Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/09/2016

Impôts à la source, ou comment tromper les Français...

Pourquoi le gouvernement socialiste s’acharne-t-il à vouloir imposer la retenue à la source, alors que le prélèvement mensuel a déjà été choisi par plus de la moitié des contribuables ?

Trois raisons essentielles motivent la volonté du gouvernement à imposer coûte que coûte cette retenue à la source :

1) Cette idée, dont Bercy rêvait depuis longtemps, était dans les cartons de Michel Sapin, ministre des Finances, qui se prend pour un grand réformateur de la fiscalité française et veut laisser son empreinte personnelle dans l’organisation de l’État ;
2) Tout en leur laissant le contrôle du processus, elle permet d’alléger le travail des fonctionnaires en faisant faire par les entreprises le travail de Bercy ;
3) Enfin troisième raison qui apparaît être la plus importante et la plus pernicieuse : elle permet de rendre l’impôt plus indolore pour chacun des Français et donc de pouvoir augmenter les prélèvements et de les plumer en douceur et sans grand risque, tout en s’assurant une trésorerie utile pour alléger le bilan de l’État.

Petit calcul rapide pour évaluer la méthode du prélèvement à la source : ...

Suite et source : emploi 2017

Une Deutsche Bank en bien mauvaise posture...

Et voilà la France toute tendue comme une corde de piano par la hausse (complètement inattendue) du chômage. Heureusement, la presse sait qu’elle peut compter sur les explications alambiquées de Myriam, la petite stagiaire en charge de l’emploi au gouvernement, qui tente désespérément de faire passer une hausse vigoureuse pour une baisse modérée. Pourtant, ce n’est pas du côté de la France que les regards devraient se tourner, et ce n’est pas ce pays qui devrait déclencher le plus d’inquiétude (même s’il a des arguments pour). En effet, le lundi 26 septembre, la Deutsche Bank a dévissé en bourse.

La Deutsche Bank, c’est tout de même une institution à elle toute seule. Outre le fait qu’il s’agit de la plus grosse banque allemande, c’est aussi l’une des plus vieilles et celle qui représente le mieux la puissance germanique implantée dans des douzaines de pays (plus de 70 actuellement). Présente sur tous les marchés de la finance, elle est aussi maintenant connue pour ses positions dans les dérivés qui s’élèvent à quelque chose comme 75.000 milliards de dollars (non, il n’y a pas trois zéros de trop).

Dès lors, quand la Deustche Bank (DB) tousse fort, l’Allemagne se sent immédiatement prise de convulsions, et avec elle, l’Europe toute entière. Avec ce lundi noir pour la banque allemande, on assiste à une véritable quinte de toux.

Pourquoi diable cet effondrement qui n’a de soudain que pour une presse française terriblement tournée vers son propre nombril ?

En réalité, le cours est en difficultés depuis un moment ; ...

Suite et source : Hashtable

27/09/2016

Réinfo, journal d’information bimensuel du Parti de la France...

 Bienvenue pour ce nouveau numéro de Réinfo, journal d’information bimensuel du Parti de la France, du 26 septembre 2016.
 
Au sommaire de ce numéro :
François Hollande homme d'état de l'année. Un titre décerné par une fondation américaine inconnue. Compte tenu de sa popularité en France, voilà bien un titre qu'il ne pouvait recevoir qu'à l'étranger.
Grand remplacement. La réalité démographique de la France ne laisse aucun doute. Plus d'1/3 des naissances sont d'origine extra-européenne.
Hongrie. Victor Orban tient bon sur sa gestion des migrants. Et face à l'attitude de l'Union européenne, il vient de créer un département ministériel pour traiter officiellement de la persécution des chrétiens au Moyen Orient, et en Europe.
Elections américaines. Donald Trump gagne des points tandis qu'Hillary Clinton inquiète. Le premier débat qui opposera les deux candidats est attendu avec impatience.  
 
Et pour finir, l’actualité du parti de la France et les prochains rendez-vous du mouvement.

A suivre : ici

 

 

 

François Bayrou dans la cour de récré !

Monsieur Bayrou ne doute de rien.

