent déjà pour dire qu’il ne faudrait pas ajouter la panique à la peur, ni traumatiser inutilement des petits bouts de chou que certains parents conduisent encore à l’école en poussette et la tétine à la bouche…

Personnellement, et statistiquement parlant, je trouve qu’il y a beaucoup plus inquiétant en cette rentrée que les risques d’attentat : c’est la réforme des enseignements.

J’ai, aujourd’hui, sous les yeux les documents censés « aider » les jeunes professeurs des écoles dans leur mission. C’est un texte assurément écrit par des malades mentaux, et sans plaisanterie aucune, à cette lecture, je m’étonne qu’il y ait encore des candidats pour vouloir enseigner et des enseignants qui ne soient pas tous en grave dépression nerveuse. Exemples.

La lecture : « Cette pratique, à la condition d’être suffisamment régulière, constitue une propédeutique tout à fait fructueuse à l’entrée en littérature. »

Avant la réforme de l’enseignement supérieur, en 1966, la propédeutique était l’année préparatoire à l’entrée à l’université, le mot désignant plus globalement « les éléments de connaissance constituant une préparation nécessaire à l’étude plus approfondie d’une science ». Or, il s’agit ici d’enfants de 8 à 10 ans dont beaucoup ne savent pas encore lire couramment…

L’explication de texte, comme on disait autrefois, ...

Suite et source : Marie Delarue boulevard voltaire

Les commentaires sont fermés.