Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/08/2011

Albertville : des clandestins bosniaques employés sur un chantier HLM touchaient les ASSEDIC...

Suite à un contrôle de chantier demandé par le procureur de la République d’Albertville mercredi dernier, la brigade mobile de recherche de la police aux frontières (Paf) a mis la main des ouvriers clandestins.

Des ressortissants bosniaques qui posaient des plaques de polystyrène sur des immeubles de l’office HLM à Albertville.

Sur les quatre, trois travaillaient pour le compte de l’entreprise de ravalement de façades, isolation, peinture extérieure, dont le siège se trouve à Lyon.

Deux d’entre eux étaient en situation irrégulière et n’étaient pas déclarées par leur employeur. Le gérant de la société et les deux ouvriers ont été placés en garde à vue.
70€ par jour de travail et une allocation Assedic

Au cours de l’enquête, la Paf a découvert que les ouvriers étaient logés dans un appartement insalubre : matelas confectionnés avec des plaques de polystyrène, salle de bain en état de décomposition (peinture tombant du plafond, sol inondé, boue dans le bac à douche, moisissure sur les joints de la douche).

Le responsable a déclaré qu’il sous-traitait le chantier confié à une importante société lyonnaise déclarée auprès de l’OPHLM (un contrat de 140 000 € avait été signé).

Et s’il a affirmé que l’appartement avait été mis à disposition des ouvriers par la société qui lui avait confié le marché, il a admis n’avoir qu’un seul ouvrier déclaré.

L’un des deux Bosniaques a déclaré toucher, en liquide, 70 euros par jour pour huit heures de travail, tout en percevant une allocation de l’Assedic à Lyon.

Les investigations, coordonnées par le parquet d’Albertville, se tournent désormais vers le maître d’ouvrage du chantier.

Car il s’agit d’un marché public soumis à une réglementation très stricte, destinée à empêcher le recours au travail dissimulé et la présence de clandestins.

Source : Le Dauphiné, via defrancisation.com

Commentaires

on laisse rentrer les etangers sans papiers et travaille au noir et percoive en plus les assedics double salaire et nous francais on payent des impots et super impots pour proteger cette racaille et les logers a quand la fermetures des frontieres et les expulsers

Écrit par : pipet | 09/03/2015

Les commentaires sont fermés.