Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/08/2016

Les cloches...

Les cloches.

A ceux qui veulent interdire aux églises de faire sonner les cloches parce qu’elles les dérangent dans leur sommeil, je réponds que les pauvres cloches autrefois bénies de la chrétienté rythmaient le quotidien des temps anciens.

Elles appelaient les hommes à la prière. Elles écartaient la malchance. Elles annonçaient aussi les jours de fêtes, les baptêmes, les mariages, le décès. A chaque fois, à travers ces événements divers de la vie, on célébrait Dieu avec humilité, gratitude et joie. Les enterrements étaient aussi des célébrations de Dieu. Ils le sont encore pour beaucoup de chrétiens. La mort d’une personne est triste pour ceux qui restent, mais les cloches sonnaient toujours avec des intervalles sublimes, solennels et frénétiques, car un chrétien quitte son corps de péché et monte au ciel. Celui qui refuse le péché et vit sous la grâce de Dieu vivant n’a rien à craindre de la mort. Il ressuscitera dans l’autre monde. Les cloches, lorsqu’elles sonnent sont une présence de la mort dans notre quotidien. Elles nous rappellent notre finitude sur terre et la promesse d’une élévation.

A-t-on déjà entendu parler des chrétiens qui se plaignent du tintement de cloche de leur église ? Mais l’homme nouveau, ce post-chrétien, se plaint des cloches de nos églises en parlant d’elles comme d’une nuisance. Je parierais que sous prétexte de tolérance et de mixité, il se plaindrait beaucoup moins du muezzin qui dans son village anciennement chrétien appellerait du minaret les fidèles à la prière. Nos bonnes vieilles cloches sont une nuisance tandis que les minarets appartiennent à la culture de l’Autre qu’au nom de l’Ouverture, il nous faudra impérativement Respecter.

Il me semble pourtant qu’il y a assez des nuisances dont on devrait se plaindre : les incivilités, le désordre dans les villes, les fêtes qui débordent, la violence d’une certaine jeunesse, l’alcoolisme, les drogues, les bennes à ordures renversées, les graffiti qui salissent nos murs, la petite et grande criminalité, la publicité omniprésente qui est une nuisance permanente pour nos esprits et nos cerveaux, les programmes débiles des chaînes de télé, le commerce intégral, les produits alimentaires frelatés, les mensonges de nos médias, les films porno sur les portables de nos enfants, etc, etc.

Mais les nihilistes gauchisto-libéraux préfèrent s’en prendre à nos cloches.

Au reste, les cloches ne sont pas une nuisance.

Elles sont un signe du monde invisible au milieu du monde visible. Elles témoignent d’une présence surnaturelle. L’Eglise est la maison de Dieu parmi nous. Elle est l’Epouse du Christ. Cela est éternel. Cela restera vrai pour le Siècle des siècles. Dans La Sphère et la Croix, Chesterton écrit : « En appartenant à l’Eglise j’appartiens à quelque chose qui existe en dehors de nous tous, […]. Si nous mourions tous subitement, l’Eglise n’en existerait pas moins de toute façon en Dieu. »

Suite et source : Libertépolitique.com

La mort définitive du secret médical a sonné...

Depuis de nombreux mois j’ai informé sur les dangers de la loi santé, en particulier sur la possible mort du secret médical. A n’en pas douter, même si ces articles ont été beaucoup lus, ils n’ont eu aucun effet, comme les avertissements permanents de l’UFML (union Française de la médecine libérale).

Aujourd’hui c’est effectif depuis le 22 juillet, date à laquelle le décret permettant « à des personnes extérieures aux professions de santé » d’accéder aux informations médicales sur les patients.  Il en est donc terminé du secret médical que nos médecins ont su si bien protéger depuis des années, même face aux plus grandes pressions. Marisol Touraine et sa « loi de modernisation de la santé » aura définitivement tué ce qui était la garantie d’anonymat chez notre médecin.


Interrogé, Jérôme Marty président de l’UFML nous dit : Il est incroyable que la presse découvre cela aujourd’hui, depuis que nous combattons la loi santé tout avait été dit par nos soins. Ce qui arrive aux patients aujourd’hui nous le savions et nous l’avons dénoncé, crié, hurlé. Le pire dans tout cela c’est que le CISS théoriquement là pour défendre les patients est partie prenante dans l’écriture de cette loi. Les patients doivent comprendre que sous couvert de leur défense, le CISS a défendu le contrat responsable et ses diminutions de remboursement, le DMP et sa divulgation partout. Quand au conseil de l’ordre il devrait être le garant de la déontologie et le défenseur des patients (et pas des médecins) il ne fait ni l’un ni l’autre il a tout abandonné.


La liste des personnes pouvant accéder aux informations médicales est publiée avec le décret, on y trouve bien des choses étonnantes comme les assistants de services sociaux, les assistants éducatifs, les assistantes maternelles, les salariés de lieux de vie …. Nombre de personnes non soumises au secret médical et qui pourront sur sollicitation donner toutes ces informations à n’importe qui.


Rappelons que chez les médecins...

Suite et source : économiematin.fr

26/08/2016

A propos du burqini...

Le débat à propos de l’interdiction du burqini sur les plages paraît absurde à beaucoup. D’abord aux libéraux conséquents avec leur idéologie aveugle, pour qui chacun se vêt et se dévêt comme il veut : il n’est pas plus extravagant d’être couvert de la tête aux pieds sur le littoral qu’y être nu comme un ver. Aux libéraux s’adjoignent éventuellement les cathos tradis (et pas forcément tradis), pour qui le burqini est plus décent que le bikini, n’est-ce pas. Et l’on doit ajouter les professionnels de la subversion, qui sont prêts à soutenir tout ce qui peut détruire le conformisme ou supposé tel.

Face à cet alliage pour le moins hétéroclite, les adversaires du burqini sont incapables d’un discours cohérent et argumenté. Quand on leur demande la raison de leur opposition, nombreux sont ceux qui se donnent le ridicule de mettre en avant « l’hygiène ». Les plus courageux parlent des « valeurs de la République » (comprenez-moi à demi-mot), et les plus héroïques évoquent la laïcité. Impossible d’aller plus loin, on sombrerait dans le péché mortel de l’islamophobie.

Il est manifeste que la chape de plomb du politiquement correct et du vivre ensemble fait que beaucoup n’osent même pas penser à la signification du « burqini ». Et les rares qui y pensent n’osent pas le dire. Mais la raison non formulée de l’opposition au burqini est fortement imprimée dans l’inconscient, assez fortement pour que des arrêtés soient pris, et validés par la justice.

Cette raison, il faudrait tout de même que quelqu’un ose la dire ouvertement. Le burqini n’est pas un vêtement, de même que le minaret n’est pas un clocher. « Les minarets sont nos baïonnettes », comme dit le poème cher à Erdogan. Le minaret est le signe visible de la conquête d’un territoire par l’idéologie islamique : c’est pourquoi les Suisses ont sagement interdit la construction de tout minaret sur leur territoire. Or les burqini ne sont rien d’autre que de petits minarets sur les plages : l’affirmation de la conquête de ce territoire par l’islam. Et le jour où il y a assez de « burqinis », on peut chasser les kouffar de la plage devenue halal. Comme à Sisco, par exemple.

Le burqini aussi, c’est le jihad, l’effort de conquête dans le sentier d’Allah, qui est une obligation pour tout musulman, comme le souligne à plusieurs reprises le Coran.

C’est si difficile à comprendre ?

Source : Le blog d'Yves Daoudal

La courbe du mensonge ne baisse pas !

La courbe du mensonge ne baisse pas

Unknown-16Contrairement à ce que pense François Hollande. Si, en juillet, pour la 4e fois depuis le début de l'année, le nombre de chômeurs inscrits en catégorie A a baissé, c'est aussi parce qu'il progresse dans les autres catégories et que les radiations explosent. Sans parler des chômeurs placés en formation aux frais du contribuable.

Source : le salon beige

Anne Hidalgo continue sa lutte impitoyable contre les automobilistes parisiens...

À Paris, décidément, tous les moyens sont bons pour se débarrasser de l’engeance automobile. On savait déjà qu’Anne Hidalgo, l’actuelle mairesse, entendait limiter à leur plus strict minimum les allées et venues des Parisiens et, à plus forte raison, des individus en transit dans la capitale, le tout sous des prétextes d’air pur, d’atmosphère plus propre et de petits oiseaux préservés. On sait à présent que cette préférence municipale pour le transport en commun devient une véritable obsession. Et quoi de mieux qu’une idée fixe pour enfin immobiliser Paris ?

Car c’est bien de compulsion impossible à calmer qu’il s’agit ici.

Ainsi, on pourrait croire presque inoffensive cette proposition récemment lancée par la municipalité, qui consiste à lancer un défi à 20 pigeons cobayes volontaires parisiens de se passer complètement de voiture pendant 7 jours, du 19 au 25 septembre, pour clore sur l’opération de propagande « La journée sans voiture » prévue le 25 septembre 2016.

La présentation de l’opération-défi ne laisse aucun doute sur la direction idéologique prise par la Mairie vis-à-vis des transports individuels (et, question doute, en introduit quelques uns sur la bonne santé mentale de ceux qui ont pondu telle idée et produit tel communiqué de presse). Rendez-vous compte : outre l’usage agressivement débile de qualificatifs comme « douce » pour cette mobilité permise par les transports en commun ou le vélo (rien de tel qu’avoir son aimable Vélib’ se faire doucement écraser par un gentil bus RATP – le vélo, c’est 4% du trafic mais 10% des accidents), l’idée est de sensibiliser les Parisiens aux solutions alternatives à la voiture, hors temps de grève, de panne ou d’incidents voyageurs indépendant de la volonté de la régie. Notons que la Mairie veut aussi analyseret impulser tout plein, ce qui semble indispensable dans tout plan de lavage de cerveau propagande actuel.

Évidemment, si vous êtes artisan (serrurier, plombier, électricien, que sais-je…), vous pourrez analyser et impulser tout plein mais prendre les transports en commun (ou votre vélo) avec tout votre matériel promet un délicieux moment « ludique et éco-citoyen ». Bah. Après tout, la qualité de l’air parisien est à ce prix. Même si les transports jouent un rôle mineur dans sa pollution. Même si l’air s’améliore depuis des années. Même si ces histoires coûtent une blinde à mettre en place et ont des effets de bords délétères. Même.

Dès lors, l’aspect ludique s’affadit nettement lorsqu’on comprend que ce « défi » n’est qu’une répétition pour mieux préparer les esprits aux interdictions pures et simples. Et peu importe la réalité qui se traduit par une augmentation des bouchons parisiens et des gaspillages énergétiques correspondant : la voiture devra être boutée hors de la capitale, un point c’est tout.

D’ailleurs, les voies sur berge seront fermées aux encombrants engins polluants, aux méchantes voitures et à leurs insupportables conducteurs. C’est décidé. Même si la commission d’enquête publique sur la piétonisation de la rive droite à Paris a rendu un avis défavorable sur ce projet. Même si l’étude d’impact ne permet pas d’établir la réalité de la réduction de la pollution automobile avec cette mesure. Même si l’enquête publique n’a pas permis aux personnes directement intéressées par les conséquences positives ou négatives du projet de faire valoir leurs observations. Même.

Car enfin, après tout, allez-vous finir par comprendre, bandes de larves autotractées qui proutent du diesel cancérigène, que vos déplacements résonnent aux oreilles de l’Anne de Paris « comme un déni complet de l’urgence climatique » ? Ne voyez-vous pas qu’à chaque kilomètre que vous parcourez dans vos engins fumants, vous roulez sur autant de générations futures qui tousseront comme des catarrheux par votre faute inexpiable ? Et pire que tout, ne vous rendez-vous pas compte que vous osez contrevenir, frontalement, aux motifs « environnementaux, sanitaires, urbains et culturels » de ce projet de piétonisation (les motifs diplomatiques et géostratégiques n’étant pas cités pour leur évidente importance) ? ...

Suite et source : contrepoints

 

Le Parti de la France, seul parti politique favorable à l'armement des Français face au terrorisme...

Afficher l'image d'origineExtrait d'un article de Libération :

Le Parti de la France, fondé par Carl Lang, ex-cadre du FN, a pour sa part appelé à la constitution d’une Garde nationale armée composée d’au moins 100.000 personnes. « Le principe du terrorisme est de frapper là où l’on ne s’y attend pas, là où il n’y a pas de risque de réponse. Cette réponse doit donc être citoyenne, après un processus de sélection, de formation et d’entraînement », explique Carl Lang. A la différence des réservistes de François Hollande, armés quand mobilisés sur des opérations, les membres de cette garde « seraient armés en permanence, même quand ils ne sont pas en uniforme ».

25/08/2016

Personnalités préférées des Français : décryptage d’une manipulation...

Une pure escroquerie intellectuelle, montée vraisemblablement dans le but de manipuler l’opinion publique.

Allons droit au but : la fameuse enquête JDD-IFOP sur les personnalités préférées des Français – que chacun peut consulter en détail sur le site de l’IFOP – est une pure escroquerie intellectuelle, montée vraisemblablement dans le but de manipuler l’opinion publique.

Qu’est-ce qui me permet d’avancer cela ?

Tout simplement le fait que les sondés, plutôt que de citer un nom spontanément, sont amenés à se prononcer sur une liste de cinquante noms préétablie. Autrement dit, sur les quelques milliers de Français qui peu ou prou sont des personnalités publiques, la présélection des cinquante noms de la liste échappe totalement aux règles habituelles des sondages. Préétablie, mais par qui ? L’IFOP se contente de mentionner que les nouveaux entrants sont issus d’une phase de présélection, « Qualifio », organisée sur le site lejdd.fr où les internautes peuvent choisir en ligne les personnalités qu’ils souhaitent voir entrer dans le classement. Joli tour de passe-passe, qui ouvre la porte à toutes les combines ! Cette méthode n’a, en fait, aucune valeur statistique puisque les internautes fidèles lecteurs du JDD ne sont représentatifs de rien du tout. Bref, ce que l’IFOP appelle les personnalités préférées des Français n’est rien de plus que la liste des personnalités préférées du petit groupe de lecteurs du Journal du Dimanche qui acceptent de se prêter au jeu. Seul l’ordre dans lequel ces cinquante noms sont classés semble scientifiquement valide.

Cette liste n’a donc absolument aucune signification et l’interprétation qui est donnée des résultats de ce sondage est une manipulation grossière,...

Suite et source : boulevard voltaire

Conférence de presse de Bernard Antony le jeudi 1er septembre prochain

Bernard Antony tiendra une conférence de presse le jeudi 1er septembre prochain à 16 heures au siège de l’Agrif, 70 Boulevard Saint-Germain, 75005 Paris.

 

Ordre du jour :

 

1)  Bernard Antony et son équipe évincés de radio-Courtoisie par Henry de Lesquen

- les fallacieuses et fantasmagoriques raisons de ce dernier

- ubuesques dérives racialo-obsessionnelles

- l’appel aux membres du Conseil d’administration : leurs lourdes responsabilités pour l’avenir de Radio-Courtoisie selon son identité d’origine

 

2) Islamo-terrorisme : dénis de réalité et mépris de la vérité aux sommets de l’État et de l’Église catholique.

 

N.B. : strictement réservée aux journalistes et aux responsables d’émissions deRadio-Courtoisie.

Que reste-t-il du livre de Thomas Piketty ?

Une nouvelle étude du Fonds monétaire international (FMI) vient encore davantage discréditer le livreLe capital au XXIe siècle de Thomas Piketty. Cette fois-ci, c'est la vérification statistique de sa théorie qui ne fonctionne pas. Sa théorie est directement contredite par les faits. Ce grief s'ajoute à une liste qui ne finit plus de s'allonger.

Dans son livre publié en 2013 (ou 2014 pour la version anglaise), il proposait une théorie selon laquelle les inégalités empirent. Lorsque les revenus du capital, c'est-à-dire des investissements, sont plus importants que la croissance économique, les inégalités deviennent plus prononcées. Or, toujours selon Piketty, la croissance du capital a été plus rapide que la croissance de l'économie depuis les années 1940. Pour appuyer cette théorie il avait amassé une base de données impressionnante, utilisait de nombreux exemples historiques de la politique américaine, ainsi que des exemples historiques de la littérature pour illustrer ses propos.

Dans un billet précédent, j'ai expliqué comment les données présentées par Thomas Piketty avaient été manipulées pour abuser de la confiance de ses lecteurs en fabricant une courbe qui colle à sa théorie.

Par exemple, quand le chiffre pour la décennie de 1910 contredit sa thèse, qui voudrait que le début du siècle ait été une période d'inégalité croissante, il invente tout simplement un nouveau chiffre.

Ailleurs, il utilise plusieurs sources contradictoires pour construire, comme un «Frankenstein», une courbe qui valide sa théorie, mais qui n'est fidèle à aucune des sources. Et ce n'est là que quelques-uns des nombreux exemples.

À cela, on pourrait ajouter la nonchalance avec laquelle il mélange les événements historiques, qu'il cite comme soutenant ses politiques publiques. Il présente par exemple certaines baisses du taux d'imposition pour les ménages riches comme ayant accentué les inégalités. Le problème, c'est que les dates et les variations ne sont pas les bonnes.

Même chose pour l'impôt sur l'héritage...

Suite et source : iedm.org

24/08/2016

6 raisons pour lesquelles l’éolien est inutile et nuisible...

L’implantation d’éoliennes en France n’obéit qu’à une volonté idéologique qui profite à quelques affairistes astucieux sans aucun gain écologique, financier ou climatique en retour pour la collectivité.

L’éolien est INUTILE

1/ Inutile, parce que la France produit déjà un excédent d’électricité.

En 2015, la France a exporté 11 % de sa production électrique, le plus souvent pendant les pointes de productions éoliennes qui ne correspondent pas à la demande d’électricité.

Quand la France cherche à se débarrasser d’un excédent d’électricité (dû notamment aux éoliennes), ses voisins qui ont aussi des éoliennes (comme l’Allemagne) ont le même problème au même moment.

2/ Inutile dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Dans notre pays, la production thermique fossile est déjà une des plus basses d’Europe (6,2% seulement du total de l’électricité produite en 2015) et donc les émissions de CO2 sont aussi parmi les plus faibles (autour de 45 grammes par kilowattheure). Cette production fossile minimum doit être conservée, pour pallier les creux des productions éoliennes (et photovoltaïques), notamment lorsque la consommation est importante pendant les nuits froides et sans vent d’hiver, par exemple.

En réalité, l’objectif des partisans des éoliennes n’est pas de remplacer l’électricité d’origine fossile qui émet des gaz à effet de serre, mais la production nucléaire… qui n’en émet pas. Du point de vue de la lutte contre le réchauffement climatique, cet objectif est dépourvu d’intérêt.

3/ Enfin, inutile pour améliorer l’emploi en France

Les éoliennes sont fabriquées en Allemagne, au Danemark et en Espagne. De plus, les équipes de montage viennent surtout de pays de l’Est, sous le régime des travailleurs détachés. La part du travail français est faible.

L’éolien est aussi NUISIBLE...

Suite et source : contrepoints