Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/07/2016

Elle n’avait que 7 euros dans son petit sac noir en bandoulière !

Brutalement, un scooter tapi en embuscade s’élance derrière la vieille dame…

 

Le temps hésite, ce lundi 25 juillet après-midi, entre nuages et soleil dans la région parisienne, plus exactement à Malakoff, dans les Hauts-de-Seine. À l’angle de la rue Savier et de la rue d’Hébécourt, une octogénaire rentre chez elle. Elle a mis son sac en bandoulière en sécurité sur son épaule. À cet âge-là, les plaisirs sont simples et c’est une joie de rejoindre son appartement pour profiter de la fraîcheur et retrouver son mari qui l’attend impatiemment.

Brutalement, un scooter tapi en embuscade s’élance derrière la vieille dame, elle n’a pas le temps de se retourner que l’homme qui conduit l’engin essaie de lui arracher le sac en tirant sur la courroie. Mais la vieille dame résiste, elle ne veut pas lâcher son bien. Alors, l’homme la traîne par terre sur plusieurs mètres. Sonnée, presque évanouie, son sac se libère enfin de son bras et l’agresseur prend la fuite avec son butin.

Deux personnes, une automobiliste et un piéton qui viennent d’assister à la scène, se portent à son secours, la relèvent, vérifient son état de santé et la raccompagnent chez elle.

Elle est meurtrie mais saine et sauve, elle a retrouvé son foyer. Certes, son sac manque mais elle est vivante. À son compagnon, bouleversé de découvrir son épouse dans cet état, elle parle de son agression. Ses pensées sont flous mais elle se souvient qu’il y avait au moins un homme sur le scooter.

Quelques heures plus tard, ...

Suite et source : boulevard voltaire



 

Prêtre égorgé : que de ”twitts” injurieux et répugnants

Le martyre du Père Jacques Hamel aura eu aussi pour effet de nous montrer combien d’âmes sont crasseuses dans notre malheureux pays. Un nouvel exemple diffusé le jour même où les catholiques, bien d’autres chrétiens, mais aussi des musulmans voire des personnes sans religion mais qui ont gardé un sens de l’humanité se recueillent aux intentions de ce prêtre abominablement égorgé… Quand on lit des choses pareilles, comment ne pas être en colère… Malheureux “Nain Portekoi” ! Et malheureuse Julie Le Goïc qui a cru intelligent, la pauvre sotte, de “retwitter” cette nouvelle abomination… Quelle pauvreté d'esprit, qui se ressemble, s’assemble.

Les entreprises sont soumises à 233 impôts !

L’essentiel des prélèvements auxquels les entreprises sont soumises relèvent des organismes sociaux. Ceux-ci représentent 54,4% de la richesse prélevée chaque année sur l’appareil productif.

La Cour des Comptes s’est enfin intéressée à la fiscalité des entreprises et y consacre un volumineux rapport dont la lecture est précieuse. Ce rapport souligne la complexité et la lourdeur de la fiscalité qui pèse sur l’ensemble des entreprises françaises, parfois de façon absurde ou contraire à la rationalité économique.

233 impôts pour les entreprises

La Cour dresse un bilan tout à fait intéressant du nombre d’impôts, de taxes, de contributions, de prélèvements auxquelles les entreprises sont soumises. Voici un extrait significatif du rapport : ...

Suite et source : contrepoints

29/07/2016

Désolants dénis de réalité du pape François...

Après les égorgements islamistes en l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray, à Cracovie, le pape François a déclaré que le monde était en guerre mais que ce n’était pas une guerre de religion.

Ce propos est contestable.

D’une part, tous les terroristes islamistes sont musulmans et tuent au nom de l’islam, pour le moins donc en raison de leur religion. Pour eux le fait est qu’il s’agit bien d’une guerre de religion, puisqu’ils la mènent dans toute l’ampleur de leur barbarie, même si certains pasteurs des chrétiens le nient. Donc, si ce que nous voyons n’est pas une guerre de religion, tout de même, ça y ressemble !

Après les égorgements islamistes en l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray, à Cracovie, le pape François a déclaré que le monde était en guerre mais que ce n’était pas une guerre de religion.

Certes on peut évoquer, comme l’écrit l’illustre intellectuel musulman Tariq Ramadan que « l’islam entre difficilement dans les limites du mot religion ». Son frère Hani motive cela rappelant : « L’islam touche tout autant l’espace public que la sphère privée (…) Il est religion et État, foi et loi, doctrine et mode de vie ; il comprend dans son système les principes d’un gouvernement et aussi des prescriptions de guerre, appelant les croyants au combat pour défendre leurs droits ».