L’Histoire de France nous montre, depuis Vercingétorix, que la division est un trait de caractère très français. L’approche de l’élection présidentielle incite chacun à jouer sa partition dans son coin, persuadé de gagner seul envers et contre tous. Ainsi, Marine Le Pen, Nicolas Dupont-Aignan, les innombrables candidats à la primaire de la droite et du centre. Ainsi Emmanuel Macron. Et tous les autres qui, soudain attirés par les ors de l’Élysée, se voient en sauveur que le pays attend. Alors que ce spectacle fait plus penser à une élection de délégués de classe de 6e. Dans la cour de récréation, chacun s’entoure de quelques soutiens indéfectibles à qui on promet un coup de main pour le devoir de maths, un sac de billes ou quelques conseils pour attraper des Pokémon. Tout ceci est pitoyable.

Dernier en date, un vieux cheval sur le retour : François Bayrou. Le Béarnais se verrait bien successeur d’Henri IV. « Les autres se divisent et nous, nous sommes un bloc », a-t-il proclamé sans rire lors de la clôture de l’université d’été du MoDem, un parti sans adhérents issu de l’éclatement de l’UDF giscardienne. Ralliez-vous à mon panache blanc, en quelque sorte.

Sauf que, pour l’instant, c’est plutôt en Sully qu’il se présente,...

Suite et source : boulevard voltaire

Massacres des Harkis : 54 ans après, mieux vaut tard que jamais. Mais la récupération politicienne est à vomir et abjectes les si pudiques évocations des faits.

De même que Sarkozy en 2012, mais au nom de la République, François Hollande a tenu à reconnaître la responsabilité des gouvernements français « dans l’abandon des harkis, des massacres de ceux restés en Algérie… ».

Certes, mieux vaut tard que jamais. Mais quelle tristesse de devoir d’abord constater que ces rappels coïncident hélas avec d’évidentes intentions de récupération électorale sans vergogne. Et aussi, quelle prude discrétion,  globalement, par le monde politico-médiatique dans l’évocation de la réalité des faits et de la vérité.

-        Car la réalité des faits, ce fut en 1962 le véritable populicide des harkis. Ces derniers constituaient en effet l’auto-défense de toutes les couches des populations kabyles et arabes qui avaient choisi d’inscrire leur vie et l’avenir de leurs enfants dans la communauté française de destin : dès 1954, le FLN avait perpétré massivement parmi elles ses attentats terroristes, tortures et massacres avec des dizaines de milliers de victimes.

-        - D’abord, le chiffre invoqué aujourd’hui de 75 000 victimes est très certainement bien inférieur à la vérité,...

Suite et source : l'AGRIF

26/09/2016

Abracadabra ! Marisol Touraine a sauvé la Sécu !

Marisol Touraine donne une interview au journal Les Echos, se félicite grandement d’avoir sauvé la Sécu, et commence à faire campagne pour François Hollande.

 

Ça y est : le trou de la Sécu est rebouché ! Pfffuit, comme ça, en un quinquennat. L’interview que Marisol Touraine a accordée au journal Les Echos est un festival de phrases péremptoires mâtinées de méthode Coué :

« L’histoire de ce quinquennat, c’est la fin des déficits sociaux, grâce à des réformes de structure pour mieux répondre aux besoins des Français, et ce sont des droits sociaux nouveaux. La droite avait multiplié les franchises et creusé le déficit. Nous aurons sauvé la Sécu. »

Marisol Touraine déjà en campagne ?

Il y a tellement d’autosatisfaction et l’éloge est tellement gros que ça sent la campagne électorale à plein nez. Faute d’avoir un chef d’État qui inverse la courbe du chômage, Marisol Touraine inverserait donc la courbe du déficit de la Sécu ?

Marisol Touraine, l’une des rares ministres à n’avoir pas été black-listée par des « affaires » prouve ainsi qu’il faudra compter sur elle pour 2017. Elle a pourtant réussi à se mettre à dos les médecins libéraux, ayant fait basculer la médecine libérale dans la fonctionnarisation, et le remboursement des soins dans l’escarcelle des mutuelles plutôt que dans les obligations de la Sécu. Si elle est toujours là, c’est qu’elle est effectivement indéboulonnable.

Un tour de magie qui passe par le porte-monnaie des Français

En annonçant un déficit qui passera en moins d’un an de 3,4 milliards d’euros à 400 millions d’euros, Marisol Touraine accomplit un exploit qui confine à la prestidigitation. Le tour de magie...

Suite et source : Contrepoints

«Pourquoi votre argent sur le Livret A n’est pas en sécurité! Explications…!»

On me dit souvent, « mon cher Charles, si les assurances vie c’est risqué, je vais tout mettre en sécurité sur mon livret A »…

Et je réponds invariablement deux points, ouvrez les guillemets, je me cite moi-même : « Hahahahahahahaha ! »

Bon, je concède que l’éclat de rire n’est pas une explication crédible en soi mais cela fait du bien.

