Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/07/2016

Décence ?

Est-il interdit, dans la France de Hollande, de poser des questions sans se faire traiter de complotiste ?

Selon Libé, journal qui ne s’est jamais fait une spécialité de taper sur le pouvoir socialiste, le gouvernement aurait menti à propos du dispositif de sécurité installé à Nice, sur la promenade des Anglais, le soir du feu d’artifice :« La communication du gouvernement a, au minimum, travesti la réalité », affirme le quotidien, dont la une, éloquente et éclatante, affirmait : « Des failles et un mensonge. »

Commence alors un petit jeu, niveau cour de récré, sur le thème :« C’est pas moi, M’sieur, c’est lui. » Le Premier ministre vole au secours de son ministre de l’Intérieur : « Le dispositif a été validé par la mairie », qui n’est donc pas fondée à se plaindre. Réponse de la mairie : « Pas du tout, la mairie obéit à la préfecture, en charge de la sécurité de l’événement. » Puis le ministre de l’Intérieur franchit une nouvelle étape : tout cela, c’est de la faute des journalistes ; Libé a publié des « contre-vérités » et l’on est en droit de s’interroger « sur la déontologie des journalistes qui ont signé ces articles ». « Ces procédés, qui empruntent aux ressorts du complotisme, sont graves », dénonce la Place Beauvau. Dans la journée, c’est le Président lui-même qui affirme publiquement conserver toute sa confiance au malheureux Cazeneuve...

Suite et source : boulevard voltaire

Les commentaires sont fermés.