Mais François se garde de faire observer que l’islam est donc plus exactement un système idéologico-religieux, une théocratie totalitaire. Il n’en parle que comme une religion et il répète que toutes les religions sont porteuses de paix.   

La vérité pourtant, c’est que cette globalisation n’est corroborée ni dans le passé ni dans le présent. L’islam, selon ses textes fondateurs (Coran et Hadîths) est une religion conquérante, celle de la glorification des « cavaliers d’Allah ».

Le Coran proclame combien « Allah préfère ceux qui combattent à ceux qui s’abstiennent de combattre » (sourate 4, verset 95).

Le regretté père lazariste Antoine Moussali, un des plus grands connaisseurs de l’islam et de la langue arabe, dénombrait dans le Coran « sept cents occurrences de violence… »

L’hindouisme n’est pas non plus une religion porteuse de paix. Et il en fut de même des autres religions païennes, et au mépris de l’Évangile, les chrétiens ne furent pas toujours des artisans de paix.

François ne peut tout de même pas demeurer sans savoir que le Coran abonde en condamnations des mécréants coupables « d’associer d’autres dieux à Dieu », péché abominable, le seul qu’Allah ne pardonnera pas, qui vaut une éternité de tourments atroces. Or ceux qui associent deux autres dieux à Dieu, ce sont les chrétiens.

« Oui, ceux qui disent : « Dieu est le Messie, fils de Marie » sont impies. Dieu interdit le Paradis à quiconque attribue des associés à Dieu. Sa demeure sera le feu. Il n’existe pas de défenseurs pour les injustes ». (sourate 5, verset 72). Cela est répété une multitude de fois.

François ne peut tout de même pas demeurer sans savoir...

Suite et source : lagrif.fr

Enquête sur la CGT...

« La CGT, c’est le Cancer Général du Travail ; encore que Krasucki dit que c’est faux, parce que le cancer évolue, et pas la CGT ! », racontait Coluche. Trente ans plus tard, cette boutade reste d’actualité tant ce syndicat donne l’impression de faire un pied de nez aux lois de l’évolution.

De sa naissance en 1895 aux dernières violences à Air France et dans les rues de France à l’occasion des manifestations contre la loi Travail, la Confédération générale du Travail alias « La Cégète » a toujours été un syndicat primaire préférant l’affrontement au dialogue, le sabordage au compromis.

Contribuables Associés revient sur le sombre passif de la CGT depuis plus de 120 ans dans ce numéro de Tous contribuables ! 100 % numérique et gratuit.

à lire ici

28/07/2016

Debout les morts, réveillez-vous !

À force d’avoir baissé la tête et d’avoir adopté une mentalité d’esclaves et de victimes, les Français ont déjà un pied dans la tombe.

Après Nice, après l’Allemagne, Saint-Étienne-du-Rouvray. L’Europe est mortellement frappée par l’islam radical en ce mois de juillet 2016. Une nouvelle fois, comme depuis tant d’années maintenant. 

Tant d’années, durant lesquelles les responsables politiques ont littéralement abandonné leurs populations entre les mains de Frankenstein, vantant les mérites de l’immigration, des sociétés multiculturelles et multiconfessionnelles et, donc, ultra-violentes.

Tant d’années durant lesquelles l’Église, et particulièrement l’Église de France, a littéralement « baissé son froc » devant une religion comme l’islam, qui est aujourd’hui devenue la première de France en termes de nombre de pratiquants assidus.

Tous ces chers évêques et responsables religieux qui, depuis tant d’années, appellent au dialogue et à l’amour… pour qu’in fine l’un des leurs se fasse égorger dans sa propre église par un individu – comme il en existe des milliers en France – peu sensible au dialogue interreligieux.

Et que dire de ces citoyens, presque hagards, ahuris,


Suite et source Boulevard voltaire 

Attentats islamistes : les médias respectent les cinq commandements du Politiquement Correct...

Michel Geoffroy analyse les méthodes habituelles de nos spécialistes de l’information.


Quand les médias de propagande ne peuvent cacher un attentat ou une tentative d’attentat à caractère islamiste ils respectent toujours 5 règles de présentation politiquement correcte des faits. Apprenons donc à décrypter ces règles de présentation médiatique.

Comment les médias vont-ils réagir devant cet assassinat commis dans une église catholique

Première règle : l’enfant d’un quartier tranquille

L’auteur des faits ou le suspect est toujours présenté comme originaire d’un quartier ou issu d’une famille calme, tranquille, bien intégrée et sans histoires. Ainsi, par exemple, le Figaro du 10 décembre 2015 nous présentait-il Foued Mohamed-Aggad, l’un des tueurs du Bataclan, comme issu de Wissembourg, « petite ville tranquille du nord de l’Alsace ». On nous a aussi présenté Mollenbeek comme un haut lieu du vivre-ensemble multiculturel.

Les coins tranquilles produisent donc curieusement toujours des terroristes…

Seconde règle : le gentil garçon

Le suspect ou l’auteur des faits nous est toujours présenté sous les traits d’un « gentil garçon » (1) ; d’ailleurs, sa famille ou ses proches nous le disent ! Car on ne donne la parole qu’à eux, évidemment.

On se souvient qu’on nous présentait Mohammed Merah, le tueur de Toulouse, comme doté d’un visage d’ange et comme un grand amateur de voitures rapides.

Le Figaro précité nous indiquait de même que Foued Mohammed-Aggad était un enfant du pays réputé gentil et fils aimant. On nous a même présenté l’assassin d’un enfant à Moscou, une femme voilée qui déclare avoir agi à la demande d’Allah, sous les traits d’une sympathique nounou (2) ! Une nounou d’enfer assurément…

Mais comme l’expérience prouve que les auteurs d’attentat ont en général commencé dans la délinquance, les médias finissent par concéder que les intéressés avaient un passé judiciaire : mais c’était, bien sûr, pour de menus larcins. Rien de grave, donc.

Aujourd’hui, on indique dans la même veine qu’ils n’étaient pas fichés S, ce qui est censé nous rassurer (3).

Troisième règle : l’acte incompréhensible...

Suite et source : polemia

Clause de conscience : la majorité des pharmaciens votants sont pour...

Face à la levée de bouclier médiatique, le Conseil de l’Ordre a dû suspendre la consultation sur la clause de conscience des pharmaciens. Le point avec Camille Yaouanc, du réseau Pharmac’éthique.

Le Conseil de l’Ordre a souhaité consulter les pharmaciens sur la possibilité d’introduire une clause de conscience concernant « les actes pharmaceutiques susceptibles d’attenter à la vie humaine ». Il vient de suspendre cette consultation. Pourquoi ce sujet est-il abordé aujourd’hui ?

Le Conseil de l’Ordre a engagé en septembre 2015 un remaniement du code de déontologie qui régit la profession depuis 1953, et avait été modifié en 1995. Deux groupes de travail ont été formés, et un article a été rédigé pour ouvrir la clause de conscience aux pharmaciens. Ils sont les seuls professionnels de santé à ne pas disposer de cette clause, dont bénéficient les médecins, sages-femmes, auxiliaires médicaux… Au départ, nous étions moins concernés par ces sujets, mais nous le sommes de plus en plus avec l’évolution des lois sur le début et la fin de vie.

Début juillet 2016, l’Ordre s’est réuni pour ce projet de code de déontologie, mais la question de la clause de conscience faisant débat, une consultation interne a été lancée sur l’article en question. De là est partie la polémique. L’Ordre a choisi une procédure démocratique pour consulter ses pharmaciens, mais dans une grande confusion et en très peu de temps, la campagne est devenue idéologique.

La ministre des Familles Laurence Rossignol, le Planning familial et certaines associations féministes se sont alarmés. Quel est le problème ?

Suite et source : famille chrétienne

Anonymisation des terroristes : Le Figaro refuse de suivre le diktat de BHL...

Alors que des médias réclament l'anonymisation des terroristes, Alexis Brézet, directeur des rédactions du Figaro, précise la politique éditoriale du groupe en la matière :

"Quelle est la politique du Figaro concernant la publication des noms des terroristes?

Ce sont des sujets dont nous parlons souvent entre journalistes, mais à vrai dire, pour nous, au Figaro, la réponse va de soi. Le nom des terroristes est un élément d'information objectif essentiel pour comprendre ce qui se joue sur notre sol, et notre devoir est de le porter à la connaissance de nos lecteurs ou de nos internautes. Ne pas le faire, ce serait alimenter les fantasmes complotistes de tous ceux qui estiment que les médias «nous cachent la vérité». Bien sûr, cette information doit être juste et sa divulgation ne doit pas mettre en péril le bon déroulement de l'enquête, ce qui suppose qu'elle soit vérifiée auprès d'une source policière ou judiciaire. 

Et en ce qui concerne les photos?...

Suite et source : le salon beige

07:02 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook

27/07/2016

Résistance nationale : la nation et le peuple en armes...

Carl Lang et Le Parti de la France s’insurgent contre le nouvel acte de barbarie islamiste perpétré aujourd’hui à Saint-Etienne-du-Rouvray et revendiqué par l’Etat islamique.

Le Parti de la France s’associe à la douleur des proches du prêtre égorgé et des fidèles blessés par les assassins islamistes et apporte à la communauté des catholiques de France son soutien  indéfectible.
Il est temps que nos compatriotes comprennent que les niaiseries déclamatoires du « vivre ensemble », les appels répétés à la « fraternité citoyenne et républicaine » ainsi que les logorrhées politiques et médiatiques du « pas d’amalgame » ne sont pas une réponse aux actions révolutionnaires et terroristes menées par les « soldats de l’Islam ».
Le Parti de la France qui a déjà présenté ses mesures de sécurité nationale et de défense du peuple français rappelle l’urgente nécessité de constituer une garde nationale de 100 000 volontaires, formés, encadrés et armés en toutes circonstances, comme première étape d’une nation et d’un peuple en armes.
La France et son peuple sont aujourd’hui en état de légitime défense.
Les effectifs annoncés par le ministre de l’Intérieur de la « réserve opérationnelle » composée de 9 000  volontaires dans la gendarmerie et de 3 000 dans la police sont dérisoires au regard des enjeux de sécurité intérieure et de la guerre de religion que nous font les militants de l’Etat islamique.
La réponse se doit d’être aussi une réponse politique à cette guerre politico-religieuse et révolutionnaire.
Le Parti de la France appelle tous les sympathisants de la cause nationale attachés à la défense de notre modèle de civilisation, à notre sécurité et à nos libertés ainsi qu’au droit du peuple français à rester lui-même à s’engager à ses côtés afin d’organiser la résistance nationale.
 
 
Carl Lang
Président du Parti de la France

26/07/2016

Padamalgam...

Je ne parlerai pas des martyrs de Charlie. Car je risquerais de parler de l’Islam, et l’Islam est une religion de paix et d’amour.

Je ne disserterai pas sur les massacres du Bataclan et d’ailleurs. Car je risquerais de parler de l’Islam, et l’Islam est une religion de paix et d’amour.

Je n’évoquerai pas les tueries de Boko Aram, de l’AQMI, d’Al-Qaida, d’Al-Nosra et d’une foule d’autres groupes d’assassins organisés, en Syrie et ailleurs, au nom du Prophète, sur lui la paix et la lumière. Car je risquerais de parler de l’Islam, et l’Islam est une religion de paix et d’amour.

Je ne dirai rien des 200 et quelques morts tués dans un attentat à Bagdad le 3 juillet, ni des 15 autres tués dans la même ville le 25, ni… Car je risquerais de parler de l’Islam, et l’Islam est une religion de paix et d’amour.

Et j’ai eu tort de parler ici-même des infidèles tués au musée du Bardo l’année dernière. Car j’ai pris le risque de parler de l’Islam, et l’Islam est une religion de paix et d’amour....

Suite et source : causeur.fr

Le sacrifice du Matin

"Le Père Jacques Hamel était un prêtre sans histoire, mais prêtre de toutes ses fibres. Ainsi la victime a-t-elle été choisie. C'est le prêtre qui était visé par les deux terroristes et le prêtre célébrant le saint Sacrifice de la messe, disant, matinal, sa messe quotidienne. Il ne s'agissait pas de tuer du chrétien : la messe dominicale aurait été le moment approprié pour cela. Il s'agissait d'atteindre, de toucher le sacerdoce catholique, en faisant du prêtre la victime. Il y a eu, d'après Soeur Danielle, celle qui a prévenu les secours, une sorte d'antiliturgie monstrueuse. Après une sorte de prêche en arabe, les deux hommes ont fait mettre le prêtre à genoux avant de l'égorger. Au couteau. Soeur Danielle n'a pas pu regarder, elle s'est échappée.

Qu'aurait-elle vu ? L'un des deux jeunes avait dix neuf ans. Il habitait la commune. Ni son nom ni celui de son complice n'ont encore été donnés ce 26 juillet au soir. Nous n'avons que son prénom Adel et une initiale : K. Et pourtant les policiers locaux le connaissaient. Peut-être le Père Jacques aussi le connaissait-il... Et c'est parce qu'il le connaissait, dans une sorte de quête de l'intimité dans le crime, que ce terroriste sans nom l'a égorgé. Cette affaire en tout cas est avant tout une affaire locale...

Suite et source : ici

Silence dans les rangs...

Ces derniers jours, la gauche multiplie les appels au silence dans les rangs. Le plus caractéristique d’entre eux fut celui de Jean-Marie Le Guen, qui considérait que les critiques incessantes sur le fonctionnement des services de l’Etat étaient une mise en danger de la démocratie. On aurait bien tort de limiter cette stigmatisation de la prise de parole à un simple accès d’autoritarisme. Elle révèle un malaise plus profond, l’expression d’un besoin de tabou caractéristique des univers en crise.

Il faut protéger le papa Etat

La gauche en dit long sur ce que l’Etat représente à ses yeux lorsqu’elle demande de ne pas le critiquer ou, pire, lorsqu’elle accuse ses détracteurs d’être des ennemis de la démocratie. On comprend bien l’argument qui est donné en creux: remettre l’Etat en cause, c’est saper le fondement de l’ordre, du sens, c’est défier la loi.

Il est très symptomatique de voir que la gauche a atteint ce stade antérieur à la pensée démocratique où la loi et l’Etat se confondent, comme si la norme en démocratie se résumait à l’expression de puissance comprise dans toute forme de bureaucratie.

Inconsciemment, bien sûr, c’est l’Etat comme figure du père qui se dessine dans ces propos. L’appel de Jean-Marie Le Guen au silence dans les rangs ne dit pas autre chose: arrêtez de critiquer le papa Etat! sinon, c’est le principe même de l’autorité qui va disparaître.

La gauche en pleine terreur primitive

Cette évolution de la sémantique politique n’a rien de très rassurant. Elle dévoile un pouvoir aux abois, déstabilisé dans son fondement, et en pleine perte de repère. Ce n’est plus un débat démocratique qui a lieu, avec une délibération rationnelle sur la performance des services de l’Etat ou sur la rationalité des choix opérés en matière de sécurité.

Peu à peu, nous avons glissé vers un débat d’une autre nature, où le pouvoir (auquel on aurait pu confier un grand « P ») exprime sa peur de perdre le contrôle de la situation. Il demande au village de se rassembler autour du Totem républicain et de redire sa foi dans les tabous traditionnels.

Non! il ne faut pas blasphémer! oui! il faut respecter silencieusement les grandes règles qui font les soubassements de la société. Ces grandes règles, on les connaît: ...

Source et suite : ici

26/07/2016

«Je veux me débarrasser des handicapés de ce monde»...

Terrible assassinat au Japon : un homme s’est introduit dans la nuit de lundi à mardi dans un centre de suivi de personnes handicapées, au sud de Tokyo. Armé d’un couteau, il a tué 19 personnes et fait une vingtaine de blessés dont la plupart sont dans un état grave.

L’auteur du massacre serait un ancien employé du centre, âgé de 26 ans et dont le nom serait Satoshi Uematsu. Arrêté, il a dit à la police : 

« Je veux me débarrasser des handicapés de ce monde. »

En France, l'Etat essaie d'éliminer les handicapés avant leur naissance et c'est parfaitement légal (et remboursé).

Source : le salon beige

Impôts : les salariés français sont les plus taxés d'Europe...

L'institut Molinari a calculé que, jusqu'à ce vendredi, les salariés français auront travaillé pour financer la sphère publique et la protection sociale. La France détrône la Belgique sur le podium de la libération fiscale la plus tardive en Europe.

Les salariés français sont, en 2016, les plus ponctionnés d'Europe, selon l'étude sur le jour de «libération fiscale et sociale» de l'Institut Molinari, réalisée avec EY et que Le Figaro dévoile en exclusivité. C'est seulement à partir de vendredi 29 juillet qu'ils commenceront à travailler pour eux et plus seulement pour remplir les caisses de l'État en impôts, taxes et charges.

La date de «libération» n'a pas changé par rapport à 2015. En revanche, la France détrône désormais la Belgique, qui fut longtemps le pays qui taxait le plus le travail en Europe. Les Belges ont mené des réformes qui ont permis de substantiellement réduire cette pression fiscale et sociale.

 

Suite et source : lefigaro.fr

Pologne : alors que les JMJ vont s’ouvrir, un Irakien arrêté en possession d’explosifs...