Pour que les choses soient claires dans l’esprit de tous, nous allons donc tout simplement reprendre ensemble le fonctionnement d’un placement en général et du livret A en particulier. Après, vous contemplerez votre relevé de compte du livret A avec une « légère » (en fait elle sera très grande) pointe d’inquiétude…

D’où vient le rendement de mon placement ?

Si vous êtes normalement constitué, quand vous pensez placements et épargne, vous pensez rendement et vous vous demandez comment gagner plus de sous avec vos sous sans rien faire… Normal, c’est la logique de l’épargnant !! Donc vous faites un placement, en action, en OPCVM, en assurance vie, dans votre PEA, peu importe. Si ce placement vous donne du « rendement », il n’y a pas 36 solutions pour expliquer la provenance de cet argent tombé du ciel.

Soit c’est de l’argent qui est gagné à la suite d’une activité économique, c’est le cas d’une action qui verse un dividende qui correspond à votre part des bénéfices générés par l’activité de l’entreprise dont vous êtes l’actionnaire et accessoirement si cette entreprise fait des pertes votre rendement sera de 0. Mais c’est valable aussi pour une société immobilière qui loue des biens et vous recevez une partie de ces loyers par exemple.

Soit c’est un rendement qui est lié à une opération de crédit, c’est-à-dire que votre argent a été prêté contre rémunération.

JAMAIS, je dis bien JAMAIS une banque ne vous donne des sous uniquement parce que vous lui semblez sympathique et gentil ou fort aimable. L’argent que vous recevez n’est qu’une partie de l’argent généré par la banque ou tout autre intermédiaire financier avec VOTRE argent. TOUJOURS !

Il est où mon argent, il est où ?

Vous connaissez peut-être la chanson « il est où le bonheur, il est où ? », bon eh bien vous pouvez vous poser la même question pour vos sous déposés sur votre livret A.

Si vous pensez que votre argent est toujours sur votre livret A, vous faites une énorme erreur de compréhension. Votre argent n’existe plus !! Il n’est plus là… il est parti ! Et je peux même vous dire où très précisément !

Source et suite : ici

 

23/09/2016

Les agressions de gendarmes en forte hausse

gendarmes-afp.jpg3.019 agressions physiques contre des gendarmes ont été recensées en 2015, soit une hausse de 27% par rapport à l’année dernière. Les insultes sont, elles-aussi, en forte hausse : 2.665 atteintes verbales ont été comptabilisées, soit une hausse de 4,2%, selon l’étude annuelle de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP).

Lire la suite sur Valeurs Actuelles

Avec madame Belkacem, scolaire rime avec totalitaire !

belkacem_peillon.jpgAprès Vincent Peillon, dame Belkacem entend elle aussi marquer son passage à l’Éducation Nationale par une avancée vers la scolarité pour tous, la plus longue possible.

Elle annonce donc sa volonté de la rendre obligatoire de 3 à 18 ans. Et sans doute, dans sa tête comme dans celle de tous les totalitaires jacobins, s’agit-il que l’État puisse « éduquer » tout au long de la vie modelant et contrôlant l’individu réchappé à l’IVG jusqu’à sa mort programmée.

Si l’on veut remonter loin, cela est certes vieux comme le socialisme, qui est la vieillesse du monde, avec toutes ses utopies au long de l’histoire. Mais plus près de notre temps, ce sont évidemment chez les idéologues-pédagogues du XVIII° siècle révolutionnaire que puisent nos archéo-« progressistes ». Et en premier, systématiquement, chez Jean-Jacques Rousseau, non pas le seul mais le principal théoricien des relations de l’individu et de l’État selon « le contrat social ».

Lire la suite sur le blog de Bernard Antony

Tous les villages sont menacés par la folie immigrationniste de nos dirigeants…

cazeneuve.jpgEn bon technocrate, Cazeneuve pensait avoir résolu le problème de Calais… lors de sa huitième visite. Lui qui avait promis, lors de la septième, que la jungle, diminuée en surface de moitié, serait réduite à 2.000 clandestins… Manque de chance, quelques semaines plus tard, il y en avait 10.000, et le plus grand bidonville d’Europe était au bord de l’explosion.

Notre inimitable ministre de l’Intérieur avait donc décidé d’organiser, dans toute la France, un véritable coup d’État migratoire.

Lire la suite sur Boulevard Voltaire

 

10:12 Publié dans immigration | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook