Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/08/2016

De la république exemplaire à la république des copains

Pour trouver du travail, Thierry Lepaon squeeze Pôle emploi...

Un ancien leader de la CGT nommé par Matignon à la tête de la future Agence de la langue française : quoi de plus normal ? Ces recasages sont devenus une sorte de tradition. En 2013, François Chérèque, secrétaire général de la CFDT, fut nommé en Conseil des ministres inspecteur général des affaires sociales (IGAS) et chargé de superviser le plan national de lutte contre la pauvreté.

À l’époque, Jean-Claude Mailly déclare que « cela ne donne pas une image d’indépendance syndicale ». Trois ans plus tard, un secrétaire confédéral de FO est également nommé à l’IGAS. Avec Thierry Lepaon, la CGT est à son tour servie. Pas de jaloux dans les trois grandes confédérations, la CFDT apparaissant cependant comme le chouchou des gouvernements.

Ces recasages ne s’expliquent pas seulement par la volonté de récompenser certaines personnalités pour leurs bons et loyaux services. On peut admettre qu’au cours de leurs mandats, elles aient acquis quelque expérience qui puisse être utile dans d’autres fonctions. Ce qui est moins compréhensible, c’est que ce soit l’État qui joue l’entremetteur : comme si elles étaient incapables, avec leurs relations et leur carnet d’adresses, de se trouver par elles-mêmes un nouveau job.

Le cas de Thierry Lepaon est particulièrement remarquable. Il faut reconnaître qu’il s’intéresse depuis plus de vingt ans à la question de l’illettrisme. Dans un livre publié en septembre 2015, au cas où on l’aurait oublié, il a de nouveau souligné son souhait de s’impliquer dans ce combat. Il n’est donc pas sans qualification, ce dont on peut se réjouir quand on voit le nombre d’incompétents employés par le gouvernement...

Suite et source : boulevard voltaire



 

Les commentaires sont fermés.