Cravovie JMJ

Une information a prendre avec tout le sérieux qu’elle mérite…

À Łódź, dans le centre de la Pologne, un Irakien a été arrêté dimanche 24 juillet en possession d’explosifs. Selon le média polonais Polsat, l’homme a vécu en Suisse et est passé par la Suède avant d’arriver en Pologne il y a quelques jours. Polsat Newsaffirme qu’il portait sur lui des notes sur des préparatifs d’actes « terroristes » dirigés principalement contre des établissements commerciaux français en Pologne. L’homme sera détenu préventivement pour une durée de deux mois afin que l’Agence de Sécurité Intérieure Polonaise (ABW) puisse déterminer si l’homme a agi seul ou s’il était membre d’un groupe coordonné. À quelques jours des Journées Mondiales de la Jeunesse à Cracovie, cet attentat déjoué fait craindre la planification de nombreuses attaques contre la Pologne. Le pays de 38 millions d’habitants s’était opposé frontalement aux côtés de la Hongrie, de la Tchéquie et de la Slovaquie à l’entrée massive de migrants en Europe et a refusé les quotas obligatoires.

 

Source : www.christianophobie.fr

25/07/2016

Décence ?

Est-il interdit, dans la France de Hollande, de poser des questions sans se faire traiter de complotiste ?

Selon Libé, journal qui ne s’est jamais fait une spécialité de taper sur le pouvoir socialiste, le gouvernement aurait menti à propos du dispositif de sécurité installé à Nice, sur la promenade des Anglais, le soir du feu d’artifice :« La communication du gouvernement a, au minimum, travesti la réalité », affirme le quotidien, dont la une, éloquente et éclatante, affirmait : « Des failles et un mensonge. »

Commence alors un petit jeu, niveau cour de récré, sur le thème :« C’est pas moi, M’sieur, c’est lui. » Le Premier ministre vole au secours de son ministre de l’Intérieur : « Le dispositif a été validé par la mairie », qui n’est donc pas fondée à se plaindre. Réponse de la mairie : « Pas du tout, la mairie obéit à la préfecture, en charge de la sécurité de l’événement. » Puis le ministre de l’Intérieur franchit une nouvelle étape : tout cela, c’est de la faute des journalistes ; Libé a publié des « contre-vérités » et l’on est en droit de s’interroger « sur la déontologie des journalistes qui ont signé ces articles ». « Ces procédés, qui empruntent aux ressorts du complotisme, sont graves », dénonce la Place Beauvau. Dans la journée, c’est le Président lui-même qui affirme publiquement conserver toute sa confiance au malheureux Cazeneuve...

Suite et source : boulevard voltaire

Du bon sens de Viktor Orban et du « vivre-ensemble » suicidaire

Nous apprenons par une dépêche de l’agence Reuters que le président hongrois Viktor Orban avait déclaré aujourd’hui qu’il y avait un « lien évident » entre l’immigration illégale en Europe et les attentats terroristes, et d’ajouter que « si quelqu’un nie l’existence de ces liens alors, dans les faits, cette personne nuit à la sécurité des citoyens européens ». Ce constat d’évidence, par un homme d’Etat patriote et courageux qui vient de lancer une campagne publique opposée à l’immigration, dans la perspective du référendum sur la répartition des clandestins dans l’Union Européenne prévu dans son pays en septembre, rappelle cruellement l’aveuglement criminel, joint à l’incompétence affligeante et trop souvent à l’idéologie de collaboration, de nos dirigeants. Depuis janvier 2015, les attentats qui, sur notre sol, ont fait plus de 200 morts, sans parler de ceux qui ont frappé la Belgique, l’Allemagne, sont TOUS en lien avec la tsunamigration qui submerge l’Europe, en partie largement favorisée par l’Etat islamique et ses complices, hier en Syrie, aujoud’hui en Libye livrée au chaos, demain peut-être dans d’autres pays particulièrement fragilisés...

Suite et source : le blog de Bernard Antony

22/07/2016

Deux informations à garder dans nos mémoires !

mesures refusées.jpg

Députés ayant refusé de voter ces mesures :

députés ayant refusé mesures.jpg

Déni d'islamisme : le réarmement moral passe par un retour au réel

padamalgam.jpgOn commence à s'y habituer: à chaque attentat terroriste, une bonne partie du système médiatique active le logiciel du déni d'islamisme. Cela a aussi été le cas après l'attentat de Nice. Une chose semble plus importante encore que de pleurer les victimes et d'encombrer les lieux du crime de fleurs et de bougies: c'est de dépolitiser l'attentat.

Lire la suite sur lefigarovox